Spécial législatives libanaises 2018

X

À La Une

Aoun remet la stratégie de défense sur la table

Le président libanais réaffirme sa volonté d'organiser un dialogue national et veut y associer le nouveau Parlement.


OLJ
08/05/2018

Le président Michel Aoun s'est adressé aux Libanais mardi soir, deux jours après les élections législatives, rappelant son intention d'organiser un dialogue national, notamment autour de la stratégie de défense, et d'y associer le nouveau Parlement.

"Alors que le processus électoral qui a abouti à la création d’un nouveau Parlement a pris fin, selon une loi électorale adoptée pour la première fois dans l'histoire de la vie politique libanaise, je tiens à vous féliciter pour cet exploit que vous avez réalisé, bien que j’aurais souhaité un taux de participation plus élevé que celui enregistré au niveau national", a déclaré M. Aoun.

"Vous avez démontré, par votre participation, que l'esprit démocratique est bel et bien enraciné en vous. Vous l’avez désiré ardemment pendant neuf années jusqu'à hier même. Si votre volonté est de changer, vous l’avez exprimé de votre plein gré, et le vainqueur est le Liban: le Liban de la coexistence, le Liban de la mission et du message", a-t-il ajouté. 


(Lire aussi : Qui sont les six femmes élues au Parlement libanais ?)


Le chef de l'Etat s'est ensuite adressé à ceux qui se sont abstenus de voter. "Vous avez ainsi voulu prendre une certaine position, ce qui est pleinement votre droit, et à vous je dis que votre message est bien arrivé", a-t-il dit. 

Les élections législatives de dimanche étaient les premières depuis 2009, le Parlement élu en 2009 ayant auto-prorogé deux fois son mandat. Ces élections ont été marquées par un faible taux de participation, de 49,2%,


(Lire aussi : Législatives libanaises : la répartition des forces au sein du nouveau Parlement)


"Les urnes ont abouti aux résultats que vous avez voulus vous-mêmes, a ajouté M. Aoun. Le Liban a ainsi ouvert une nouvelle page de son histoire politique après une période de tensions caractérisée par un discours appelant aux conflits, échangeant des accusations et alimentant le fanatisme. Aujourd'hui tous les partis politiques sont invités avec le début du mandat du nouveau Parlement, le 20 mai prochain, à se réunir sous la coupole parlementaire afin d’assumer la responsabilité de travailler ensemble pour relever les défis communs".


(Lire aussi : Législatives libanaises 2018 : Les leçons à retenir du scrutin)



"Une plus grande solidarité"     
"Nous avons réussi, depuis le début de mon mandat présidentiel, à atteindre une grande partie de vos aspirations et de mes engagements cités lors de mon discours d’investiture", a affirmé M. Aoun citant notamment l'éradication des terroristes, l'adoption du budget, de la loi du recouvrement de la nationalité aux Libanais de la diaspora, les nominations diplomatiques et judiciaires. "Nous avons enfin commencé à investir dans nos ressources naturelles, principalement le gaz et le pétrole, ce qui ouvrira grand la porte au Liban pour qu’il figure, dans quelques années, parmi les pays producteurs de pétrole et de gaz dans le monde", a-t-il ajouté.

"Cependant de nombreux défis restent à relever, ce qui requiert, plus que jamais, une plus grande solidarité entre les Libanais, et une bienveillance à accorder la priorité de l'intérêt national au-dessus de tout intérêt individuel ou partisan ou confessionnel, a affirmé M. Aoun. A la tête de ces défis figurent la croissance économique et la modernisation des administrations de l’État".

"Nous devons accorder une importance primordiale aux secteurs productifs et à la modernisation de l'économie. Nous devons de même parvenir à une décentralisation administrative, au gouvernement électronique (e-gouvernement), étant donné que c’est une porte moderne qui garantit la transparence, lutte contre la corruption et contribue à la réalisation de la justice sociale et du développement durable de toutes les régions du Liban", a-t-il ajouté.


(Lire aussi : Les législatives au Liban, une "victoire" du Hezbollah contre Israël et Washington, selon l'Iran)


Dialogue national
"Il est nécessaire de maintenir un œil vigilant et attentif à ce qui se passe autour de nous, aux défis régionaux découlant des résultats des guerres qui pèsent de tout leur poids sur notre patrie, sans que nous n’ayons ni avis ni rôle à ce sujet, a-t-il dit. Ces guerres ont désormais un impact négatif sur tous les aspects intérieurs, notamment social, économique et sécuritaire. Nous avons accouru pour procurer de l’aide du côté humanitaire, ce qui a eu de nombreuses répercussions sur notre pays, cependant le prix que nous avons payé dépasse dorénavant la capacité du Liban, ce qui nous conduit à crier haut et fort que nous avons besoin de trouver une solution rapide pour assurer le retour des déplacés syriens progressivement vers les régions syriennes sûres".

"Le Liban restera fidèle à ses obligations arabes et internationales, et il cherchera constamment à assurer l’union du monde arabe", a souligné M. Aoun

"Je veillerai (...) à ce que le prochain Parlement reprenne son rôle législatif, de sorte qu’il représente l'espace naturel de rencontre pour discuter les questions qui préoccupent les Libanais, a assuré M. Aoun. Je cite en particulier les questions qui seront au cœur de notre dialogue national, que j’ai l’intention de tenir, comme je l'ai déjà annoncé, en vue de continuer la mise en œuvre de l'accord de Taëf avec toutes les dispositions contenues dans le document d'entente nationale, de façon non sélective ou discrétionnaire, de le développer en fonction des besoins par un consensus national, et d'élaborer une stratégie de défense régissant la défense de la patrie et préservant sa souveraineté et son intégrité territoriale".


Tous les articles concernant le résultat des législatives sont dans notre espace dédié    


Lire aussi
Législatives libanaises : "Hezbollah = Liban", réagit un ministre israélien    


Retour à la page d’accueil

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Irene Said

Que de belles paroles...comme toujours, qui seront rapidement balayées et oubliées par des vents venant de partout...
Merci beaucoup !
Irène Saïd

Saliba Nouhad

Belles paroles, Mr le Président!
C’est un peu comme la chanson: « mais à part ça, Madame la marquise, tout va très bien, tout va très bien... »
Vous voulez élaborer une stratégie de défense de la patrie en préservant sa souveraineté et son intégrité territoriale? Avec vos alliés actuels?
Nous vous souhaitons bonne chance.
C’est comme Voltaire qui avait dit: « mon Dieu, gardez-moi de mes amis, mes ennemis je m’en charge! »

Wlek Sanferlou

Maintenant que les élections sont terminées voilà donc les choisir qui se dévoilent à ce stade:

Choix 1: sérieusement le nouveau parlement va s'acharner à créer les lois, à confirmer d'autres qui vont ensembles préparer un avenir meilleur pour le Liban et les libanais de tout bord, sans déchets, sans eaux polluées, des écoles modernes des sociétés profitables et des touristes satisfaits et contents.

Choix 2: auquel'Israël contribuera gaiement si on le choisi, se militarisé à fond, se préparer à des guerres sans lendemain et sombrer dans l'histoire comme un pays du tiers monde qui ne cesse de se tirer dans les pattes...

Sincèrement à nos illustres nouveaux députés, nouveaux ministres, chefs de factions, de courants politiques et religieux et tout les autres. Le peuple qui a voté ainsi que celui qui s'est abstenu vous contemplent...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES ABSTENTIONS CHER CHEF DE L,ETAT ONT DIT NON A LA LOI ELECTORALE ABATARDIE QUI A CONSACRE LA MAINMISE IRANIENNE SUR LE PAYS ! IL FAUT AGIR EN CONSEQUENCES ...

Aoun remet la stratégie de défense sur la table

08/05/2018

Le président Michel Aoun, s'est adressé aux Libanais mardi soir, deux jours après les élections législatives, les appelant à faire preuve de solidarité. Photo Dalati et Nohra.

Le président libanais réaffirme sa volonté d'organiser un dialogue national et veut y associer le nouveau Parlement.


OLJ

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

Retour à la page d’accueil
Commenter

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.
Merci.

Voir toutes les réactions
Irene Said

Que de belles paroles...comme toujours, qui seront rapidement balayées et oubliées par des vents venant de partout...
Merci beaucoup !
Irène Saïd

Saliba Nouhad

Belles paroles, Mr le Président!
C’est un peu comme la chanson: « mais à part ça, Madame la marquise, tout va très bien, tout va très bien... »
Vous voulez élaborer une stratégie de défense de la patrie en préservant sa souveraineté et son intégrité territoriale? Avec vos alliés actuels?
Nous vous souhaitons bonne chance.
C’est comme Voltaire qui avait dit: « mon Dieu, gardez-moi de mes amis, mes ennemis je m’en charge! »

Wlek Sanferlou

Maintenant que les élections sont terminées voilà donc les choisir qui se dévoilent à ce stade:

Choix 1: sérieusement le nouveau parlement va s'acharner à créer les lois, à confirmer d'autres qui vont ensembles préparer un avenir meilleur pour le Liban et les libanais de tout bord, sans déchets, sans eaux polluées, des écoles modernes des sociétés profitables et des touristes satisfaits et contents.

Choix 2: auquel'Israël contribuera gaiement si on le choisi, se militarisé à fond, se préparer à des guerres sans lendemain et sombrer dans l'histoire comme un pays du tiers monde qui ne cesse de se tirer dans les pattes...

Sincèrement à nos illustres nouveaux députés, nouveaux ministres, chefs de factions, de courants politiques et religieux et tout les autres. Le peuple qui a voté ainsi que celui qui s'est abstenu vous contemplent...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES ABSTENTIONS CHER CHEF DE L,ETAT ONT DIT NON A LA LOI ELECTORALE ABATARDIE QUI A CONSACRE LA MAINMISE IRANIENNE SUR LE PAYS ! IL FAUT AGIR EN CONSEQUENCES ...

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué