Spécial législatives libanaises 2018

X

À La Une

Qui sont les six femmes élues au Parlement libanais ?

Repère - législatives libanaises

Quatre nouvelles arrivantes et deux femmes réélues siégeront parmi les 128 députés.

08/05/2018

Six femmes seulement siégeront au Parlement libanais, au terme des législatives de dimanche 6 mai, les premières depuis 9 ans. Six femmes, c'est 2 de plus que dans la précédente Chambre. Mais ce n'est aussi toujours que 4,68% du Parlement qui compte 128 députés. 86 candidates, un record, étaient pourtant sur les rangs pour les législatives de dimanche.


Voici les six nouvelles députées :


Paulette ou Paula Yacoubian, Beyrouth I, arménienne-orthodoxe, société civile

Paulette Yacoubian, connue sous le nom de Paula Yacoubian, est née en 1976. Fille de Siragan, survivant du génocide arménien et de Rachel, une Libanaise de Jbeil, divorcée, elle est mère d’un garçon.
La nouvelle députée arménienne-orthodoxe est originaire de la région de Medawar à Beyrouth. Elle était représentante du parti Sabaa à Beyrouth I, au sein de la liste de la société civile, Koullouna Watani.
Mme Yacoubian est journaliste depuis l’âge de 17 ans. Durant de nombreuses années, elle a été rédactrice politique de télévision et présentatrice d’un talk-show sur la chaîne Future TV. Parallèlement, elle est activement engagée dans les causes sociales avec l’association Dafa, qui a apporté une assistance et des aides à plus de 100 000 familles pauvres à travers le pays. Elle a aussi pris l’initiative de recycler de vieux pneus en les transformant en sacs à main pour femmes. Sur le plan professionnel, elle est directrice exécutive et directrice générale de la société « Integrated communication », spécialisée dans la stratégie des communications et des relations avec les médias. En janvier 2018, c’est en direct qu’elle a présenté sa démission de la Future TV, pour rejoindre la liste de la société civile.
Il y a trois ans, elle a été invitée par la Banque mondiale à devenir membre d’un panel pour la diversité, pour récompenser ses efforts visant à développer les capacités des femmes au Liban et dans le monde arabe, et son refus de toute discrimination. En 2017, elle reçoit la distinction d’officier de l’Ordre de la Couronne, du roi Philippe de Belgique pour son parcours journalistique, humanitaire et environnemental. Elle est aussi récompensée par la Fondation René Moawad.



Dima Jamali, Tripoli, sunnite, Courant du Futur

Dima Jamali est née en 1971. Mariée, mère de deux enfants, elle est professeure de gestion et titulaire de la chaire Kamal Shair en leadership responsable, à la Olayan School of Business de l’Université américaine de Beyrouth. Elle est diplômée d’un doctorat en politique sociale et administration de l’Université de Kent à Canterbury, au Royaume-Uni. Ses recherches et son enseignement portent principalement sur la responsabilité sociale des entreprises et l’entrepreneuriat social. Elle est également auteure et éditrice de trois livres et d’une cinquantaine de publications internationales sur la question, au Liban et au Moyen-Orient. Elle est aussi lauréate du prix Shoman 2010 du meilleur jeune chercheur arabe et membre des Eisenhower Fellows, un réseau mondial de professionnels engagés pour un monde prospère, juste et pacifique.
Depuis deux ans, Dima Jamali a décidé de se lancer dans la chose publique. Elle est consultante experte sur des projets financés par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), la Commission économique et sociale de l’Asie occidentale (CESAO), la Banque mondiale, l’Agence des États-Unis pour le développement international (USaid), le Centre de recherches pour le développement international du Canada (CRDI). Convaincue de la nécessité pour les femmes d’être mieux représentées au Parlement, elle veut travailler sur le partenariat public-privé, le développement des capacités des femmes et l’amélioration de l’école publique.


Rola Tabch Jaroudi, Beyrouth II, sunnite, Courant du Futur

Membre du barreau de Beyrouth depuis 1995, Rola Tabch est depuis 2016, directrice associée de l’étude d’avocat Alem et associés. Cette épouse et mère de famille trilingue, qui parle couramment l’arabe, l’anglais et le français, est détentrice d’un diplôme de droit de l’Université libanaise. Elle dirige également le siège social, les fusions-acquisitions et les pratiques immobilières du bureau de Beyrouth. Elle est l’auteure de plusieurs articles et publications légales sur la gouvernance d’entreprises, la restructuration d’entreprises et le management immobilier. Elle a contribué à la rédaction de propositions de lois. Elle est aussi membre du groupe chargé de l’amendement du code de commerce libanais.


Bahia Hariri, Saïda, sunnite, Courant du Futur

Née à Saïda en 1952, la sœur de l’ancien Premier ministre assassiné, Rafic Hariri, est députée depuis 1992. Elle a été ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur de 2008 à 2009. Elle est depuis 2009 présidente de la Commission parlementaire de l’Éducation, une fonction qu’elle avait déjà occupée entre 1992 et 2008. Bahia Hariri est connue pour son engagement humanitaire. Elle est mariée à Moustapha Hariri qui est aussi son cousin. Elle est mère de 4 enfants.


Inaya Ezzeddine, Tyr-Zahrani, chiite, Amal

La ministre d’État pour le Développement administratif est élue députée de Tyr Zahrani pour la première fois de sa carrière politique. Cette mère de deux filles, divorcée, née à Chehour-Tyr en 1961, est titulaire d’une licence en biologie, d’un doctorat en médecine, d’une spécialisation en médecine de laboratoire et sciences pathologiques, ainsi que d’une bourse en cytologie de l’AUB. Propriétaire et directrice d’un laboratoire médical, c’est une « self-made woman », comme elle se plaît à le dire. Son engagement politique remonte à son enfance, car sa famille était influencée par l’imam Moussa Sadr. En 2009, le chef du mouvement Amal, Nabih Berry, lui demande d’intégrer le bureau politique. Elle s’investit alors dans l’action partisane et dans la politique.



Sethrida Tok Geagea, Bécharré, maronite, Forces libanaises

Sethrida Tok est née en 1967 au Ghana au sein d’une famille de notables de Bécharré. Son engagement politique a commencé à l’Université libano-américaine, (LAU), où elle a obtenu une licence en sciences politiques en 1994. Lors de ses études, elle a rencontré le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, qu’elle a épousé en 1991. Elle est membre du Parlement depuis 2005. Elle est aussi membre de la Ligue maronite. Lors de sa carrière parlementaire, Mme Geagea avait présenté une proposition de loi sur l’abolition des circonstances atténuantes prises en compte dans les procès de crimes d’honneur.


Lire aussi

Législatives libanaises : la répartition des forces au sein du nouveau Parlement

Législatives libanaises 2018 : Les leçons à retenir du scrutin

Et retrouvez tous les articles sur les résultats des législatives libanaises dans notre espace dédié



Retour à la page d’accueil

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Wlek Sanferlou

Bon courage, vous serez la voix de tout les libanais

Sarkis Serge Tateossian

Une grosse déception .... Le nombre reste très faible.
Le Liban sera mieux et mieux géré avec plus de présence féminine au parlement. Leur regard apportera une valeur ajoutée incontestable.

Bonne chance aux six femmes députées libanaises.

RE-MARK-ABLE

Content d'en avoir 6 , ça aurait pu être plus , peut être qu'il aurait fallu plus de tantes ou soeur ...ou épouses de .....ou nièce ou belle soeur de......

NAUFAL SORAYA

Mabrouk! Nous comptons sur vous pour changer la donne!

Irene Said

Bonne chance à toutes, et surtout beaucoup de courage et de persévérance !
Irène Saïd

Antoine Sabbagha

Bonne chance pour nos six femmes élues au Parlement,qui ont toutes l'air bien ambitieuses .

Qui sont les six femmes élues au Parlement libanais ?

08/05/2018

De gauche à droite, de haut en bas : Sethrida Geagea, Paulette Yacoubian, Rola Tabch Jaroudi, Inaya Ezzeddine, Bahia Hariri et Dima Jamali.

Repère - législatives libanaises

Quatre nouvelles arrivantes et deux femmes réélues siégeront parmi les 128 députés.

Anne-Marie El-HAGE | OLJ

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

Retour à la page d’accueil
Commenter

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.
Merci.

Voir toutes les réactions
Wlek Sanferlou

Bon courage, vous serez la voix de tout les libanais

Sarkis Serge Tateossian

Une grosse déception .... Le nombre reste très faible.
Le Liban sera mieux et mieux géré avec plus de présence féminine au parlement. Leur regard apportera une valeur ajoutée incontestable.

Bonne chance aux six femmes députées libanaises.

RE-MARK-ABLE

Content d'en avoir 6 , ça aurait pu être plus , peut être qu'il aurait fallu plus de tantes ou soeur ...ou épouses de .....ou nièce ou belle soeur de......

NAUFAL SORAYA

Mabrouk! Nous comptons sur vous pour changer la donne!

Irene Said

Bonne chance à toutes, et surtout beaucoup de courage et de persévérance !
Irène Saïd

Antoine Sabbagha

Bonne chance pour nos six femmes élues au Parlement,qui ont toutes l'air bien ambitieuses .

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué