Spécial législatives libanaises 2018

X

Liban

Derrière l’abstention aux législatives libanaises, deux coupables : le rejet de la loi et le découragement

Législatives 2018

Plus de la moitié des Libanais n’ont pas voté aux législatives de dimanche. Certains d’entre eux expliquent pourquoi.

08/05/2018

C’est la première fois que Nadine choisit de ne pas voter à un scrutin libanais. « D’habitude, je préfère exprimer mon avis pour barrer la voie aux médiocres, mais avec cette loi, ce n’est tout simplement pas possible », dit-elle. Les alliances incohérentes, l’obligation de voter pour toute une liste afin de donner sa voix au candidat de son choix, le manque de confiance dans les partis traditionnels libanais comme dans les candidats indépendants… l’ont dissuadée de se rendre aux urnes. « Je sais que certains expriment leur réprobation de ce choix sur les réseaux sociaux, mais je reste persuadée que quel que soit notre vote, les résultats seront trafiqués, poursuit-elle. Si ce n’était pas le cas, pourquoi les Libanais de l’étranger ne voteraient-ils pas le même jour que le scrutin national, et pourquoi les caisses des pays de l’émigration ne sont-elles pas ouvertes sur place au lieu d’être transportées jusqu’à Beyrouth ? Les gens n’y croient plus. »


(Lire aussi : Machnouk promet les résultats complets des législatives « dans les 36 à 48 heures »)


Comme Nadine, nombreux sont les Libanais qui ont choisi de protester par leur silence. Le taux de participation aux premières législatives Libanaises en près d'une décennie, a atteint 49,2% contre 54% en 2009. « J’ai décidé de m’abstenir de voter, car la nouvelle loi électorale est façonnée de manière à ramener au pouvoir les mafias existantes », s’insurge Guy. Carole, qui vote à Saïda, est sympathisante du 14 Mars, mais elle a été « déçue par cette alliance qui n’a absolument pas concrétisé nos attentes après notre forte et enthousiaste mobilisation, en 2005 ».

Pour Lara, ce n’est pas seulement la loi actuelle qui pose problème, mais tout le système électoral. « De par mon père, je suis issue de Nabatiyé (Sud), ma mère est de Tannourine (Nord) et j’habite le Metn-Sud, raconte-t-elle. Je trouve absurde qu’on doive voter dans son village d’origine et non dans son lieu de résidence. Je préfère choisir des personnes qui ont un impact sur mon quotidien et que je connais. Je crois que si ce choix était donné aux Libanais, ils participeraient davantage aux élections. »
 « J’ai 53 ans, raconte un citoyen qui a décidé de témoigner sous couvert d’anonymat. J’ai vécu tous les conflits, et je me rends compte que la décision des Libanais n’est pas entre leurs mains, mais aux mains de forces étrangères. Je ne crois pas que ce pays recouvrera de sitôt sa libre décision, d’où le fait que je pense que mon vote n’y changera rien. Ces élections ne sont qu’une comédie orchestrée par des étrangers. »


(Lire aussi : Législatives libanaises : les violations à la pelle seront soumises au Conseil constitutionnel)


Richard, lui, aurait dû voter pour la première fois aux législatives en 2018, mais il ne l’a pas fait. « Je ne vote pas pour des paroles, mais pour des actes, affirme-t-il. Or j’ai constaté qu’aucune formation politique n’a réalisé plus de 2 à 3 % des programmes qu’elle avait annoncés en période électorale, mais ces formations se présentent quand même aux élections en faisant de nouvelles fausses promesses et en criant au changement ! » Pourquoi ne pas encourager les indépendants ? « Je félicite les nouveaux visages du Parlement, mais je ne voterai pour eux en 2022 que s’ils s’en tiennent à leurs programmes », insiste-t-il.
Certains ont des raisons toutes personnelles pour ne pas voter. Une lectrice interrogée affirme ne vouloir participer à aucun scrutin tant que le système électoral restera confessionnel, et que les femmes mariées à des étrangers seront dans l’incapacité de voter avec leurs enfants… en référence au fait que la Libanaise ne peut transmettre sa nationalité à sa descendance.


(Lire aussi : Démonstration de force symbolique du Hezbollah à Beyrouth)


Théoriquement valable, mais mal appliquée
Ce qui ressort de ces témoignages, c’est le manque de confiance dans la classe politique et dans la possibilité de changer quoi que ce soit par le vote, ainsi qu’un rejet de la nouvelle loi. Les experts rejoignent les impressions des électeurs dans leur analyse.


Pour Jean-Pierre Katrib, analyste et activiste des droits de l’homme, il existe en premier lieu des raisons techniques liées à la nouvelle loi électorale. « Les chiffres officiels montrent un nombre très important de votes annulés, dit-il. Cela est considérable quand on pense que certains candidats l’ont emporté sur d’autres à quelques centaines de voix près. »
L’expert pense que les électeurs soit n’ont pas vraiment compris la loi, soit la rejettent tout simplement, parce qu’elle leur impose de voter pour toute une liste en vue de favoriser leur candidat préférentiel, d’où le nombre de votes blancs et le taux d’abstention. « Nous avons adopté une loi qui était théoriquement valable, mais qui a été mal appliquée, insiste-t-il. Les électeurs n’ont souvent pas adhéré aux alliances hétéroclites. »
Jean-Pierre Katrib fait remarquer que ces alliances incompréhensibles ont poussé les électeurs au découragement, entraînant un phénomène d’« apathie civique », quand le citoyen pense qu’il ne peut rien changer, et voit ses horizons de changement bouchés par une justice politisée, des mouvements de rue qui ont prouvé leurs limites, ou encore l’incapacité à mener une délibération démocratique avec des autorités qui ont tendance à imposer leur avis.


(Lire aussi : Remaniement des votes au Baalbeck-Hermel : chercher le courant du Futur ?)


Trois causes principales sont à l’origine de cette baisse de fréquentation des bureaux de vote, selon Zeina Hélou, chercheuse en secteur public et activiste politique. Elle aussi évoque « les alliances peu convaincantes et le fait qu’il n’y ait pas d’axes politiques clairs comme en 2009 ». La deuxième grande cause, selon elle, c’est que les électeurs désespèrent de leur capacité à changer quoi que ce soit. « À mon avis, ils n’ont pas foi en leur rôle, dit-elle. Par ses agissements, la classe politique les a convaincus que toute reddition de comptes était inutile. »
La troisième cause relève des alternatives à la classe dirigeante. « Sans jugement aucun, je dirais en toute objectivité que les électeurs n’ont pas été convaincus par l’alternative proposée par la société civile, dit-elle. Pour changer les choses, il faut travailler davantage sur le terrain. Actuellement, de tels efforts sont prodigués à Beyrouth, mais pas dans les régions. Il convient de changer de stratégie et d’aller vers les gens. »


Lire aussi

Les partisans de Joumana Haddad contestent les résultats des législatives

« Je suis imbattable », affirme Hariri

Nasrallah : « Beyrouth est et restera la capitale de la résistance »

Le « merci » des FL

Première lecture, l'édito de Michel Touma

Bassil : « Nous avons gagné »

Pharaon : Je continuerai à suivre de près toutes les questions importantes du pays

Législatives : "grande victoire" et "objectif atteint", se félicite Nasrallah

Législatives : Hariri annonce que son mouvement a perdu un tiers de ses sièges

Législatives libanaises : "Hezbollah = Liban", réagit un ministre israélien

Retour à la page d’accueil

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

LA TABLE RONDE

La communauté chiite a voté parfois à 70% sur certaines circonscriptions .

Une autre leçon de civisme démocratique à prendre en exemple .

Antoine Sabbagha

Protester par le silence et ne pas voter c'est donner carte blanche aux intrus au Parlement et la preuve on a de nouveau des courants extrémistes élus .

yves kerlidou

Enfin une analyse logique ! Même si le devoir de tous citoyens est de voter je peux comprendre que choisir entre la peste ou le Choléra ce n'est pas facile.Et si le pourcentage des votants est faible il est quand même relevé par les secteurs musulmans Chiites car chez eux la discipline avant tout, chez les autres la réflexion prime sur la consigne et là il n'y avait pas beaucoup de grain à moudre, les enjeux principaux du pays étaient aux oubliettes des candidats et l'argumentation était au niveau de la ceinture et des injures, c'est ce qui reste quand on a rien à dire alors comment s'étonner que ceux qui ont un peu de cervelle s'abstiennent

Wlek Sanferlou

Voter est le moyen civilisé d'exprimer sa position.L'abstention est tout simplement donner, à ceux mêmes qu'on répugne, le droit de nous maltraité encore plus.
Dommage...

Stes David

Est-ce que le taux de participation est-il partout de 49.2% ou est-il différent dans des régions différents, et comment calculer cela (impossible ?) car si on dit " je suis issue de Nabatiyé (Sud), ma mère est de Tannourine (Nord) et j’habite le Metn-Sud - je trouve absurde qu’on doive voter dans son village d’origine et non dans son lieu de résidence" par exemple le taux de participation Nabatiyé dépend donc de ceux qui font le voyage vers le sud pour aller voter s'ils habitent par exemple le Metn-Sud.

gaby sioufi

ce ne fut pas la nouvelle loi raison des abstentions qui d'ailleurs n'ont pas ete dramatiques, loin de la !

les abstentionnistes sont ceux qui se sont toujours abstenus.
les pertes encourues par les derniers/vrais 14 marsistes sont dues aux votants de la ste civile et apparentes- democratie que de crimes en ton nom . COMMENT ?

parce que ceux votants pour aoun sont aussi endoctrines que les chiites votants amal et hezbolla. donc aucun attrait pr quoique ce soit d'autre -la vrai Democratie quoi !
bien entendu,hariri lui a donne bcp plus qu'un coup de pouce, il lui a donne un coup de tout un bras et un avant-bras.
encore une fois, democratie que de crimes en ton nom.
PS. loin de moi vouloir critiquer les candidats de la ste civile.
par contre une remarque "anodine" : ceux la ont commis une faute grave: C occulter ds leurs discours le role des kataebs et FL, PNL et allies lors de la guerre de liberation du LIBAN, 1967-1990.


L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE REJET DE LA LOI ET SURTOUT CELUI DE LA FORMATION DES LISTES ONT JOUE UN ROLE PRIMORDIAL CHEZ LES CITOYENS EXCEPTION FAITE DE LA COMMUNAUTE CHIITE OU LE MOT D,ORDRE DE VOTER DES DEUX MILICES FUT SUIVI PAR TOUS !

Derrière l’abstention aux législatives libanaises, deux coupables : le rejet de la loi et le découragement

08/05/2018

Plus de la moitié de la population n’a pas répondu dimanche à l’appel des urnes, par découragement ou rejet de la loi.

Législatives 2018

Plus de la moitié des Libanais n’ont pas voté aux législatives de dimanche. Certains d’entre eux expliquent pourquoi.

Suzanne BAAKLINI | OLJ

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

Retour à la page d’accueil
Commenter

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.
Merci.

Voir toutes les réactions
LA TABLE RONDE

La communauté chiite a voté parfois à 70% sur certaines circonscriptions .

Une autre leçon de civisme démocratique à prendre en exemple .

Antoine Sabbagha

Protester par le silence et ne pas voter c'est donner carte blanche aux intrus au Parlement et la preuve on a de nouveau des courants extrémistes élus .

yves kerlidou

Enfin une analyse logique ! Même si le devoir de tous citoyens est de voter je peux comprendre que choisir entre la peste ou le Choléra ce n'est pas facile.Et si le pourcentage des votants est faible il est quand même relevé par les secteurs musulmans Chiites car chez eux la discipline avant tout, chez les autres la réflexion prime sur la consigne et là il n'y avait pas beaucoup de grain à moudre, les enjeux principaux du pays étaient aux oubliettes des candidats et l'argumentation était au niveau de la ceinture et des injures, c'est ce qui reste quand on a rien à dire alors comment s'étonner que ceux qui ont un peu de cervelle s'abstiennent

Wlek Sanferlou

Voter est le moyen civilisé d'exprimer sa position.L'abstention est tout simplement donner, à ceux mêmes qu'on répugne, le droit de nous maltraité encore plus.
Dommage...

Stes David

Est-ce que le taux de participation est-il partout de 49.2% ou est-il différent dans des régions différents, et comment calculer cela (impossible ?) car si on dit " je suis issue de Nabatiyé (Sud), ma mère est de Tannourine (Nord) et j’habite le Metn-Sud - je trouve absurde qu’on doive voter dans son village d’origine et non dans son lieu de résidence" par exemple le taux de participation Nabatiyé dépend donc de ceux qui font le voyage vers le sud pour aller voter s'ils habitent par exemple le Metn-Sud.

gaby sioufi

ce ne fut pas la nouvelle loi raison des abstentions qui d'ailleurs n'ont pas ete dramatiques, loin de la !

les abstentionnistes sont ceux qui se sont toujours abstenus.
les pertes encourues par les derniers/vrais 14 marsistes sont dues aux votants de la ste civile et apparentes- democratie que de crimes en ton nom . COMMENT ?

parce que ceux votants pour aoun sont aussi endoctrines que les chiites votants amal et hezbolla. donc aucun attrait pr quoique ce soit d'autre -la vrai Democratie quoi !
bien entendu,hariri lui a donne bcp plus qu'un coup de pouce, il lui a donne un coup de tout un bras et un avant-bras.
encore une fois, democratie que de crimes en ton nom.
PS. loin de moi vouloir critiquer les candidats de la ste civile.
par contre une remarque "anodine" : ceux la ont commis une faute grave: C occulter ds leurs discours le role des kataebs et FL, PNL et allies lors de la guerre de liberation du LIBAN, 1967-1990.


L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE REJET DE LA LOI ET SURTOUT CELUI DE LA FORMATION DES LISTES ONT JOUE UN ROLE PRIMORDIAL CHEZ LES CITOYENS EXCEPTION FAITE DE LA COMMUNAUTE CHIITE OU LE MOT D,ORDRE DE VOTER DES DEUX MILICES FUT SUIVI PAR TOUS !

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué