Spécial législatives libanaises 2018

X

Liban

Beyrouth II : Raz-de-marée bleu à Tarik Jdidé

Beyrouth II / Reportage

Dans les quartiers populaires de Beyrouth II, la liste du Futur semble recueillir une grande partie des suffrages. Mais les indépendants espèrent se faire une place.

07/05/2018

« J’attends mon tour depuis deux heures. Et j’attendrai toute la vie s’il le faut, cheikh Saad en vaut la peine. »
Dans le bureau de vote installé à l’école Khaled ben Walid à Tarik Jdidé, Nouhad Akkaoui, une mère de famille de 58 ans, donne le ton. Ce quartier populaire, principal fief du courant du Futur à Beyrouth II, est entièrement pavoisé de bleu : les ballons bleus flottent sur les ruelles, les délégués cueillent les votants sous des auvents bleus pour leur donner les consignes de vote. Et pour leur faciliter la tâche, ils ont apposé sur leurs tee-shirts la photo du candidat pour lequel ils leur demandent d’accorder leur vote préférentiel. À Khaled ben Walid, c’est Saad Hariri, et Nouhad Akkaoui, qui attend son tour dans la file des femmes, s’en félicite : « L’avenir de nos enfants est entre ses mains. J’espère que notre pays va aller mieux, que nos jeunes ne vont plus émigrer. »
Les haut-parleurs accrochés par les partisans du Futur diffusent à tue-tête une chanson à la gloire de Saad Hariri, qui avait arpenté vendredi, à pied ou juché sur le toit de sa voiture, toutes les ruelles du quartier pour galvaniser les habitants. Devant tous les bureaux de vote, des jeunes sont massés, dans une atmosphère bon enfant. Mais un incident peut vite éclater : près d’un bureau de vote derrière l’Université arabe, des partisans du Hezbollah et des Ahbache ont essayé de planter un drapeau du Hezbollah, et l’un d’eux a même tiré un coup de feu, avant que l’armée, lourdement déployée, n’intervienne pour rétablir le calme.


(Lire aussi : Législatives libanaises 2018 : Les leçons à retenir du scrutin)



Plus de femmes au Parlement
À l’école Omar Zeenni, près du stade municipal, l’affluence est à son comble en milieu de journée. Dans une chaleur étouffante, les femmes s’éventent à l’étage qui leur est réservé en attendant de pouvoir déposer leur bulletin dans l’urne, des délégués portent sur un brancard une femme handicapée venue voter… Ici, la consigne est de voter pour Roula Tabch Jaroudi, seule femme de la liste du courant du Futur.
 « J’espère que nous aurons un Parlement plus représentatif. Nous voulons plus de femmes par exemple », dit Khayrat Habbal, médecin de famille qui attend son tour. J’espère qu’il y aura un changement, pour que les gens aient de nouveau confiance dans le pays et n’aient plus à émigrer… » « Je suis venue exercer mon droit démocratique. Je suis réaliste, je n’attends pas de changements radicaux, mais je veux espérer dans la mesure du possible un Parlement meilleur », affirme Yussur Kutub Ramadan, ingénieure d’une quarantaine d’années.
Dans les salles de classe, les délégués sont sagement alignés sur les bancs, arborant les couleurs de leurs formations : bleu évidemment, mais aussi jaune pour les Ahbache, ces fondamentalistes sunnites alliés au Hezbollah et au mouvement Amal, présents en force dans le quartier, rouge pour la liste de l’homme d’affaires Fouad Makhzoumi… En tout, neuf listes, un nombre record, se font concurrence à Beyrouth II, qui englobe les quartiers formant Beyrouth-Ouest du temps de la guerre civile. Dans cette circonscription qui compte 347 270 électeurs, quelque 83 candidats s’affrontent pour occuper 11 sièges, dont six sunnites, deux chiites, un grec-orthodoxe, un druze et un protestant. Les délégués rapportent consciencieusement la moindre infraction, mais le vote se déroule globalement bien. Les votants utilisent l’isoloir pour faire leur choix, les noms sont bien vérifiés… Des délégués de la liste soutenue par l’ancien ministre Achraf Rifi ont cependant affirmé avoir été empêchés d’entrer dans des bureaux de vote.
Si la liste du tandem chiite, alliée aux Ahbache, est certaine de faire élire des candidats, les autres listes, notamment celles représentant la société civile, espèrent émerger de ce raz-de-marée bleu.


(Lire aussi : Les lenteurs du vote ont-elles fait ombrage à la liberté des législatives ?)



L’argent politique
« Il y a 580 salles de vote à Beyrouth II et nous n’avons que 280 délégués », affirme à L’OLJ, juste après avoir glissé son bulletin dans l’urne à l’école Fakhreddine à Mazraa, Hassan Sinno, candidat sur la liste Koullouna Beyrouth formée d’indépendants. « Les Libanais ont soif de démocratie et de changement, mais le système fait que les indépendants sont désavantagés », explique-t-il, tout en se disant « encouragé » par le fait que « beaucoup de personnes qui ne voulaient pas voter ont décidé de nous appuyer. Mais est-ce que l’argent politique va gâcher nos efforts ? ».
Jusqu’en milieu de journée, il n’a pas été possible de voir des opérations d’achat de voix, même si les rumeurs allaient bon train. Mais les deux dernières heures de vote sont souvent les plus propices à de telles malversations.
C’est plutôt dans les beaux quartiers que la liste des indépendants a des chances de recueillir des voix. « C’est la première fois que je vote, je suis très enthousiaste », s’exclame Rawan Ghalayini, venue voter à l’école Chakib Arslane à Verdun, où défilent les femmes élégantes, portant leur it bag. « Il faut qu’il y ait un changement dans le pays. Nous voulons des actes, pas seulement des paroles », explique la jeune fille, qui ne travaille pas, venue accompagnée de sa mère. « Nous voulons changer toute l’ancienne équipe. Nous les avons déjà essayés », lâche un autre électeur.
C’est là que Saad Hariri a voté dimanche matin, dans une atmosphère de kermesse. Mais qui n’est pas partagée par tous, même parmi ses électeurs potentiels : « Je me sens désespéré, frustré. C’est le confessionnalisme dans toute sa gloire, il suffit de voir le découpage électoral de Beyrouth », affirme Mohammad Berjaoui, un instituteur de 35 ans.


Lire aussi
Législatives 2018, Infinity War(s), l'édito de Ziyad Makhoul

Après les élections, Baabda se focalisera sur deux grands dossiers, le décryptage de Scarlett Haddad


Reportages
A Beyrouth I, des électeurs engoués, mais peu nombreux

Au Kesrouan et à Jbeil, les partis chrétiens, plébiscités, font face au Hezbollah

Liban-Nord III : Une vague orange déferle sur Batroun

À Tripoli, un vent de changement pas près de se traduire dans les urnes

À Baalbeck-Hermel, « voter avec le sang »

Békaa II : Pour les formations politiques, des « territoires » partisans bien définis


Mont-Liban III : Dans la Montagne, la guerre des drapeaux

Législatives : Au Metn, une célébration du « pluralisme de la société chrétienne »

Législatives : Au Chouf et à Aley, la fibre communautaire domine

À Zghorta et dans le Koura, deux ambiances différentes, un même calme

Dans un Bécharré FL, Marada, CPL et société civile tentent de se frayer un chemin

À Zahlé, un scrutin d’une grande lenteur et des échauffourées interchrétiennes

Liban-Sud I : Le calme de Saïda contraste avec l’effervescence de Jezzine

Législatives au Liban-Sud III : « Nous voguons à l’intérieur d’une mer chiite »

Au Akkar, les face-à-face familiaux ont pimenté un scrutin plutôt terne

Pour les électeurs à besoins spéciaux, un mélange de cauchemar et d’humiliations...

Témoignages : Paroles d'électeurs libanais : "Nous sommes heureux de pouvoir exercer enfin notre droit de vote"

Diaporama : Législatives libanaises : la journée de vote, en images

(Tous nos articles concernant les législatives sont dans cet espace dédié)

Retour à la page d’accueil

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Beyrouth II : Raz-de-marée bleu à Tarik Jdidé

07/05/2018

Le Premier ministre Saad Hariri a voté... Jamal Saidi/Reuters

Une déléguée des Ahbache aidant une vieille dame à accéder au bureau de vote à Beyrouth II. Photo Hassan Assal

Beyrouth II / Reportage

Dans les quartiers populaires de Beyrouth II, la liste du Futur semble recueillir une grande partie des suffrages. Mais les indépendants espèrent se faire une place.

Acil TABBARA | OLJ

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

Retour à la page d’accueil
Commenter

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.
Merci.

Voir toutes les réactions
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué