Spécial législatives libanaises 2018

X

Liban

Les ministres font le bilan du vote des émigrés et évoquent les préparatifs du scrutin local

gouvernement

Le cabinet prévoit de se réunir à nouveau la semaine prochaine, et peut le faire jusqu’au 20 mai.

04/05/2018
Le gouvernement a tenu hier, au palais de Baabda, sa dernière réunion avant les élections législatives de dimanche, évoquant les préparatifs du scrutin et se félicitant du bon déroulement du vote des Libanais de l’étranger qui a eu lieu la semaine dernière.
Selon notre correspondante Hoda Chedid, le gouvernement se réunira toutefois une nouvelle fois la semaine prochaine, et pourrait le faire jusqu’au 20 mai, c’est à dire avant la fin de la législature. À l’issue des élections, le gouvernement doit présenter sa démission et le futur Premier ministre sera désigné à la suite de consultations entre les blocs parlementaires et le chef de l’État.
Avant le début de la réunion, le chef de l’État, Michel Aoun, s’est entretenu avec le Premier ministre Saad Hariri, au sujet des préparatifs du scrutin.
Au cours de la réunion, le ministre de l’Intérieur Nouhad Machnouk a exposé devant ses collègues les mesures de sécurité qui seront mises en place dimanche lors du scrutin sur tout le territoire. Il a par ailleurs publié une circulaire dans laquelle il rappelle que chaque candidat aux législatives a droit à un délégué auprès des commissions de décompte des voix. Le ministre de la Justice Salim Jreissati a, lui, fait savoir qu’un horaire de travail complet sera assuré au sein de son ministère et des parquets afin de contrôler le travail des commissions de décompte des voix.
Le cabinet a également évoqué le vote vendredi dernier de Libanais dans les pays arabes, et dimanche dans le reste du monde. « Nous nous sommes félicités du vote des Libanais de l’étranger, mais nous avons émis des remarques relatives à l’inégalité des chances (durant le scrutin), en attendant que soient prévus des sièges pour des députés de la diaspora en application de la loi électorale », a affirmé le ministre de la Jeunesse et des Sports, Mohammad Fneich, affilié au Hezbollah.
Plus de 82 000 électeurs libanais de la diaspora étaient inscrits sur les listes, et environ 59 % d’entre eux sont allés voter. Le vote des Libanais de l’étranger dans leur pays de résidence est une première depuis l’indépendance du Liban en 1943, rendue possible grâce à la nouvelle loi électorale.
Les ministres des Affaires étrangères, Gebran Bassil, et de l’Intérieur, Nouhad Machnouk, devaient présenter au gouvernement un rapport conjoint détaillé sur le vote des Libanais de la diaspora. Dans le cadre de ce scrutin, les électeurs de l’étranger ont voté pour les candidats appartenant à leur circonscription électorale, mais lors du prochain scrutin en 2022, six sièges devraient être alloués à la diaspora.

Débat avorté autour de l’université orthodoxe…
À l’ordre du jour du Conseil figuraient 44 points, notamment la signature de projets de décrets concernant des prêts, dont certains prévus par la conférence internationale de Paris 3.
 « La clause relative au plafonnement des fonds alloués aux hôpitaux figurera à l’ordre du jour de la séance prévue la semaine prochaine », a fait savoir le ministre de la Santé, Ghassan Hasbani. Il a rappelé que cette clause est en suspens depuis un an et demi. Le ministre a en outre affirmé que le débat autour de la création d’une université dépendant du patriarcat grec-orthodoxe a été reporté, en raison de l’objection du ministre de la Défense, Yaacoub Sarraf, qui appartient à cette communauté. Le ministre des Affaires sociales, Pierre Bou Assi, qui lisait le communiqué final de la réunion, a refusé d’exposer les motifs du report.
Selon des sources interrogées à ce sujet, il semble que cette clause a été soulevée par le président de la République en marge de l’ordre du jour. Durant la réunion, l’affaire était portée surtout par les ministres Ghassan Hasbani, Michel Pharaon et Melhem Riachi. Toutefois, les ministres Ali Kanso et Ali Hassan Khalil ont demandé le report de cette clause sans motif spécifique, ce qui a été approuvé par le Premier ministre et le président, qui n’ont pas ouvert de possibilité à une quelconque discussion. Toujours selon ces sources, il semble que l’objectif apparent a été de montrer au métropolite de Beyrouth, Mgr Élias Audi, que l’affaire a bien été débattue, alors que le but réel était de recourir à des atermoiements, reportant cette question pour l’après-élections, de manière à ne pas privilégier une liste plus proche du prélat qu’une autre… La question devrait être discutée lors du Conseil des ministres la semaine prochaine.
Par ailleurs, le ministre de l’Économie, Raëd Khoury, a fait savoir que « 14 postes vacants au sein du Conseil économique et social seront pourvus ». Interrogé par un journaliste sur la raison de ces nominations au sein d’un conseil qui n’est pas actif, puisque l’État a régulièrement recours à des bureaux de consultation, M. Bou Assi a estimé qu’« il faut s’habituer à aller jusqu’au bout dans les projets entrepris, surtout quand il est question de deniers publics ». Ce conseil, a-t-il poursuivi, « contribuera à mettre au point une nouvelle vision, et il faut lui donner les moyens pour cela ».
Le ministre d’État aux Affaires du Parlement Ali Kanso a rappelé que « la plupart des postes de fonctionnaires de première catégorie sont vacants et ne seront pourvus qu’à l’issue d’un marché » entre les responsables politiques.
Retour à la page d’accueil

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Les ministres font le bilan du vote des émigrés et évoquent les préparatifs du scrutin local

04/05/2018

Un dernier Conseil des ministres avant les élections législatives s’est tenu hier, à Baabda, sous la présidence du président Michel Aoun. Photo Dalati et Nohra

gouvernement

Le cabinet prévoit de se réunir à nouveau la semaine prochaine, et peut le faire jusqu’au 20 mai.

Matthieu KARAM | OLJ

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

Retour à la page d’accueil
Commenter

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.
Merci.

Voir toutes les réactions
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué