Spécial législatives libanaises 2018

X

Liban

Ziad Hawat : Les armes du Hezbollah devraient être discutées après les législatives à l’initiative de Aoun

Législatives 2018 - Interview express

Le candidat appuyé par les Forces libanaises promet d’œuvrer pour la croissance économique et le développement durable.

01/05/2018

Passionné par la chose publique, Ziad Hawat a toujours rêvé de mener sa ville natale, Jbeil, au rang des plus grandes capitales touristiques du monde. Pour atteindre cet objectif, il ne manque pas de saisir l’opportunité des élections municipales de 2010 et de 2016. Après avoir réussi à faire de Jbeil un des plus importants sites touristiques du pays et du monde arabe, M. Hawat a voulu donner à son parcours une nouvelle dimension. Il se lance donc aujourd’hui dans la bataille des législatives de dimanche. Il est candidat à l’un des sièges maronites de la circonscription du Kesrouan-Jbeil. À quelques jours du scrutin, M. Hawat – qui assure être « un candidat indépendant appuyé par les Forces libanaises » – répond aux questions de « L’Orient-Le Jour ».

Quel est votre positionnement au sujet des grands dossiers politiques qui sont au centre du débat national dans le pays (armes du Hezbollah, ligne politique de conduite du parti chiite, position au sujet du régime syrien, attitude à l’égard des conflits régionaux, décentralisation) ?
Je crois en un État fort, capable d’exercer son autorité sur l’ensemble de son territoire, loin des armes illégales et des îlots sécuritaires. D’autant que l’existence d’un arsenal illégal est à même d’anéantir le prestige de l’État et de constituer un camouflet pour la dignité du citoyen libanais.
Il va sans dire que la question des armes du Hezbollah a désormais une dimension régionale, au vu notamment de l’intervention du Hezbollah dans la guerre syrienne. Mais cela ne dispense pas les Libanais de demander que la question soit réglée dans le cadre d’une stratégie nationale de défense. Celle-ci devrait être discutée à l’initiative du président de la République, Michel Aoun, après les législatives.
En ce qui concerne le régime syrien, je suis contre tout régime qui attaque son peuple. Et je suis favorable à la révolution du peuple syrien, tout comme je plaide pour la neutralité du Liban par rapport aux conflits des axes.


(Lire aussi : Amal Abou Zeid : Le député est un employé auprès du peuple)


Avec quel camp ou bloc parlementaire comptez-vous coopérer au Parlement ? Envisagez-vous une coopération avec un bloc ou un camp au cas par cas, en fonction des développements ou des dossiers examinés ?
Je suis un candidat libre et indépendant, appuyé par les Forces libanaises. Si je remporte le scrutin, je serai membre de leur groupe parlementaire pour contribuer à l’édification d’un État fort, indépendant et souverain, dépourvu de corruption et d’armes illégales. Mais tout en préservant ma présence au sein du groupe FL, je pourrai collaborer avec d’autres protagonistes.

En dehors du champ politique, quel est le domaine que vous envisagez privilégier dans votre action parlementaire ?
Je voudrais focaliser sur un projet de développement du pays, à même de redresser l’économie nationale. Il m’importe aussi de faire face au mini-État. Or, cela exige que l’État assure les conditions d’une vie digne. Et cela signifie qu’il faut soutenir et améliorer les secteurs de l’agriculture et de l’industrie, ainsi que celui des services. Il faut également assurer des opportunités d’emploi aux jeunes générations.

Question des lecteurs : Vous êtes issu d’une famille historiquement affiliée au Bloc national de Raymond Eddé. Comment justifiez-vous votre alliance avec les FL ? 
J’ai été formé à l’école de Raymond Eddé qui prône les principes de l’honnêteté, de l’indépendance, de la souveraineté et de la transparence. Et je converge avec les FL sur ces principes et normes qui devraient guider tout parcours politique. C’est à la faveur de ces principes que je voudrais collaborer à l’édification d’un État fort, indépendant et souverain.


Lire aussi

Nadim Gemayel : La souveraineté de l’État, passage obligé pour s’attaquer aux dossiers socio-économiques


Élie Gharios : Priorité à la souveraineté et au droit à la santé

Michel Mecattaf : Il est de notre devoir de préparer une nouvelle classe politique

Simon Abiramia : « Au CPL, nous restons les mêmes et nous tendons la main »

Les priorités de Nehmat Frem : création d’emplois, neutralité armée et décentralisation administrative

Antoine Habchi : Briser le monopole du Hezbollah est dans l’intérêt de ses partisans

Misbah Ahdab : Je ne suis pas islamiste !

Michel Moawad : C’est en me réconciliant avec le CPL que je ressemble à mon père

Retour à la page d’accueil

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

IMB a SPO

Des reves en couleur. Celui qui croit pouvoir discuter avec le Hezb croit au Pere Noel....

Bery tus

Bravo Mr Hawat

Le Faucon Pèlerin

Moi-même j'ai été formé à l'école d'Emile Eddé et de Raymond Eddé, c'est une occasion pour moi de dire à Ziad Hawat, au cas probable de son élection le 6 mai, d'appliquer de premier chef la loi dite "Loi de Raymond Eddé" : Men ayn laka hasa ? (D'où avez-vous cela ?)

ACE-AN-NAS

Il est raisonnable ce garçon.
Je suis étonné par tant de maturité politique .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ABOLIR L,ILLEGALITE DEVRAIT ETRE LE MOT D,ORDRE !

Yves Prevost

"Les armes du Hezbollah devraient être discutées après les législatives".
En fait, les armes du Hezbollah ne souffrent aucune discussion: elles sont illégales. point final.
S'il doit toutefois y avoir discussion, elle ne peut porter que sur un point: doivent-elles êtres données à l'Armée Libanaise, seule habilitée à en posséder, ou bien être jetées à la mer?

Ziad Hawat : Les armes du Hezbollah devraient être discutées après les législatives à l’initiative de Aoun

01/05/2018

Ziad Hawat. Photo d’archives

Législatives 2018 - Interview express

Le candidat appuyé par les Forces libanaises promet d’œuvrer pour la croissance économique et le développement durable.

Yara ABI AKL | OLJ

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

Retour à la page d’accueil
Commenter

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.
Merci.

Voir toutes les réactions
IMB a SPO

Des reves en couleur. Celui qui croit pouvoir discuter avec le Hezb croit au Pere Noel....

Bery tus

Bravo Mr Hawat

Le Faucon Pèlerin

Moi-même j'ai été formé à l'école d'Emile Eddé et de Raymond Eddé, c'est une occasion pour moi de dire à Ziad Hawat, au cas probable de son élection le 6 mai, d'appliquer de premier chef la loi dite "Loi de Raymond Eddé" : Men ayn laka hasa ? (D'où avez-vous cela ?)

ACE-AN-NAS

Il est raisonnable ce garçon.
Je suis étonné par tant de maturité politique .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ABOLIR L,ILLEGALITE DEVRAIT ETRE LE MOT D,ORDRE !

Yves Prevost

"Les armes du Hezbollah devraient être discutées après les législatives".
En fait, les armes du Hezbollah ne souffrent aucune discussion: elles sont illégales. point final.
S'il doit toutefois y avoir discussion, elle ne peut porter que sur un point: doivent-elles êtres données à l'Armée Libanaise, seule habilitée à en posséder, ou bien être jetées à la mer?

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué