Spécial législatives libanaises 2018

X

Liban

Hariri du Liban-Nord : « Non au retour de la tutelle syrienne »

Législatives 2018
OLJ
30/04/2018

Le Premier ministre Saad Hariri a poursuivi le week-end dernier une tournée électorale dans le nord du pays, entamée vendredi à Tripoli. Il s’est rendu hier au Akkar, après avoir visité samedi plusieurs villages de Minié-Denniyé. Partout au cours de ses rencontres, M. Hariri a mis l’accent sur le fait que certains tentent de « modifier l’identité de la région ». Il a également mis en garde contre le fait de vouloir ramener le nord du pays sous la tutelle syrienne.
 « Le 6 mai, nous allons relever un grand défi, surtout que certains veulent ramener la tutelle syrienne au Akkar. Je n’ai aucun problème avec la compétition quand c’est pour l’intérêt du Akkar, mais nous n’accepterons pas le retour de la tutelle syrienne dans la région », a dit M. Hariri hier à Akroum. Il était accompagné des candidats Hadi Hobeiche, Mohammad Sleimane, Tarek Merhebi et Jean Moussa.
Le Premier ministre a par ailleurs insisté sur la nécessité de mettre en place des projets de développement au Akkar, soulignant que des fonds sont disponibles pour l’exécution de nombreux projets de développement dans cette région. « Quand j’étais à la conférence de Paris et que nous discutions des projets, il y avait une très grande part pour le Akkar (…). Si vous voulez que les projets soient exécutés, nous avons le programme ; voilà pourquoi tout le monde devrait voter le 6 mai », a-t-il dit. M. Hariri a par ailleurs promis aux familles des détenus islamistes que l’amnistie générale sera décrétée bientôt.
Il s’est ensuite rendu à Wadi Khaled et Kobeyate où il a été reçu par les notables de la région.

« Défier la tutelle syrienne »
De passage à Minié-Denniyé samedi dans le cadre de sa campagne électorale, Saad Hariri a appelé à préserver l’identité de la région. « Certains essaient de modifier l’identité de Minié, mais nous leur disons que son identité est claire, c’est celle de Rafic Hariri. Ceux qui disent qu’ils suivent le chemin de Rafic Hariri mais se portent candidats sur une autre liste ne représentent ni lui ni Saad Hariri. Notre candidat est Osman Alameddine et il aura le vote préférentiel », a-t-il souligné. « La seule arme contre les attaques des alliés de Bachar el-Assad contre Minié, Tripoli et Denniyé, c’est de se rendre aux urnes », a-t-il ajouté.
Le Premier ministre a tenu le même discours à Denniyé où il était accompagné du candidat Sami Fatfat. « Denniyé a toujours été fidèle à la voie du martyr Rafic Hariri et a défié la tutelle syrienne. Elle a élu le député Ahmad Fatfat en 2005 et 2009 », a lancé M. Hariri. Il a profité de sa présence dans la région pour visiter la localité de Deir Ammar où il s’est rendu au chevet de la famille de Wissam Eid, haut responsable des services de renseignements au sein des Forces de sécurité intérieure, assassiné lors d’un attentat à la voiture piégée en 2008.
Le secrétaire général du courant du Futur, Ahmad Hariri, a de son côté poursuivi samedi sa tournée dans la Békaa-Ouest-Rachaya, en présence des candidats Ziad Kadri, Mohammad Karaaoui et Amine Wehbé.
 « Les élections ont commencé à l’étranger. Le compte à rebours a commencé entre celui qui va choisir une liste libre et indépendante et celui qui va choisir une liste dirigée par Hassan Nasrallah et Bachar el-Assad », a déclaré M. Hariri. Il a en outre promis de travailler, lors d’une rencontre avec les habitants de la région, à ce que l’amnistie demandée par les familles des détenus islamistes inclue tous les prévenus.

Retour à la page d’accueil

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Hariri du Liban-Nord : « Non au retour de la tutelle syrienne »

30/04/2018

Saad Hariri, hier, lors de son passage à Wadi Khaled. Photo ANI

Législatives 2018

OLJ

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

Retour à la page d’accueil
Commenter

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.
Merci.

Voir toutes les réactions
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué