Législatives Libanaises 2018

Spécial législatives libanaises

X

Liban

Joseph Ishac, « député » virtuel depuis neuf ans

Portrait - législatives 2018

Le candidat FL veut reprendre le siège que laisse Élie Keyrouz.

23/04/2018

Lorsque le leader des Forces libanaises, Samir Geagea, s’est attardé sur le choix des candidats de son parti à Bécharré, il a déclaré qu’il considérait que la région avait eu, pendant les neuf dernières années, « un troisième député virtuel » aux côtés de Sethrida Geagea et d’Élie Keyrouz. Ce troisième député, soldat inconnu, n’est autre que Joseph Ishac, candidat aux élections législatives à la place du siège de M. Keyrouz. « Joseph Ishac n’attend pas le 6 mai pour être élu député, parce qu’il a toujours œuvré aux côtés de nos deux députés comme s’il était le troisième », avait dit M. Geagea.

Ancien président de l’ordre des ingénieurs du Nord, M. Ishac a de tout temps été actif à Hasroun, son village natal, mais aussi dans l’ensemble du caza de Bécharré : un long parcours au niveau partisan au sein des FL ou encore religieux en tant que membre du comité du waqf de l’Église à la municipalité. 

 « Depuis ma jeunesse, je suis proche des FL. Ce sont surtout les jeunes militants de Hasroun qui m’ont inspiré à agir sur le plan politique et j’ai été particulièrement impressionné par leurs sacrifices, leur lutte et leur acharnement », se souvient M. Ishac, qui a entamé sa vie de militant au sein des FL en 1991. Le candidat et sa famille ont toujours vécu à Hasroun, avant de déménager au Kesrouan il y a quelques années. « Je ne me souviens pas d’avoir passé un week-end en hiver en dehors de mon village. Pendant la saison estivale, je remonte m’installer à Hasroun et je ne bouge plus pendant plus de trois mois », raconte-t-il. « Je ne suis pas issu d’une grande famille politique, et cela nécessite de ma part un travail continu et acharné sur le terrain avec les habitants. Si je ne vivais pas à Hasroun par exemple et que je résidais uniquement à Beyrouth, je ne pourrais pas tisser des liens de confiance et de respect avec eux », explique-t-il.


(Lire aussi : Chawki Daccache, la « cause » d’abord...)


La même voie

Si Joseph Ishac remporte la victoire le 6 mai, il sera le premier député FL originaire d’un village du caza autre que Bécharré. « L’initiative qu’ont prise les FL en choisissant de présenter un candidat de Bécharré et un deuxième d’un autre village constitue un grand pas en avant en vue de briser la glace entre les villages d’un côté et Bécharré d’un autre », souligne M. Ishac, louant la décision de son parti de mettre sur un pied d’égalité tous les villages du caza. « Cette décision est en mesure de pousser des personnes non partisanes ou qui ne sympathisent pas avec les FL en particulier à voter pour moi, ne serait-ce que parce que je suis issu d’un “petit village comme eux” », ajoute-t-il.

Pour le candidat FL, le slogan de sa campagne électorale s’imposait : « Nous allons poursuivre sur la même voie ». « Si je suis élu député, je ne recommencerai pas le travail à zéro. J’ai accompagné les députés Sethrida Geagea et Élie Keyrouz tout au long de leur mandat parlementaire, notamment pour ce qui est de la lutte pour le développement du caza », affirme-t-il. « Nous formons une seule équipe et nous continuerons dans la même voie », assure-t-il. M. Ishac considère notamment qu’il relève de sa responsabilité de poursuivre le travail qu’avait déjà entamé le député Élie Keyrouz au niveau de la législation sur les questions sociétales, notamment en ce qui concerne les lois relatives aux droits de la femme. « J’envisage également de présenter des projets de lois relatifs aux affaires des ingénieurs, notamment en ce qui concerne la question de leur retraite », précise-t-il.

Bien qu’il soit profondément attaché à sa région et à son village, Joseph Ishac assure qu’il ne perd pas de vue l’ensemble du tableau, ces 10 452 km2 pour lesquels il œuvrera, que ce soit au niveau législatif, ou encore au niveau de la prise des positions politiques et nationales.


Lire aussi 

Siham Antoun, de l’activisme social et syndical à la politique

Ali el-Amine, un chiite protégé par sa seule libanité

Amine Rizk, amoureux du Jezzine traditionnel et porteur d’idées modernes

Antoine Kalaydjian : Sauvegarder la présence chrétienne au Liban est « un devoir »

Joumana Haddad : Je n’ai pas peur de la confrontation

Rafic Bazerji : Je veux œuvrer pour les jeunes... alors que la classe politique fait le contraire

Michel Moawad : C’est en me réconciliant avec le CPL que je ressemble à mon père

Fadi Khoury : Résister contre l’ablation de la mémoire pour mieux s’inscrire dans le futur

Antoine Pano, du champ de bataille à l’arène politique

Retour à la page d’accueil

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Joseph Ishac, « député » virtuel depuis neuf ans

23/04/2018

Joseph Ishac.

Portrait - législatives 2018

Le candidat FL veut reprendre le siège que laisse Élie Keyrouz.

Ornella ANTAR | OLJ

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

Retour à la page d’accueil
Commenter

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.
Merci.

Voir toutes les réactions

CalendrierPlus

  • 7 juin 2018

    Fin du délai de dépôt de recours électoraux

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué