Spécial législatives libanaises 2018

X

Liban

Au Liban, « rien n’a été fait » pour rendre les bureaux de vote accessibles aux handicapés

Législatives 2018
Pat. K. | OLJ
21/04/2018

Rendre accessibles les bureaux de vote aux personnes handicapées pour leur permettre ainsi d’exercer pleinement leurs droits civiques : c’est pour cette cause que quelques centaines de personnes se sont rassemblées jeudi place Riad el-Solh, à l’invitation d’une campagne initiée par l’Union libanaise des handicapés physiques (LHPU) et intitulée « Mon droit ».

Durant le sit-in, le vice-président de la LHPU, Jihad Ismaël, a pris la parole pour rappeler que l’institution qu’il représente « lutte depuis 2005 pour faire valoir les droits civiques des handicapés concernant notamment leur participation à la vie publique. Le gouvernement libanais n’a rien fait pour aider les handicapés physiques, notamment pour mettre en exécution les lois qui leur facilitent l’accès aux bureaux de vote, qui, de toute façon, n’ont pas été équipés pour les recevoir pour les législatives de mai prochain. Nous appelons à ce que les handicapés puissent exercer leur droit de vote en toute dignité », a-t-il dit.


(Lire aussi : Sylvana Lakiss claque la porte de la Commission de supervision des législatives)


Jointe au téléphone par L’Orient-Le Jour, Amal Charif, ancienne candidate aux municipales de Beyrouth sur la liste Beyrouth Madinati, a raconté encore une fois sa mésaventure quand elle s’est rendue au bureau de vote pour élire sa propre liste il y a deux ans. Amal Charif est atteinte de polio. « En mai 2016, quand je voulais voter pour ma liste, j’ai découvert que je devais voter au troisième étage d’une école à Zoukak el-Blatt. Les lieux étaient équipés d’un ascenseur, mais il était fermé. Quand j’ai demandé au policier de l’ouvrir, il a dit qu’il était en panne. La LBCI m’a donc filmée en direct montant trois étages à pied avec mes béquilles, essoufflée et en nage. Une fois que je suis sortie du bureau de vote, j’ai vu un officier qui était là m’ouvrant l’ascenseur. Comme par miracle l’ascenseur fonctionnait », raconte-t-elle.
« Des mesures simples peuvent être prises pour donner accès aux handicapés aux bureaux de vote, comme utiliser les écoles construites récemment qui sont facilement accessibles aux handicapés physiques. De nombreuses écoles sont dotées d’ascenseurs également. Ils peuvent aussi placer le bureau de vote des handicapés au rez-de-chaussée », note-t-elle, soulignant en conclusion que « le gouvernement avait un an pour préparer tout cela, mais rien n’a été fait ».


Lire aussi

La LADE pointe des « abus » en matière de financement électoral

Législatives : la commission de supervision répertorie les infractions des candidats

Harb met en garde contre la poudrière du vote des Libanais de l’étranger

Retour à la page d’accueil

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Au Liban, « rien n’a été fait » pour rendre les bureaux de vote accessibles aux handicapés

21/04/2018

Amal Charif, ancienne candidate aux élections municipales de Beyrouth, sur la liste Beyrouth Madinati.

Manifestation place Riad el-Solh.

Législatives 2018

Pat. K. | OLJ

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

Retour à la page d’accueil
Commenter

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.
Merci.

Voir toutes les réactions
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.