Spécial législatives libanaises 2018

X

Liban

Antoine Kalaydjian : Sauvegarder la présence chrétienne au Liban est « un devoir »

Législatives 2018 - Portrait

Chrétiens d’Orient et décentralisation sont les deux leitmotivs du candidat au siège arménien-catholique à Beyrouth I.

19/04/2018

C’est en s’impliquant dans le travail social et caritatif au sein de la communauté arménienne-catholique dont il est issu qu’Antoine Kalaydjian, candidat au siège arménien-catholique à Beyrouth I sur une liste indépendante baptisée « La Fidélité à Beyrouth », a commencé à s’intéresser à la chose publique. Plus tard, il a intégré les rangs de l’association de bienfaisance Caritas, dont il a été membre du conseil d’administration et président des commissions d’information, de communication, des ressources et juridique. 

« J’ai commencé à faire de la politique en tant que membre d’associations caritatives. La politique me hantait en permanence », explique M. Kalaydjian, qui gère par ailleurs une entreprise familiale de vente de pianos créée en 1946. À 60 ans, ce père de famille diplômé en droit se dit prêt à faire la différence au Parlement. « Mon implication dans le domaine du social, ma lecture des événements survenus dans la région et ma peur de l’avenir m’ont poussé dans la sphère publique », déclare-t-il à L’Orient-Le Jour. 

Inquiet du sort des chrétiens d’Orient, M. Kalaydjian a cofondé en 2010 l’Assemblée des chrétiens d’Orient. Il est également secrétaire général du Forum d’Orient pour la diversité, qui œuvre en faveur de la coexistence dans la région. « C’est en voyant la situation des chrétiens en Irak qui commençait à se dégrader, il y a quelques années, que j’ai eu un sursaut », confie-t-il. « L’Assemblée des chrétiens d’Orient s’occupe de trouver des moyens pour garder les chrétiens là où ils sont. Nous essayons de trouver des moyens pratiques sur le terrain pour qu’ils puissent rester dans leurs régions d’origine et qu’ils ne quittent pas leur pays », explique-t-il. 

« Il faut dire à tout le monde, surtout à nos compatriotes musulmans, à quel point la présence chrétienne en Orient est nécessaire », lance M. Kalaydjian qui prône un Liban « terre de dialogue entre les religions ». Un sujet que l’on retrouve au cœur de son programme électoral, qui appelle à « faire du Liban un centre international des civilisations et du dialogue ». 


Un indépendant en contact avec tous

Questionné sur ses positions politiques, M. Kalaydjian assure être « un indépendant en contact avec tous, sans complexes ». « Je suis proche des partis arméniens, mais je suis également en contact avec les Kataëb, le Courant patriotique libre ou le Hezbollah », assure-t-il.

Concernant la question épineuse des armes du parti chiite, il considère que le dialogue est nécessaire pour trouver solution à ce dossier. « Cette question dépasse les capacités du Liban. Il faut des discussions à un niveau international afin d’arriver à un consensus qui puisse garantir les droits de chacun, sous la tutelle de l’État », estime le candidat. 

Son programme électoral est par ailleurs principalement axé sur l’amélioration du secteur judiciaire, son « cheval de bataille » en tant que juriste de formation. « Nous avons besoin de mettre en place un État de droit et des institutions, protégé par un pouvoir judiciaire indépendant, honnête et efficace. La Constitution parle de l’indépendance de ce pouvoir, mais quand commencera-t-on à appliquer la Constitution ? » se demande-t-il, dénonçant par la même occasion « le contrôle du judiciaire par l’exécutif ». 

S’il est élu, M. Kalaydjian entend par ailleurs travailler à instaurer la décentralisation administrative et réviser et moderniser les lois liées à l’économie dans le pays. « Il faut redonner confiance dans l’économie et faire en sorte que le public et le privé travaillent conjointement », estime-t-il.

À noter que les droits de la femme et sa participation à la vie politique font également partie de ses préoccupations. « Avec force et conviction, je déclare mon appui à la participation de la femme à la vie politique et la fonction publique libanaises, d’où la nécessité de motiver les Libanaises à se lancer dans le domaine », souligne-t-il.


Lire aussi

Joumana Haddad : Je n’ai pas peur de la confrontation

Rafic Bazerji : Je veux œuvrer pour les jeunes... alors que la classe politique fait le contraire

Michel Moawad : C’est en me réconciliant avec le CPL que je ressemble à mon père

Fadi Khoury : Résister contre l’ablation de la mémoire pour mieux s’inscrire dans le futur

Antoine Pano, du champ de bataille à l’arène politique

Georges Choucair : des bancs du CPL à la société civile

Carole Babikian, femme de dialogue et de paix


Retour à la page d’accueil

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

C,EST UNE NECESSITE HISTORIQUE ET UNE OBLIGATION !

Sarkis Serge Tateossian

Mille fois bonne chance!
Droiture, désintéressement, intégrité et passion de servir, ... caractérisent ce type de candidats, mais auront-ils le soutien nécessaire des partis pour gagner leur pari ?

Je l'espère.

Antoine Kalaydjian : Sauvegarder la présence chrétienne au Liban est « un devoir »

19/04/2018

Antoine Kalaydjian.

Législatives 2018 - Portrait

Chrétiens d’Orient et décentralisation sont les deux leitmotivs du candidat au siège arménien-catholique à Beyrouth I.

Zeina ANTONIOS | OLJ

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

Retour à la page d’accueil
Commenter

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.
Merci.

Voir toutes les réactions
L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

C,EST UNE NECESSITE HISTORIQUE ET UNE OBLIGATION !

Sarkis Serge Tateossian

Mille fois bonne chance!
Droiture, désintéressement, intégrité et passion de servir, ... caractérisent ce type de candidats, mais auront-ils le soutien nécessaire des partis pour gagner leur pari ?

Je l'espère.

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants