Spécial législatives libanaises 2018

X

Liban

Législatives 2018 : les duels à suivre

Repère

« L’Orient-Le Jour » a sélectionné les principaux duels et affrontements dont les résultats auront une signification politique qui dépasse les enjeux strictement locaux.

13/04/2018

Le casting des élections législatives libanaises prévues le 6 mai offre des confrontations directes entre plusieurs figures politiques locales et nationales dans l’ensemble des 15 circonscriptions.

Bien que le scrutin à la proportionnelle rende probable l’élection de candidats rivaux appartenant à différentes listes dans une même circonscription, le nombre de voix préférentielles obtenues par chacun des candidats en lice dans leur caza constituera la jauge qui permettra de déterminer le vainqueur de ces bras de fer.

L’Orient-Le Jour a sélectionné les principaux duels et affrontements prévus dans différentes circonscriptions entre des candidats aux mêmes sièges se présentant dans des listes concurrentes formées par les principaux partis et dont les résultats auront, pour ces formations, une signification politique qui dépasse les enjeux strictement locaux.

Békaa I (Zahlé)


Salim Aoun (liste CPL-Futur) face à Élie Marouni (liste FL-Kataëb)
Le candidat du Courant patriotique libre, député de 2005 à 2009, et celui des Kataëb, député sortant, se disputent depuis 13 ans l’unique siège maronite dans cette circonscription. Le résultat de cette confrontation sera déterminant dans la bataille pour le leadership chrétien que se livrent le CPL, les Forces libanaises et les Kataëb, tous deux alliés dans cette région, à l’échelle nationale.
Paul Charbel (liste Bloc populaire), Khalil Hraoui (liste Hezbollah-Fattouche) et Hanna Habib (société civile) briguent également ce siège.

Nicolas Fattouche (liste Fattouche-tandem chiite) face à Myriam Tok Skaff (liste Bloc populaire)
L’épouse de l’ancien ministre Élie Skaff, principal notable de la région décédé en octobre 2015, et le député sortant Nicolas Fattouche, allié au Hezbollah, briguent l’un des deux sièges grecs-catholiques de la circonscription et se disputent par là même le leadership sur la ville surnommée « capitale grecque-catholique de l’Orient ».
Michel Skaff, le cousin d’Élie Skaff, et l’homme d’affaires Michel Daher, l’autre candidat grec-catholique sur la liste CPL-Futur, Michel Fattouche et Georges Okaïs (FL), Nicolas Maalouf (Bloc populaire) et Ghassan Maalouf (société civile) briguent également ce siège.

Békaa III (Baalbeck-Hermel)


Antoine Habché (liste FL-Futur-indépendants) face à Émile Rahmé (liste Amal-Hezbollah)
La campagne s’est considérablement durcie ces dernières semaines dans ce fief du Hezbollah où les opposants au parti chiite, dont le Futur, espèrent une percée. La bataille se jouera également autour du seul siège maronite de la circonscription entre le candidat FL et le député sortant, membre du bloc du CPL, intronisé par le Hezbollah.
Sandrella Merhej (CPL), Leïla Tannouri et Chawki Fakhri (indépendants) briguent également ce siège.


Des employés municipaux devant un mur rempli d’affiches électorales dans une rue de Beyrouth, le 10 avril 2018.
Photo Hassan Assal


Beyrouth I


Michel Pharaon (liste FL-Kataëb) face à Nicolas Sehnaoui (liste CPL-Futur-Tachnag)
L’un des duels les plus attendus du scrutin du 6 mai. La lutte acharnée pour l’unique siège grec-catholique d’Achrafieh que se livrent depuis plusieurs années le député sortant, qui conduit une liste avec les FL et les Kataëb, et le vice-président du CPL, qui conduit une liste avec le Futur et le Tachnag, promet cette année encore de faire des étincelles. Le leadership politique au sein de cette circonscription et, plus largement, le leadership chrétien se joueront également là.
Lucien Bou Rjeily (société civile) brigue également ce siège.

Massoud Achkar (liste CPL-Futur-Tachnag) face à Nadim Gemayel (liste FL-Kataëb)
L’autre front emblématique de la bataille électorale interchrétienne dans cette circonscription. Elle oppose l’ancien compagnon de route et frère d’armes de Bachir Gemayel, soutenu par le CPL, au député sortant Kataëb, fils de l’ancien président assassiné en 1982, pour l’unique siège maronite en jeu.
Gilbert Doumit (société civile), Georges Sfeir (liste Michèle Tuéni) et Roger Choueiri (indépendant) briguent également ce siège.

Une bataille à cinq pour le siège grec-orthodoxe
Le président de l’Association des commerçants de Beyrouth, Nicolas Chammas, sur lequel se sont accordés le CPL et le Futur, le cadre FL Imad Wakim, Michèle Tuéni, sœur de la député sortante Nayla Tuéni, toutes deux filles du journaliste assassiné Gebran Tuéni, qui présente une liste incomplète, l’ancien cadre du CPL Ziad Abs pour la société civile et le chef du Conseil grec-orthodoxe libanais, Robert Abiad, membre d’une cinquième liste incomplète, se disputent tous l’unique siège grec-orthodoxe de la circonscription.

Liban-Nord I (Akkar)


Hadi Hobeiche (liste Futur-FL) face à Jimmy Jabbour (liste CPL)
Le duel qui oppose le député sortant, membre du Futur, à celui du CPL pour l’unique siège maronite de la circonscription a été rendu possible par le choix du parti de Saad Hariri de s’allier avec les Forces libanaises.
Les deux hommes auront face à eux l’ancien député Mikhaël Daher, qui se présente sur la liste de l’ancien député Wajih Baarini, l’ancien général de l’armée libanaise à la retraite Georges Nader, Ziad Bitar, pour la société civile et Marie Khoury, membre d’une liste 100 % féminine.


(Lire aussi : À vot’ bon cœur, le billet de Gaby NASR)

Liban-Nord II (Tripoli-Minié-Denniyé)


Nagib Mikati face à Achraf Rifi
Leur point commun ? Ils sont candidats à l’un des cinq sièges sunnites de Tripoli et comptent faire vaciller le leadership sunnite du Futur dans cette circonscription qui présente notamment les députés sortants Mohammad Kabbara et Samir Jisr.
L’ancien Premier ministre, qui fait office de très sérieux challenger, a de grandes ambitions. L’ancien ministre de la Justice, opposant déclaré à Saad Hariri, a également des ambitions, mais il a subi un coup dur avec l’échec de l’alliance qu’il comptait former avec le député Khaled Daher, qui l’a lâché dans la dernière ligne droite au profit de M. Hariri.
Le fils de l’ancien Premier ministre Omar Karamé, l’ancien ministre Fayçal Karamé, va également tenter de se faire une place.

Liban-Nord III (Batroun-Koura-Zghorta-Bécharré)


Gebran Bassil face à Boutros Harb
Le leader du CPL va une nouvelle fois tenter de remporter l’un des deux sièges maronites de Batroun, l’un des quatre cazas de cette circonscription dont la bataille a un avant-goût de présidentielle. Avec son colistier Nehmé Ibrahim, il fera face, cette année encore, au député sortant de cette circonscription qui, cette fois, s’est allié avec les Marada de Sleiman Frangié.
Face à eux, Fadi Saad, pour les FL, et Samer Saadé, pour les Kataëb, engagés sur une même liste, tenteront de jouer les trouble-fêtes.

Tony Frangié (liste Marada) face à Michel Moawad (liste CPL)
Accompagné des sortants Salim Karam et Estéphan Doueihy, le fils du chef des Marada, qui prend la suite de son père, sera notamment opposé au fils de l’ancienne députée Nayla Moawad et du président assassiné en 1989 René Moawad, qui a fait alliance avec le CPL, lequel présente à ses côtés le ministre d’État Pierre Raffoul.

Des affiches montrant des candidats dans la circonscription du Liban-Nord I (Akkar). Photo An-Nahar


Liban-Sud I (Saïda-Jezzine)


Bahia Hariri (liste Futur) face à Oussama Saad (liste soutenue par le tandem Amal-Hezbollah)
La députée sortante du Futur et le président de l’Organisation populaire nassérienne, soutenu par le tandem chiite, semblent se détacher pour l’obtention des deux sièges sunnites du caza de Saïda, aux côtés de leurs colistiers moins connus, respectivement Hassan Chamseddine et Abdel Kader Bsat.
Abdel Rahmane Bizri et Bassam Hammoud, les candidats de la liste formée par le CPL et la Jamaa islamiya, ainsi que Samir Mohammad Bizri, membre de la liste des FL et des Kataëb, sont également candidats à ce siège.

Ziad Assouad ou Amal Abou Zeid face à Ibrahim Azar
Dans cette circonscription, les regards seront tournés vers le caza de Jezzine, où les deux députés sortants CPL vont notamment affronter le fils de l’ancien député Samir Azar, soutenu par le mouvement Amal de Nabih Berry, dans un bras de fer extrêmement serré pour les deux sièges maronites en jeu.
Amine Rizk, le fils de l’ancien député Edmond Rizk, et Angèle Khawand, membres de la liste du parti de Saad Hariri, ainsi que Joseph Nohra, le candidat des Kataëb, sont également en lice pour l’un de ces sièges.

Mont-Liban I (Jbeil-Kesrouan)


Simon Abiramia (liste CPL) face à Ziad Hawat (liste FL)
Le député sortant du CPL, avec son colistier le sortant Walid Khoury, affronte l’ex-président de la municipalité de Jbeil, soutenu par les FL, accompagné par Fady Rouhana Sakr pour l’un des deux sièges maronites du caza de Jbeil, où le parti aouniste devra faire sans les voix du Hezbollah, qui présente sa propre liste.
Le secrétaire général du 14 Mars, Farès Souhaid, et Jean Hawat, pour la liste soutenue par les Kataëb, Bassam Hachem (ex-CPL) et Jean-Louis Cardahi pour la liste du Hezbollah, Rania Bassil et Nadim Souhaid pour la liste de la société civile, sont également candidats à ces sièges.

Chamel Roukoz (liste CPL) face à Farid Haykal el-Khazen
Le général à la retraite, gendre de Michel Aoun, à la tête d’une liste dans le Kesrouan qui comprend l’ancien député Mansour el-Bone, l’industriel Neemat Frem, le cadre du CPL, Roger Azar, et l’ancien ministre Ziad Baroud, va affronter pour l’un des cinq sièges du caza l’ancien député, à la tête d’une liste qui comprend notamment les députés sortants Gilberte Zouein et Youssef Khalil, non reconduits par le CPL.
Le cadre FL Chawki Daccache, Patricia Élias, Rock-Antoine Mehanna et Ziad Khalifé pour les FL ; le cadre Kataëb Chaker Salamé et Yolande Khoury pour la liste Kataëb-Khazen; Carlos Abi Nader, Joseph Zayek, Zeina Kallab et Michel Keyrouz pour la liste du Hezbollah ; ainsi que Youssef Salamé, Joséphine Zgheib et Dory Daou pour la société civile, briguent également l’un de ces sièges.


(Lire aussi : Antoine Pano, du champ de bataille à l’arène politique)

Mont-Liban II (Metn)


Ibrahim Kanaan (liste CPL-Tachnag) face à Samy Gemayel (liste Kataëb)
Le député sortant du CPL va à nouveau faire face au leader des Kataëb, également député sortant, pour l’un des quatre sièges maronites de cette circonscription où le parti aouniste et le Tachnag avaient remporté six sièges en 2009. Le candidat FL, Eddy Abillama, va tenter de se mêler à la bataille.
Ghassan Achkar (PSNS), Sarkis Sarkis et Corinne Achkar sur la liste du CPL, soutenue par le Tachnag ; Élias Hankache, Joseph Karam et Nada Gharib pour la liste Kataëb, Razi Hajj, Chukri Moukarzel et Gisèle Hachem sur la liste FL ; Milad Sebaali, Najwa Azar et Charbel Abou Jaoudé, sur la liste conduite par le député sortant Michel Murr ; ainsi qu’Adib Tohmé, Émile Kanaan, Victoria Khoury et Nadine Moussa sur la liste de la société civile conduite par l’ancien ministre Charbel Nahas sont également candidats à ces sièges.

Élias Bou Saab (liste CPL) face à Michel Murr
Le conseiller pour les affaires internationales du président Michel Aoun, candidat sur la liste du CPL, fait face, pour l’un des deux sièges grecs-orthodoxes de la circonscription, à celui qui fut longtemps l’homme fort de cette région mais qui, cette fois-ci, se présente seul, au point que son siège est grandement menacé. La journaliste Jessica Azar, candidate sur la liste FL, pourrait bien se mêler à ce duel.
Ghassan Moukheiber sur la liste du CPL, Lina Moukheiber sur la liste FL, Violette Ghazal et Mazen Skaff sur la liste Kataëb, ainsi que Georges Rahbani pour la liste de la société civile, briguent également ces sièges.

Mont-Liban III (Baabda)


Alain Aoun (liste CPL-Amal-Hezbollah) face à Pierre Bou Assi (liste FL-PSP)
Le député sortant CPL et ses colistiers également députés sortants, Hikmat Dib et Naji Gharios, qui font finalement liste commune avec le tandem chiite dans cette circonscription, auront fort à faire, notamment face au ministre des Affaires sociales sur lequel les FL, alliés avec le PSP, misent beaucoup.
Ramzi Bou Khaled (Kataëb), Élie Gharios (Parti national libéral) et l’écologiste Paul Abi Rached ; Joseph Adaïmi et Cynthia Asmar sur la liste FL, ainsi que Marie-Claude Hélou (Sabaa), Ziad Akl et Joseph Wannis pour la société civile, briguent également l’un des trois sièges maronites de la circonscription.

Mont-Liban IV (Chouf-Aley)


Georges Adwan (liste PSP-Futur-FL) face à Mario Aoun (liste CPL-Arslane)
Le numéro deux des FL, notamment associé au ministre de la Culture, Ghattas Khoury, et à Naji Boustani, fera notamment face à l’ancien ministre et cadre du CPL, associé de son côté à Samir Aoun (PSNS) et Farid Boustany, qui concourent tous pour l’un des trois sièges maronites dans le Chouf dans cette circonscription.
Camille Chamoun, fils du président du PNL, Dory Chamoun, Daad Azzi et Joseph Eid pour la liste Kataëb-PNL, Ziad Choueiri et Assaad Abou Jaoudé pour la liste de Wi’am Wahab, Georges Aoun et Ghada Maroun, ainsi qu’Éliane Azzi et Élias Gharib, pour les listes de la société civile, briguent également l’un des sièges maronites du Chouf.

César Abi Khalil (liste CPL-Arslane) face à Henri Hélou (liste PSP-Futur-FL)
Le ministre CPL de l’Énergie, candidat malheureux en 2009, va tenter de remporter l’un des deux sièges maronites de Aley, notamment face au candidat joumblattiste, dont la candidature à la présidentielle avait été proposée par le leader druze.
Raji Saad (PSP), Imad el-Hajj (Arslane), Théodora Bejjani et Antoine Bou Melhem pour la liste Kataëb-PNL, Souheil Bejjani (Wahhab), Karl Bou Melhem ainsi que Fadi Khoury pour les listes de la société civile, sont également candidats à ces sièges.



Lire aussi

Akkar : le come-back politique... et électoral de Hariri ?

Kesrouan-Jbeil : les chefs de file se mobilisent

Nasrallah : Les législatives pour « renforcer politiquement la résistance »

Le Hezbollah entre la mobilisation des électeurs et la préparation d’une nouvelle étape

Retour à la page d’accueil

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Antoine Sabbagha

Un combat de coqs pour des tribus devenues courants et qui veulent à tout prix s'imposer .

Sarkis Serge Tateossian

Beyrouth et et ses alentours, les forces vives du pays. Pour chaque circonscription, il y aura un rude combat.
L'important c'est que la démocratie et la fraternité entre les citoyens, en sortent gagnantes.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PLUTOT L,AFFLUX DES MOUTONS ET LES ACHATS DE VOIX A SUIVRE...

gaby sioufi

COMBAT DES TITANS ?

UNE PHRASE IMPOSSIBLE A PRONONCER CAR IMPOSSIBLE D'Y CROIRE !

Législatives 2018 : les duels à suivre

13/04/2018

Des banderoles électorales dans une rue de Beyrouth montrant, de haut en bas, Fouad Makhzoumi, le ministre de l’Intérieur, Nouhad Machnouk, Roula Tabch Jaroudi et le Premier ministre Saad Hariri, tous candidats dans la circonscription de Beyrouth II. Photo Hassan Assad

Repère

« L’Orient-Le Jour » a sélectionné les principaux duels et affrontements dont les résultats auront une signification politique qui dépasse les enjeux strictement locaux.

Julien ABI RAMIA | OLJ

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

Retour à la page d’accueil
Commenter

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.
Merci.

Voir toutes les réactions
Antoine Sabbagha

Un combat de coqs pour des tribus devenues courants et qui veulent à tout prix s'imposer .

Sarkis Serge Tateossian

Beyrouth et et ses alentours, les forces vives du pays. Pour chaque circonscription, il y aura un rude combat.
L'important c'est que la démocratie et la fraternité entre les citoyens, en sortent gagnantes.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PLUTOT L,AFFLUX DES MOUTONS ET LES ACHATS DE VOIX A SUIVRE...

gaby sioufi

COMBAT DES TITANS ?

UNE PHRASE IMPOSSIBLE A PRONONCER CAR IMPOSSIBLE D'Y CROIRE !

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué