Spécial législatives libanaises 2018

X

Liban

Massoud Achkar : L’armée est capable d’assurer la sécurité sur tout le territoire

Trois questions à...
05/04/2018

Figure bien connue de la scène politique libanaise, et particulièrement dans la capitale, Massoud Achkar est candidat indépendant au siège maronite à Beyrouth I (Achrafieh, Rmeil, Saïfi et Medawar), sur la liste de la coalition CPL-Tachnag-Futur. Il était déjà candidat en 2009, également sur la liste du bloc du Changement et de la Réforme. Ancien proche du président assassiné Bachir Gemayel et ancien cadre des FL, il a fondé le mouvement de l’Union pour le Liban dont il est le secrétaire général.

Quel est votre positionnement au sujet des grands dossiers politiques qui sont au centre du débat national dans le pays (armes du Hezbollah, ligne de conduite du parti chiite, position au sujet du régime syrien, attitude à l’égard des conflits régionaux, décentralisation) ?
Je suis convaincu que l’État fort est en mesure de protéger ses citoyens et de leur assurer la justice et l’égalité des droits. Nous avons combattu et résisté durant des années au projet d’implantation des Palestiniens au Liban et contre l’occupation syrienne. De son côté, la Résistance a combattu l’occupant israélien. Par-dessus tout, l’armée libanaise a vaincu et éradiqué à plusieurs reprises le terrorisme, ce qui devrait convaincre tous les Libanais que notre armée est désormais en mesure d’assurer la sécurité de tout le territoire et de jouer ainsi le rôle de fédérateur entre les différentes composantes libanaises. À la lumière de ce qui précède et concernant les armes du Hezbollah, je suis contre toute surenchère politique ou démagogique à but électoral, mais plutôt en faveur d’un consensus sous le parrainage du chef de l’État ayant pour objectif le transfert progressif des armes du Hezbollah à l’armée libanaise, seule garante de la sécurité des Libanais. Il ne faudrait pas non plus perdre de vue la nécessité de trouver une solution urgente au problème des armes des étrangers sur notre territoire, et notamment des Palestiniens.


(Lire aussi : Michelle Tuéni : Rester libre, voilà l’avantage de ne pas se présenter sur une liste de partis)


Avec quel camp ou bloc parlementaire comptez-vous coopérer au Parlement ? Envisagez-vous une coopération avec un bloc ou un camp au cas par cas, en fonction des développements ou des dossiers examinés ?
Si je suis élu, je représenterai au Parlement les habitants d’Achrafieh, de Rmeil, de Saïfi et de Medawar afin de défendre au mieux et de manière efficace leurs intérêts. Je serai en meilleure position pour le faire en intégrant un grand bloc parlementaire avec lequel je partage nombre de valeurs en commun et qui appuie le chef de l’État. Cela n’exclut pas, naturellement, ma capacité de conserver, en tant qu’indépendant, une certaine marge de manœuvre me permettant de coopérer avec toute personne qui œuvre pour réaliser les mêmes objectifs que moi.

En dehors du champ politique, quel est le domaine que vous envisagez de privilégier dans votre action parlementaire ?
Ma circonscription souffre de l’exode d’un grand nombre de ses habitants, du fait des prix de plus en plus élevés des habitations, mais également et surtout de la vétusté des infrastructures. Les routes sont très anciennes, il y a un manque de parkings, nous souffrons de l’omniprésence des déchets, du manque d’espaces verts en dépit de l’existence de superficies considérables et de l’élaboration de plans et projets détaillés qui auraient pu conduire à désengorger la région et à réaménager les espaces de manière à satisfaire les besoins susmentionnés (exemple les régions de la Quarantaine, Adlieh, la corniche du Fleuve…).

Question du lecteur : D’après vous, quel devrait être le fondement d’une stratégie de défense pour le Liban ?
La stratégie de défense suppose, sur un premier plan, que la mission de l’armée libanaise soit clairement définie, afin de lui permettre de préserver la sécurité du territoire et l’approvisionnement en armes adéquates pour y parvenir.
Sur un autre plan la stratégie de défense nationale suppose, au niveau politique, que l’État libanais se tienne à égale distance des crises et conflits régionaux d’autant que le tissu libanais est pluriconfessionnel et manque de sentiment d’appartenance nationale fort. Par conséquent, sans cette neutralité ou sans politique de distanciation, l’État et ses institutions pourraient courir le risque de se lézarder. Il convient donc, de toute urgence, d’œuvrer à renforcer le sentiment d’appartenance à la nation libanaise avant de demander à l’État d’assumer des positions fortes ou partiales à l’égard des politiques et conflits extérieurs.


Lire aussi

Ghassan Moukheiber : Les institutions étatiques sont déficientes dans leurs fonctions diverses

Sarkis Sarkis : Priorité à la décentralisation et au social

Ziyad Baroud : Un député n’est pas prisonnier de ses alliances

Serge TerSarkissian : Défendre le droit à la santé et combattre la corruption

Retour à la page d’accueil

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

CHOSE QUE SEULS TOUS LES LIBANAIS A L,APPARTENANCE NATIONALE CROIENT FERMEMENT !

RE-MARK-ABLE

Ce qu'il dit se tient parfaitement .

Ce qui est écrit en titre vient en contradiction de ce qu'il dit dans le texte .

carlos achkar

Si j'étais d'Achrafieh, je voterai pour cet homme honnête, sincère et grand patriote.
Mais comment écarter le fils de Bachir Gemayel? Là est le problème.

gaby sioufi

certains colistiers ne vont pas apprecier , eux qui claironnent que l'armee nationale est incapable- a ce jour- de DEFENDRE le Liban efficacement !
ALORS, c quoi cette liste electorale ou chaque candidat a des vues opposees aux autres , s'agissant d'un sujet aussi sensible et important ?

C juste pour rigoler cela, car je suis sur que meme les teen agers de 13 ans realisent cette curiosite

Massoud Achkar : L’armée est capable d’assurer la sécurité sur tout le territoire

05/04/2018

Massoud Achkar, candidat indépendant au siège maronite de Beyrouth I sur la liste du CPL.

Trois questions à...

Suzanne BAAKLINI | OLJ

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

Retour à la page d’accueil
Commenter

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.
Merci.

Voir toutes les réactions
L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

CHOSE QUE SEULS TOUS LES LIBANAIS A L,APPARTENANCE NATIONALE CROIENT FERMEMENT !

RE-MARK-ABLE

Ce qu'il dit se tient parfaitement .

Ce qui est écrit en titre vient en contradiction de ce qu'il dit dans le texte .

carlos achkar

Si j'étais d'Achrafieh, je voterai pour cet homme honnête, sincère et grand patriote.
Mais comment écarter le fils de Bachir Gemayel? Là est le problème.

gaby sioufi

certains colistiers ne vont pas apprecier , eux qui claironnent que l'armee nationale est incapable- a ce jour- de DEFENDRE le Liban efficacement !
ALORS, c quoi cette liste electorale ou chaque candidat a des vues opposees aux autres , s'agissant d'un sujet aussi sensible et important ?

C juste pour rigoler cela, car je suis sur que meme les teen agers de 13 ans realisent cette curiosite

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué