Spécial législatives libanaises 2018

X

Liban

Hussein Husseini à « L’OLJ » : Tout est illégitime, sauf le peuple

Législatives 2018 - Baalbeck-Hermel

Quatre listes livreront bataille face à celle du tandem Hezbollah-Amal.

27/03/2018

La circonscription de Baalbeck-Hermel est pressentie pour tester l’autorité du Hezbollah sur sa base chiite, et d’une manière générale sur son fief, si ce n’est en remettant en cause la « résistance », du moins en portant la grogne à caractère socio-économique, de plus en plus audible, contre les députés et responsables du tandem chiite dans la région.

Des cinq listes déposées au ministère de l’Intérieur, deux principales ont d’ores et déjà engagé leur face-à-face. La liste du Hezbollah et du mouvement Amal, présidée par l’actuel député et ministre Hussein Hajj Hassan, contre celle de chiites indépendants, emmenés par l’ancien député Yehia Chamas, qui se sont alliés au courant du Futur et aux Forces libanaises (FL).

N’était le retrait de la course décidé samedi dernier de l’ancien président de la Chambre, Hussein Husseini, la liste qu’il aurait présidée aurait pu être considérée comme une troisième voie. M. Husseini a voulu en effet réunir des indépendants, qui ne répondent ni d’un camp ni de l’autre. Dans le communiqué d’annonce de son retrait, dimanche dernier, il a dénoncé « un simulacre d’élections convoquées pour consacrer la représentation des forces de facto qui prétendent représenter les Libanais (…) ». Les motifs de la démission de l’ancien chef du législatif, figure très respectée dans la région, ne sont pas clairs, en tout cas peu propices pour l’instant à être divulgués. Pressions politiques ? Manque de financement ? Ce que l’on sait, pour l’avoir vérifié auprès de M. Husseini lui-même, est qu’il a tenté d’obtenir l’appui de partis politiques, sans accepter toutefois de candidats partisans sur sa liste.

 « Contrairement à ce qui circulait (relatif notamment aux FL, NDLR), je n’ai mis de veto contre aucun parti politique, mais je tenais en même temps à choisir des candidats indépendants, non offensifs, qui ne provoquent personne », déclare Hussein Husseini à L’Orient-Le Jour. Il s’était rapproché dans un premier temps du courant du Futur et s’était dit, dans ces colonnes, ouvert à d’autres alliances.


(Lire aussi : Kesrouan-Jbeil : l’échiquier est en place)



Au même moment, l’appui du courant du Futur à Yehia Chamas se confirmait et les indépendants chiites étaient éparpillés, sans perspective de fédération. Chaque groupe menait ses négociations avec les FL notamment dans l’objectif de former une opposition face au Hezbollah.
Après avoir traversé plusieurs aléas, jusqu’à une rupture temporaire, l’alliance FL-Futur a fini par s’établir in extremis et cinq candidats chiites (en plus de Yehia Chamas) ont fini par être retenus, comme Ghaleb Yaghi, figure centrale de la liste, au détriment d’autres qui se sont en partie regroupés autour de Hussein Husseini, comme Ali Sabri Hamadé et Abbas Yaghi. Ceux-ci sont toujours candidats sur une liste incomplète, déposée hier, en dépit du retrait de son parrain originel. Celui-ci attend de « voir leur orientation » pour décider s’il les appuiera, dit-il. Mais le courant du Futur s’est activé à ramener dans son giron des candidats sunnites présents sur l’ancienne liste de M. Husseini. C’est ainsi que Massoud Hojeiri, ancien député de Baalbeck-Hermel, a annoncé hier son retrait de la bataille.

Comme observée dans d’autres circonscriptions, la dynamique haririenne est de « resserrer les rangs sunnites, en reportant les différends », constate un chiite indépendant, qui soutient la liste de Yehia Chamas.
Soucieux de préserver une figure de centrisme, Hussein Husseini aurait-il fini par ailleurs par « gêner » le Hezbollah ? Mais sans être hostile au parti chiite, ni chercher à l’être, sa candidature, et plus largement sa liste, aurait-elle fini par compromettre les candidats du Hezbollah – chiites ou autres ?


(Lire aussi : Liban-Nord III : l’alliance FL-Kataëb, ultime surprise d’une circonscription hyperpolitique)


En tout état de cause, Hussein Husseini semble ne plus ménager personne, ni le parti chiite ni le pouvoir dans son ensemble. Prié de dire si le communiqué de son retrait visait une partie en particulier, en l’occurrence le Hezbollah, il dit « les cibler tous sans exception ». Et d’ajouter : « La seule institution légitime aujourd’hui est le peuple, tout le reste est illégitime. Il faut rendre au peuple sa légitimité, le libérer de toutes les pressions, y compris sécuritaires. »
Il revient sur sa démission de la députation en 2008, en réaction aux accords de Doha « qui ont annihilé le mécanisme de l’opposition politique. Il en a découlé entre autres un blocage économique ». C’est pourquoi « le retrait de ma candidature n’est pas un retrait de la bataille », conclut-il.

Deux autres listes ont été déposées entre-temps. L’une présidée par l’ancien ministre Fayez Chokr (parti Baas, en conflit avec le député sortant Assem Kanso), auquel s’est rallié le Courant patriotique libre (CPL) à travers trois candidats qu’il soutient dès le départ : Michel Daher (au siège grec-catholique), Sandrella Merhej (au siège maronite) et Ghada Assaf (à l’un des six sièges chiites).
Un quatrième candidat, qui faisait partie de la liste des candidats du CPL, Fouad Khalil Mawla, a fini par rejoindre une cinquième liste, présidée par Khaldoun Chreif, qui était presque méconnue jusqu’à hier. On notera que le CPL a tour à tour décliné une alliance avec le Hezbollah, puis avec Yehia Chamas. Pourtant, le candidat au siège grec-catholique de la liste FL-Futur, le général à la retraite Salim Kallas, indépendant soutenu par les FL, mais ancien compagnon de route du président Michel Aoun – et qui se présente comme tel en dépit de leur brouille – a tenté amicalement de solliciter l’appui de Baabda à la liste. « Je n’ai pas reçu de réponse de la part du chef de l’État, dont j’appuie le régime, mais je suis certain qu’il fait partie de ceux qui me soutiennent », dit-il à L’OLJ.


-----


Les cinq listes qui croiseront le fer à Baalbeck-Hermel


La liste Amal-Hezbollah de « L’Espoir et de la fidélité »
Hussein Hajj Hassan (chiite, Hezbollah)
Ali Mokdad (chiite, Hezbollah)
Ihab Hamadé (chiite, Hezbollah)
Ibrahim Moussawi (chiite, Hezbollah)
Ghazi Zeaïter (chiite, Amal)
Jamil Sayed (chiite, indépendant)
Walid Succariyé (sunnite, mouvance Hezbollah)
Younès Rifaï (sunnite, Ahbache)
Émile Rahmé (maronite, mouvance Hezbollah)
Albert Mansour (grec-catholique, PSNS).

La liste Baas-CPL-indépendants,  « La liste indépendante »
Fayez Chokr (chiite, Baas)
Fadi Younès (chiite)
Fayçal Husseini (chiite)
Mahdi Zgheib (chiite)
Fawzi Hamadé (chiite)
Ghada Assaf (chiite, CPL)
Ahmad Bayan (sunnite)
Mohammad Fliti (sunnite)
Sandrella Merhej (maronite, CPL)
Michel Daher (grec-catholique, CPL).

La liste FL-Futur-indépendants de « La Dignité et du développement »
Yehya Chammas (chiite, indépendant)
Ghaleb Yaghi (chiite, indépendant)
Rifaat Masri (chiite, indépendant)
Khodr Tlayss (chiite, indépendant)
Mohammad Hamiyé (chiite, indépendant)
Mohammad Hajj Sleiman (chiite, indépendant)
Bakr Hojeiry (sunnite, courant du Futur)
Hussein Solh (sunnite, courant du Futur)
Antoine Habchi (maronite, FL)
Sélim Kallas (grec-catholique, indépendant soutenu par les FL).

« La liste du Développement et du changement » (incomplète – indépendants)
Ali Sabri Hamadé (chiite, indépendant)
Abbas Yaghi (chiite, indépendant)
Ali Zeaïter (chiite, indépendant)
Abdallah Chall (sunnite, indépendant)
Samih Ezzeddine (sunnite, indépendant)
Chawki Fakhri (maronite, indépendant)
Siham Antoun (grec-catholique, indépendante).

« La liste du Cèdre national »
Mohammad Ghassan Moustapha Chall (chiite)
Khaldoun Chreif (chiite)
Abbas Assaf (chiite)
Mohammad Raad (chiite)
Fouad Maoula (chiite)
Hamad Dib (chiite)
Adel Mohammad Bayan (sunnite)
Waed Succariyé (sunnite)
Leila Tannoury (maronite)
Saadallah Ardo (grec-catholique, parti Kataëb).



Lire aussi

Gare au piège de l’angélisme, l'édito de Michel Touma

La formation des listes, une bataille pour les dimensions politiques, le décryptage de Scarlett Haddad

Les voies du CPL et du Hezbollah divergent progressivement, l'éclairage de Philippe Abi-Akl

Abus de pouvoir, argent politique, achats de voix : des accusations de violations à la pelle

Les slogans électoraux de 2018 : un gros flop ?

Qu’ont réellement fait les députés libanais pendant neuf ans ?

Retour à la page d’accueil

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Le Faucon Pèlerin

Le grand homme d'Etat, l'un des plus honnêtes hommes politiques de la République, le Président Hussein el-Husseini se retire de la course électorale. C'est une perte politique immense pour notre Patrie, le Liban éternel un et indivisible. Le président Hussein el-Husseini est une médaille sur toutes les poitrines de la Nation libanaise, souveraine, indépendante et libre.

Irene Said

Chez nous, malheureusement, une seule chose est "légitime"= la corruption qui a mené notre pays à la situation catastrophique actuelle...!
Irène Saïd

Antoine Sabbagha

Si Hussein Husseini rien ne lui plait , il fallait continuer la bataille pour vaincre et changer et convaincre ainsi le peuple de sa nouvelle philosophie .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DES INTIMIDATIONS CERTES DOIVENT ETRE A LA BASE DE SA DEMISSION. S,IL CONSIDERE QUE TOUT EST ILLEGITIME ET QUE LE PEUPLE VA RAMENER LA MEME CASTE AU POUVOIR DE QUELLE LEGITIMITÉ L,AFFUBLE-T-IL ? HISTOIRE DE PANURGES ET DE MOUTONS SUIVISTES ET BELEURS !

Hussein Husseini à « L’OLJ » : Tout est illégitime, sauf le peuple

27/03/2018

Législatives 2018 - Baalbeck-Hermel

Quatre listes livreront bataille face à celle du tandem Hezbollah-Amal.

Sandra NOUJEIM | OLJ

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

Retour à la page d’accueil
Commenter

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.
Merci.

Voir toutes les réactions
Le Faucon Pèlerin

Le grand homme d'Etat, l'un des plus honnêtes hommes politiques de la République, le Président Hussein el-Husseini se retire de la course électorale. C'est une perte politique immense pour notre Patrie, le Liban éternel un et indivisible. Le président Hussein el-Husseini est une médaille sur toutes les poitrines de la Nation libanaise, souveraine, indépendante et libre.

Irene Said

Chez nous, malheureusement, une seule chose est "légitime"= la corruption qui a mené notre pays à la situation catastrophique actuelle...!
Irène Saïd

Antoine Sabbagha

Si Hussein Husseini rien ne lui plait , il fallait continuer la bataille pour vaincre et changer et convaincre ainsi le peuple de sa nouvelle philosophie .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DES INTIMIDATIONS CERTES DOIVENT ETRE A LA BASE DE SA DEMISSION. S,IL CONSIDERE QUE TOUT EST ILLEGITIME ET QUE LE PEUPLE VA RAMENER LA MEME CASTE AU POUVOIR DE QUELLE LEGITIMITÉ L,AFFUBLE-T-IL ? HISTOIRE DE PANURGES ET DE MOUTONS SUIVISTES ET BELEURS !

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants