Spécial législatives libanaises 2018

X

Liban

Yassine Jaber : Il ne faut pas avoir la phobie de la stratégie de défense

Interview express - Législatives 2018

Candidat à l’un des sièges chiites de la circonscription Nabatiyé-Marjeyoun-Hasbaya-Bint Jbeil (Liban Sud III), le député sortant revient, pour « L’Orient-Le Jour », sur son long parcours de parlementaire.

22/03/2018

Dans quel domaine particulier avez-vous principalement axé votre activité parlementaire au cours de votre mandat ?
Je suis fier de dire que j’ai longtemps travaillé sur la législation portant sur le partenariat entre les secteurs public et privé afin de réglementer leur collaboration, même si certaines formations refusent de la mettre en application à l’heure actuelle. Mais nous devrons poursuivre notre forcing dans ce sens. J’ai également fait partie de la commission parlementaire qui a étudié la loi concernant les anciennes demeures et celle qui a examiné la question de l’assurance-vieillesse, ainsi que la législation concernant la lutte contre le blanchiment d’argent. Mais j’ai surtout œuvré pour la mise en place d’un fonds pour les recettes pétrolières et la création d’une direction générale des recettes pétrolières au sein du ministère des Finances.

Dans quelle mesure avez-vous réussi à établir une coopération avec des députés de blocs adverses?
J’appartiens à la ligne politique de l’imam Moussa Sadr qui prône l’ouverture vers autrui. Mais j’entretiens de bonnes relations avec mes collègues de tous les blocs parlementaires. Preuve en est, c’est en collaborant avec des députés de tous les blocs que nous avons pu protéger le Liban contre les retombées des sanctions américaines (contre le Hezbollah).

Dans quelle mesure votre longue expérience parlementaire a-t-elle eu pour conséquence de modifier ou de faire évoluer quelque peu votre perception de la situation dans le pays et votre position par rapport au camp adverse ?
Après une longue expérience au sein du Parlement, j’aspire toujours à mieux servir le pays, d’où ma décision de me porter candidat une nouvelle fois. Si les circonstances de la guerre ne nous ont pas permis d’atteindre nos objectifs, il faut persévérer. Mais il faut surtout commencer par assurer une bonne éducation parce que c’est cela qui fait les citoyens de demain.

La question des lecteurs : Dans quelle mesure le tandem Amal-Hezbollah est-il prêt à discuter de la stratégie de défense comme le veut le chef de l’État ?
Je ne me permets pas de me prononcer au nom du tandem. Mais je crois qu’il ne faut pas avoir « la phobie de la stratégie de défense ». Il va sans dire que c’est l’occupation israélienne qui a créé la résistance armée. Mais cela n’occulte aucunement l’importance de la mise en place d’une politique de défense qui nous permettrait d’user de nos éléments de force pour défendre le pays.


Lire aussi

Ghattas Khoury : C’est le compromis qui a sauvé le Liban

Boutros Harb : La grande culture démocratique des Libanais est en train de tomber

Salim Karam : J’en ai marre du Parlement actuel...


Retour à la page d’accueil

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PAS DE PHOBIE... DU REFUS PAR ORDRE DU WELAYET EL FAKIH !

MIROIR ET ALOUETTE

SI les israéliens , qui étaient venus au Liban par le sud pour chasser les palestiniens de l'olp en 82 , et qui ont été reçu par des cris de joie par les populations du Sud étaient répartis aprés avoir accompli cette mission , PLUTOT QUE D'AVOIR MARTYRISÉ CETTE RÉGION PENDANT PRÈS DE 20 ANS , EN TUANT, VOLANT , DÉPLAÇANT LES POPULATIONS LOCALES , on aurait eu une bonne entente entre ces usurpateurs et nous autres LIBANAIS .

AVEC DES " SI " , on mettrait Paris dans une bouteille.

Yassine, tu as raison de ne pas donner le Bon Dieu sans confession .

Yves Prevost

Si c'était vraiment " l’occupation israélienne qui a créé la résistance armée", cette"Résistance" aurait dû déposer les armes quand l'occupation israélienne a pris fin. Quand la cause disparaît, l'effet disparaît aussi.S'il continue d'exister, c'est que la cause est autre. Rien, absolument rien ne justifie le maintien d'une milice armée.

Yassine Jaber : Il ne faut pas avoir la phobie de la stratégie de défense

22/03/2018

Yassine Jaber. Photo d’archives

Interview express - Législatives 2018

Candidat à l’un des sièges chiites de la circonscription Nabatiyé-Marjeyoun-Hasbaya-Bint Jbeil (Liban Sud III), le député sortant revient, pour « L’Orient-Le Jour », sur son long parcours de parlementaire.

Yara ABI AKL | OLJ

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

Retour à la page d’accueil
Commenter

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.
Merci.

Voir toutes les réactions
L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PAS DE PHOBIE... DU REFUS PAR ORDRE DU WELAYET EL FAKIH !

MIROIR ET ALOUETTE

SI les israéliens , qui étaient venus au Liban par le sud pour chasser les palestiniens de l'olp en 82 , et qui ont été reçu par des cris de joie par les populations du Sud étaient répartis aprés avoir accompli cette mission , PLUTOT QUE D'AVOIR MARTYRISÉ CETTE RÉGION PENDANT PRÈS DE 20 ANS , EN TUANT, VOLANT , DÉPLAÇANT LES POPULATIONS LOCALES , on aurait eu une bonne entente entre ces usurpateurs et nous autres LIBANAIS .

AVEC DES " SI " , on mettrait Paris dans une bouteille.

Yassine, tu as raison de ne pas donner le Bon Dieu sans confession .

Yves Prevost

Si c'était vraiment " l’occupation israélienne qui a créé la résistance armée", cette"Résistance" aurait dû déposer les armes quand l'occupation israélienne a pris fin. Quand la cause disparaît, l'effet disparaît aussi.S'il continue d'exister, c'est que la cause est autre. Rien, absolument rien ne justifie le maintien d'une milice armée.

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants