Spécial législatives libanaises 2018

X

Liban

Kassem s’attend à un maintien de l’équilibre actuel des forces au sein du gouvernement

Législatives 2018 - Hezbollah
OLJ
16/03/2018

Le Hezbollah prévoit que ses alliés obtiendront davantage de sièges parlementaires à la faveur des législatives du 6 mai, mais ne s’attend à aucun changement fondamental dans l’équilibre des forces au sein du gouvernement.
« Notre ambition lors de cette consultation populaire n’est pas d’accroître le nombre de députés du Hezbollah, mais d’obtenir une représentation plus large de nos alliés de différents groupes, courants et partis » politiques, a ainsi déclaré le numéro 2 de la formation chiite, le cheikh Naïm Kassem, dans un entretien accordé hier à Reuters.
S’il s’est dit persuadé que la nouvelle loi électorale – fondée sur la proportionnelle – va permettre à son parti d’atteindre cet objectif, le cheikh Kassem n’a pas précisé le nombre de sièges que le Hezb et ses alliés souhaitent obtenir sur la totalité des 128 sièges parlementaires.
Parallèlement, il a affirmé s’attendre à « des changements mineurs dans la composition du prochain gouvernement », jugeant prématuré de déterminer l’identité du prochain Premier ministre.
Par ailleurs, le numéro 2 du Hezbollah a assuré que son parti « ne s’attend pas dans l’immédiat à un conflit avec Israël mais se tient prêt à cette éventualité ». Prié de commenter les avertissements adressés par le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, qui avait prévenu à de multiples reprises qu’il pourrait agir contre l’Iran et son allié libanais, Naïm Kassem a répondu qu’il n’évoquerait ni les capacités ni les projets militaires de son mouvement. Le Hezbollah « est prêt à faire face à l’agression si elle se produit, si Israël prend une décision insensée », a-t-il expliqué. « Mais il ne semble pas que les circonstances soient réunies pour que les Israéliens décident d’entrer en guerre. Nous avons dit à de multiples reprises que nous travaillions afin d’être toujours prêts et que nous étions prêts à répondre à l’agression israélienne si elle se produisait, et, par conséquent, que nous étions prêts à nous défendre par tous les moyens », a-t-il affirmé.
En Syrie, toutefois, il n’est pas exclu qu’Israël conduise de nouvelles attaques d’envergure « limitée », a-t-il dit, avant de prévenir que son mouvement y demeurerait « aussi longtemps que nécessaire ». « Si nous trouvons une solution politique, bien sûr, nous retournerons au Liban », a-t-il dit, en insistant sur le fait que « toute solution en Syrie devrait se faire avec le président Bachar el-Assad, canal incontournable pour tout règlement ».

Retour à la page d’accueil

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

gaby sioufi

UNE SEULE CHOSE SERAIT BONNE A CROIRE :
que wali fakih se sent "menace" - tte relativite gardee bien sur - par le nombre des VRAIS independants purs et durs-a etre elus ,certainement contre wali fakih .....
d'ou les qqs dernieres sorties de kassem similaires a celle-ci !
QUI SAIT ?
un miracle peut tjrs arriver - rappelons nous de najah wakim qui avait defonse ttes les defenses de l'ordre etabli des annees 70

Kassem s’attend à un maintien de l’équilibre actuel des forces au sein du gouvernement

16/03/2018

« Notre ambition lors de cette consultation populaire n’est pas d’accroître le nombre de députés du Hezbollah, mais d’obtenir une représentation plus large de nos alliés de différents groupes, courants et partis » politiques, a déclaré le numéro 2 du Hezbollah, le cheikh Naïm Kassem. Reuters/Aziz Taher

Législatives 2018 - Hezbollah

OLJ

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

Retour à la page d’accueil
Commenter

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.
Merci.

Voir toutes les réactions
gaby sioufi

UNE SEULE CHOSE SERAIT BONNE A CROIRE :
que wali fakih se sent "menace" - tte relativite gardee bien sur - par le nombre des VRAIS independants purs et durs-a etre elus ,certainement contre wali fakih .....
d'ou les qqs dernieres sorties de kassem similaires a celle-ci !
QUI SAIT ?
un miracle peut tjrs arriver - rappelons nous de najah wakim qui avait defonse ttes les defenses de l'ordre etabli des annees 70

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants