Spécial législatives libanaises 2018

X

Liban

Jbeil-Kesrouan : sans le CPL... le Hezbollah en quête de légitimité « électorale chrétienne » ?

Législatives 2018 - Circonscriptions

Le parti chiite déploie ses efforts pour former sa propre liste.

10/03/2018

À moins de deux mois des législatives prévues le 6 mai prochain, la compétition dans la circonscription de Jbeil-Kesrouan (huit sièges à pourvoir : 7 maronites et 1 chiite), en particulier dans le caza de Jbeil, devient de plus en plus fiévreuse. Et pour cause : l’appui du Hezbollah au candidat Hussein Zeaïter a perturbé le paysage électoral du caza, à dominante chrétienne. 

D’autant que le scrutin de mai prochain constitue un rupture avec la décennie écoulée, au sens où le Courant patriotique libre (CPL) et le Hezbollah divergent désormais sur le siège chiite de Jbeil, occupé depuis l’an 2000 par le député Abbas Hachem, qui cette fois n’est pas candidat. 

Le chef du CPL n’avait d’ailleurs pas caché son mécontentement à l’égard de la décision (unilatérale) de son allié traditionnel de désigner un candidat partisan au siège chiite de Jbeil. Lors d’une tournée dans le caza, plus précisément à Lassa (un village à dominante chiite dans le jurd), le ministre Gebran Bassil avait déclaré, dans une allusion à peine voilée au Hezbollah : « Lorsque nous sommes forts, personne ne peut nous imposer un candidat. » 

Mais, en dépit de cela, les partisans du CPL restent optimistes et tiennent à assurer que le désaccord avec le parti chiite ne menace aucunement l’entente « stratégique » conclue avec celui-ci le 6 février 2006 à Mar Mikhaël. Un cadre CPL, soucieux de mettre les points sur les « i » à ce sujet, affirme ainsi à L’Orient-Le Jour que « la nouvelle loi électorale nous permet de former des listes distinctes, sans pour autant perturber notre alliance », faisant valoir que Gebran Bassil s’est entretenu récemment avec Wafic Safa, haut responsable du Hezbollah. Selon ce cadre, « le nœud du candidat chiite reste à défaire. Il attend le retour de M. Bassil de son déplacement en Australie », où il a inauguré hier un congrès sur l’émigration. 

En attendant, le CPL continue d’accorder ses violons avant la bataille de mai prochain. Il poursuit à cette fin ses contacts pour compléter sa liste, que dirige le général à la retraite Chamel Roukoz, gendre du chef de l’État. 

S’il a déjà choisi ses candidats maronites de Jbeil (les députés sortants Simon Abiramia et Walid Khoury), le parti fondé par Michel Aoun temporise toujours au sujet du choix de son colistier chiite. « Nous n’avons pas encore de choix définitif », note le cadre CPL précité. « Il nous importe que le candidat ne provoque pas un désaccord avec le Hezbollah », souligne-t-il, assurant que « toutes les options sont ouvertes ». 


Bassam Hachem « fier » des rapports avec le Hezbollah 

Outre le désaccord avec le Hezbollah, la candidature de Hussein Zeaïter (originaire de Baalbeck) aurait secoué les rangs des partisans du CPL à Jbeil. Bassam Hachem, cadre du CPL et candidat au siège maronite du caza, entend ainsi mener bataille aux côtés du Hezbollah. D’autant que ce dernier poursuit ses efforts afin de mettre sur pied une liste qui ferait face aux autres protagonistes (principalement chrétiens) de la circonscription. Cette liste pourrait compter dans ses rangs l’ancien ministre lahoudien des Télécoms Jean-Louis Cardahi, candidat maronite à Jbeil. Au Kesrouan, des contacts seraient menés pour y intégrer la députée sortante Gilberte Zouein, ainsi que les candidats Joseph Zayek et Élias Khalil, mais L’OLJ n’a pas réussi hier à obtenir confirmation de cela. 

Contacté par notre journal, Bassam Hachem assure qu’il fait toujours partie du CPL. Mais il semble quand même déterminé à se lancer dans la compétition électorale aux côtés du parti chiite. « Je suis très fier de la relation avec le Hezbollah, et je suis attaché aux constantes du CPL, principalement axées sur l’État civil », affirme M. Hachem. Il confie, en outre, que le Hezbollah n’est entré en contact avec lui qu’après le veto aouniste à l’alliance électorale entre les deux partis. Il fait par ailleurs état de tentatives de l’isoler au sein du CPL. 

Répondant aux accusations lancées récemment contre le Hezbollah dans la mesure où il aurait « imposé aux habitants de Jbeil un candidat qui n’est pas originaire du caza », Bassam Hachem rappelle que « Chamel Roukoz – qui conduit la liste aouniste – est lui-même originaire de Chatine (caza de Batroun) ». 

M. Hachem estime enfin que « ce sont les choix politiques et électoraux actuels du CPL qui permettront à (l’ancien député) Farès Souhaid et ses alliés de remporter la bataille électorale ». 


« La démagogie et le populisme de Bassil »  

De son côté, Farès Souhaid, ancien député de Jbeil et candidat à l’un de ses deux sièges maronites, voit très mal comment le Hezbollah pourrait parvenir à placer son candidat chiite au Parlement. 

M. Souhaid explique à L’OLJ que le Hezbollah est la seule partie qui est sûre de sa victoire aux élections. « Le Hezbollah a le choix de s’allier au CPL, comme de ne pas le faire », souligne l’ancien député. Et d’ajouter : « Mais le parti chercherait surtout à montrer qu’il est capable de choisir des candidats chrétiens et qu’il bénéficie d’une légitimité chrétienne. » 

L’ancien député ne semble aucunement convaincu de l’opposition de Gebran Bassil à la décision du Hezbollah, qu’il juge comme étant exclusivement tactique. « Il s’agit d’une prise de position populiste et démagogique qui servirait à mobiliser les électeurs en faveur du CPL », souligne-il, avant de conclure : « Quand le Hezbollah prendra la décision d’entrer à Jbeil, Gebran Bassil ne pourra s’y opposer... ».


Cinq listes au moins 

Jusqu’à présent, cinq listes au moins devraient se disputer les huit sièges de la circonscription. La liste du CPL, emmenée par Chamel Roukoz, comprendrait le président de la Fondation maronite dans le monde Neemat Frem, l’ancien député Mansour el-Bone, l’ancien ministre Ziyad Baroud, et le cadre CPL, Roger Azar. Des pourparlers portant sur le siège chiite sont en cours avec Hikmat el-Hage et Rabih Awad. 

Une deuxième liste est parrainée par les Kataëb et Farès Souhaid. Elle comprendrait, outre M. Souhaid, Chaker Salamé (Kataëb), l’ancien député Farid Haykal el-Khazen, le journaliste Naufal Daou (Kesrouan) et, pour le siège chiite de Jbeil, Moustapha Husseini. Des négociations seraient également en cours avec des factions de la société civile pour qu’elles intègrent la liste, mais aussi avec l’ancien secrétaire général du Bloc national, Jean Hawat, candidat au siège maronite de Jbeil. Certaines sources faisaient par ailleurs état hier d’un veto Kataëb contre les députés sortant du Kesrouan, Gilberte Zouein et Youssef el-Khalil, dans la mesure où ils faisaient partie du bloc du Changement et de la Réforme. Le parti Kataëb souhaiterait ainsi marquer son refus d’intégrer des « éléments du pouvoir » à sa liste. Mais cette information restait hier non confirmée par Saïfi. 

La troisième liste est celle des Forces libanaises. Parmi ses membres : le responsable des FL au Kesrouan Chawki Daccache, l’universitaire Rock Mehanna, les partisans FL Michel Keyrouz et Roy Abdel Hay, ainsi que M. Fady Rouhana Sakr au Kesrouan, ainsi que l’ancien président de la municipalité de Jbeil, Ziad Hawat, et l’ancien député Mahmoud Awad à Jbeil. 

La quatrième liste est dirigée par Hussein Zeaïter (voir plus haut). 

Une cinquième liste serait mise en place par l’ancien ministre Youssef Salamé, face « à toute la classe politique », comme tient à le souligner à L’OLJ M. Salamé, tout en refusant de communiquer les noms de ses colistiers.


Lire aussi

Pour le Hezbollah, réconcilier les alliés est un véritable casse-tête, le décryptage de Scarlett Haddad 

Les FL rejoignent l’accord Futur-PSP au Chouf-Aley et à Baabda

Joséphine Zoughaib, une aventurière à l’assaut du Kesrouan




Retour à la page d’accueil

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Jbeil-Kesrouan : sans le CPL... le Hezbollah en quête de légitimité « électorale chrétienne » ?

10/03/2018

Législatives 2018 - Circonscriptions

Le parti chiite déploie ses efforts pour former sa propre liste.

Yara ABI AKL | OLJ

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

Retour à la page d’accueil
Commenter

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.
Merci.

Voir toutes les réactions
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué