Spécial législatives libanaises 2018

X

Liban

Farès Souhaid à « L’OLJ » : « C’est Saad Hariri qui a interdit le congrès de l’Initiative nationale »

Libertés Baabda et le Sérail avaient assuré ne pas être derrière l’interdiction de la tenue du congrès fondateur du mouvement à l’hôtel Monroe samedi. L’armée, à laquelle appartient l’hôtel, a reconnu à demi-mot en être responsable.
26/02/2018

« C’est Saad Hariri qui a interdit notre congrès, car il ne veut pas d’une opposition multiconfessionnelle. Une grogne chrétienne ne l’aurait pas dérangé, mais une grogne sunnite, à plus forte raison provinciale, le dérange. » Farès Souhaid, secrétaire général du 14 Mars, ne mâche pas ses mots. Mais il assure que le mouvement dont il est le chef de file, aux côtés d’une personnalité sunnite de poids, Radwan el-Sayyed, ancien conseiller de M. Hariri, se tiendra cette semaine. Le congrès devait se tenir samedi après-midi en présence d’un millier de personnes, selon les organisateurs à l’hôtel Monroe, qui appartient à l’armée mais est géré par le privé. Mais les responsables de l’Initiative nationale ont été avertis vendredi par l’établissement que la réservation de la salle était annulée pour « des raisons de sécurité ».

Lors d’une conférence de presse samedi à Beyrouth, MM. Souhaid et Sayyed ont accusé Baabda et le Grand Sérail d’être derrière cette initiative. « Nous rendons le pouvoir, le président de la République et le Premier ministre responsables de l’interdiction de la réunion », avait déclaré M. Souhaid.
 « La réunion a été annulée à la demande des services de renseignements de l’armée », a pour sa part dit M. Sayyed au cours de la conférence de presse. « C’est la première fois que les services de renseignements de l’armée interviennent directement dans une affaire purement politique », a-t-il ajouté, estimant qu’il est « désormais clair que le pouvoir veut réprimer toutes les libertés ». 

Réagissant à ces accusations, le bureau de presse de la présidence avait catégoriquement démenti « ces » allégations sans fondement « samedi ». « Nous appelons les médias à ne pas croire ces allégations qui visent à tromper l’opinion publique (…) et s’inscrivent dans le cadre de mensonges programmés de certains qui visent à les utiliser dans leur campagne électorale », a affirmé le communiqué. M. Souhaid a « remercié » sur Twitter le président de la République, estimant que sa réponse était « une preuve de droiture et de courage ».
Le bureau de presse du Premier ministre a également réagi, assurant que « la présidence du Conseil n’est pas intervenue dans cette affaire, ni de près ni de loin, et n’est pas concernée par les allégations faites en ce sens à des fins électorales claires ». 

Quelques heures plus tard, le commandement de l’armée publiait un communiqué dans lequel il précisait que l’hôtel Monroe appartient à la troupe, même s’il est géré par le privé. « Le commandement de l’armée tient à souligner que cet hôtel est destiné à abriter des activités à caractère culturel, social et scientifique, et non des activités à caractère politique et électoral », a-t-il ajouté.

(Lire aussi : Une opposition plurielle au Hezbollah « interdite » de réunion à Beyrouth)

Contre la présidence, le gouvernement et le Hezbollah
Les responsables de l’Initiative nationale soulignent cependant qu’ils ont déjà tenu deux réunions préparatoires pour son congrès au cours des derniers mois sans entraves dans ce même hôtel. Et M. Souhaid a accusé dans une déclaration à L’OLJ le chef du gouvernement « d’avoir demandé à l’armée d’interdire le congrès ».
Les deux chefs de file du mouvement de l’Initiative nationale reprochent à Saad Hariri d’avoir dévié des principes du 14 Mars en ayant accepté le compromis qui a permis à Michel Aoun d’accéder à la présidence de la République.

Le mouvement tente de gagner des partisans dans les différentes régions libanaises, notamment au sein de la communauté sunnite, M. Sayyed – proche de l’ancien Premier ministre Fouad Siniora – disposant d’appuis dans différentes régions du Nord ou de la Békaa, vivier naturel du courant du Futur. L’initiative nationale est à la fois « opposée à la présidence de la République, au gouvernement et au Hezbollah », explique M. Souhaid. Le mouvement est considéré comme proche de l’Arabie saoudite et reproche à Saad Hariri d’avoir, par le compromis qui a permis l’élection de M. Aoun à la tête de l’État, choisi de placer le Liban dans « l’axe iranien ».
Lors de sa conférence de presse, M. Souhaid, qui a présenté sa candidature dans la circonscription de Jbeil-Kesrouan, s’est demandé comment le pouvoir « pourra organiser des élections sur l’ensemble du territoire libanais s’il est incapable d’assurer la sécurité d’un congrès politique pacifique », exprimant la crainte d’une annulation des législatives du 6 mai. « Nous sommes à la veille de réunions importantes de donateurs pour le Liban, qui réclament des réformes, le gouvernement n’a-t-il pas pensé à l’image qu’il va donner au monde en réprimant les libertés ? », s’est-il demandé.


Lire aussi

Hayda Lebnén ? Hayda jawna ?l'édito de Ziyad Makhoul

La présidence et Hariri démentent être à l’origine de l’interdiction du congrès de l’Initiative nationale

Kesrouan-Jbeil : Souhaid candidat face à l’« hégémonie » du Hezbollah

Pour Farès Souhaid, « le Hezbollah met la main sur la décision politique de Jbeil »


Retour à la page d’accueil

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Saleh Issal

Les araignées syro-iraniennes continuent de tisser leurs toiles sur les institutions du Liban. Après l’Etat, le gouvernement, les médias , maintenant ce sont les lieux de conférence. Le Hezbollah continue ses intimidations contre tout ce qui va à l´encontre de son projet de faire du Liban un espace de guerres où Bachar et Khamenei sont les meneurs du jeu.

Le Faucon Pèlerin

Il y a toujours deux vérités, voici la mienne. La présidence de la République ainsi que la Présidence du Conseil des ministres ont démenti être les auteurs de l'interdiction du congrès de Farès Souaïd et Radwan Sayyed à l'hôtel Monroe. Par conséquent, mon avis est qu'une délégation de Martiens était venue par OVNI, ils se sont posés sur le toit du Monroe pour ordonner à la direction de l'hôtel d'interdire la réunion "subversive" qui pourrait provoquer des troubles très graves dans la rue de la planète Mars. Ce fut fait. Débat clos.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PREUVES A L,APPUI ET NOUS SOMMES AVEC MONSIEUR FARES SOUHAID ! DE TOUTE FACON QUI IL SOIT CELUI QUI A DONNE L,ORDRE NOUS LE CONDAMNONS NOUS TOUS LES LIBANAIS !

LA TABLE RONDE

Et un linge sale de plus qui ne se lave plus en famille ....lol..

Irene Said

C'est vraiment tout ce que ces beaux messieurs savent faire: s'accuser et se chamailler ?

Et pendant ce temps, les vrais problèmes attendent...attendent une solution...mais cela ne les préoccupe pas, comme d'habitude !
Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL NE FAUT PAS LANCER DES ACCUSATIONS EN L,AIR SUR DES SUPPOSITIONS !

LA TABLE RONDE

Ben dites donc , les temps changent meme pour eux les 14 evanescents..lol.

Sarkis Serge Tateossian

La force, la richesse et l'espoir d'un Liban grand et prospère résident dans sa liberté et sa démocratie meme si cette démocratie n'est pas parfaite.

Attention, rien n'est plus precieuse que la liberté

Farès Souhaid à « L’OLJ » : « C’est Saad Hariri qui a interdit le congrès de l’Initiative nationale »

26/02/2018

Radwan el-Sayyed et Farès Souhaid durant la conférence de presse.

Libertés

Baabda et le Sérail avaient assuré ne pas être derrière l’interdiction de la tenue du congrès fondateur du mouvement à l’hôtel Monroe samedi. L’armée, à laquelle appartient l’hôtel, a reconnu à demi-mot en être responsable.

Acil TABBARA | OLJ

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

Retour à la page d’accueil
Commenter

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.
Merci.

Voir toutes les réactions
Saleh Issal

Les araignées syro-iraniennes continuent de tisser leurs toiles sur les institutions du Liban. Après l’Etat, le gouvernement, les médias , maintenant ce sont les lieux de conférence. Le Hezbollah continue ses intimidations contre tout ce qui va à l´encontre de son projet de faire du Liban un espace de guerres où Bachar et Khamenei sont les meneurs du jeu.

Le Faucon Pèlerin

Il y a toujours deux vérités, voici la mienne. La présidence de la République ainsi que la Présidence du Conseil des ministres ont démenti être les auteurs de l'interdiction du congrès de Farès Souaïd et Radwan Sayyed à l'hôtel Monroe. Par conséquent, mon avis est qu'une délégation de Martiens était venue par OVNI, ils se sont posés sur le toit du Monroe pour ordonner à la direction de l'hôtel d'interdire la réunion "subversive" qui pourrait provoquer des troubles très graves dans la rue de la planète Mars. Ce fut fait. Débat clos.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PREUVES A L,APPUI ET NOUS SOMMES AVEC MONSIEUR FARES SOUHAID ! DE TOUTE FACON QUI IL SOIT CELUI QUI A DONNE L,ORDRE NOUS LE CONDAMNONS NOUS TOUS LES LIBANAIS !

LA TABLE RONDE

Et un linge sale de plus qui ne se lave plus en famille ....lol..

Irene Said

C'est vraiment tout ce que ces beaux messieurs savent faire: s'accuser et se chamailler ?

Et pendant ce temps, les vrais problèmes attendent...attendent une solution...mais cela ne les préoccupe pas, comme d'habitude !
Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL NE FAUT PAS LANCER DES ACCUSATIONS EN L,AIR SUR DES SUPPOSITIONS !

LA TABLE RONDE

Ben dites donc , les temps changent meme pour eux les 14 evanescents..lol.

Sarkis Serge Tateossian

La force, la richesse et l'espoir d'un Liban grand et prospère résident dans sa liberté et sa démocratie meme si cette démocratie n'est pas parfaite.

Attention, rien n'est plus precieuse que la liberté

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué