Spécial législatives libanaises 2018

X

À La Une

La présidence et Hariri démentent être à l’origine de l’interdiction du congrès de l’Initiative nationale

Une nouvelle date pour la tenue du congrès fondateur sera annoncée cette semaine, assure Farès Souhaid. 

24/02/2018

La présidence de la République, ainsi que le Premier ministre Saad Hariri, ont assuré ne pas être derrière l’interdiction de la tenue du congrès fondateur du Mouvement de l’Initiative nationale prévu aujourd’hui à l’hôtel Monroe, comme les en avaient accusés les deux ténors du mouvement, Farès Souhaid et Radwan Sayyed.

 « Nous rendons le pouvoir, le président de la République et le Premier ministre responsables de l’interdiction de la réunion », avait déclaré M. Souhaid lors d’une conférence de presse à son bureau à Beyrouth. Le mouvement qui se proclame opposé au Hezbollah et à « l’axe iranien » a été contraint d’annuler son congrès, l’hôtel Monroe l’ayant prévenu à la dernière minute vendredi qu’il ne pouvait accueillir la réunion pour des « raisons de sécurité ». 

« La réunion a été annulée à la demande des services de renseignement de l’armée » –à laquelle appartient l’hôtel Monroe, l’établissement étant géré par une société privée-, mais la décision a été prise au niveau politique par « des parties médiatiques de la présidence et de la présidence du Conseil », a dit M. Sayed au cours de la conférence de presse. « C’est la première fois que les services de renseignement de l’armée interviennent directement dans une affaire purement politique », a-t-il ajouté, estimant qu’il est « désormais clair que le pouvoir veut réprimer toutes les libertés ». 

Réagissant à ces accusations, le bureau de presse de la présidence a catégoriquement démenti » ces « allégations sans fondement ». « Nous appelons les médias à ne pas croire ces allégations qui visent à tromper l’opinion publique (…) et s’inscrivent dans le cadre de mensonges programmés de certains qui visent à les utiliser dans leur campagne électorale », a affirmé le communiqué.

M. Souhaid a «remercié » sur Twitter le président de République, estimant que sa réponse était « une preuve de droiture et de courage » . « Peut-on savoir qui a interdit le congrès du Monroe », a-t-il demandé.

Le bureau de presse du Premier ministre a également réagi, assurant que « la présidence du Conseil n’est pas intervenue dans cette affaire, ni de près ni de loin, et n’est pas concernée par les allégations faites en ce sens à des fins électorales claires ». 


(Lire aussi : Une opposition plurielle au Hezbollah « interdite » de réunion à Beyrouth)


Lors de sa conférence de presse, M. Souheid, qui a présenté sa candidature pour les élections à Jbeil-Kesrouan, a assuré que l’Initiative nationale allait annoncer une nouvelle date pour la tenue à Beyrouth la semaine prochaine de son congrès, auquel un millier de participants de différentes communautés sont invités.

Il s’est demandé comment le pouvoir « pourra organiser des élections sur l’ensemble du territoire libanais s’il est incapable d’assurer la sécurité d’un congrès politique pacifique», exprimant la crainte d’une annulation des élections législatives du 6 mai.

« Nous sommes à la veille de réunions importantes de donateurs pour le Liban, qui réclament des réformes, le gouvernement n’a-t-il pas pensé à l’image qu’il va donner au monde en réprimant les libertés ? », s’est-il demandé.

Interrogé par une journaliste sur les relations avec le Premier ministre Saad Hariri, M. Souhaid a reconnu que « notre opposition à Saad Hariri n’est pas nouvelle, mais nous sommes en priorité opposés au Hezbollah ».

Farès Souhaid reproche à Saad Hariri d'avoir dévié des principes du 14 mars dont M. Souhaid est le secrétaire général.

Le mouvement qui tente de gagner des partisans dans les différentes régions libanaises et notamment au sein de la communauté sunnite est considéré comme proche de l’Arabie saoudite et reproche au chef du courant du Futur Saad Hariri d’avoir, par le compromis qui a permis l’élection de M. Aoun à la tête de l’Etat, choisi de placer le Liban dans l’axe iranien.




Lire aussi

Kesrouan-Jbeil : Souhaid candidat face à l’« hégémonie » du Hezbollah

Pour Farès Souhaid, « le Hezbollah met la main sur la décision politique de Jbeil »

Amal et le Hezbollah veulent privilégier les structures partisanes, le décryptage de Scarlett Haddad

Baalbeck-Hermel : la liste truquée du Hezbollah

Législatives : Comment le Hezbollah tente de disperser CPL, FL et courant du Futur...

Hezbollah-Amal : Quand les électeurs chiites ne se suffisent plus de beaux discours

Les candidatures d’Amal et du Hezbollah aux législatives : beaucoup de partisans, peu de changements

Retour à la page d’accueil

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

HARIRI EST A PLAINDRE DANS LES PROCHAINES ELECTIONS ! IL N,A PAS SU A SON RETOUR JOUER ET PROFITER DE SA DEMISSION A PARTIR DE RYAD EN S,IMPOSANT CAR IL AVAIT TOUS LES ATOUTS DE S,IMPOSER... DOMMAGE !

Yves Prevost

Alors, qui?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES PRATIQUES DE L,OBSCURANTISME... PAR PARAVENT COMPLICE... S,INSTALLENT DERNIEREMENT A UN RYTHME ACCELERE DANS LE PAYS !

LA TABLE RONDE

Le Liban nouveau et porté vers l'avenir n'a vraiment pas de temps à perdre avec cette bande de loosers .

Il est occupé par des échéances plus sérieuses.

On laissera braire les ânes.

Remy Martin

Anne, ma soeur Anne, la Republique Islamique du Liban pointe-t-elle à l'horizon ... ?

Le Faucon Pèlerin

La Tchéka, le NKVD, le KGB, la Gestapo, la CIA, le MOSSAD... sont-ils arrivés chez nous par le biais du CPL et le Hezbollah ?
Farès Soueid et Radwan Sayyed seraient-ils les successeurs de Hitler, Mussolini, Staline et Amine Dada ?
Le Mandat français de 1920 à 1943 avait fait du Liban, le joyau du Moyen-Orient. Qu'est-il devenu ce joyau?

Irene Said

Libanais, réjouissez-vous,
le Liban-nouveau du changement et de la réforme est en marche !
Irène Saïd

La présidence et Hariri démentent être à l’origine de l’interdiction du congrès de l’Initiative nationale

24/02/2018

Les deux ténors du Mouvement de l’Initiative nationale, Farès Souhaid (d) et Radwan Sayyed, ont accusé la présidence de la République et celle du Conseil d’être derrière l’interdiction de leur congrès fondateur qui devait se tenir aujourd’hui à l’hotel Monroe. Photo Acil Tabbara

Une nouvelle date pour la tenue du congrès fondateur sera annoncée cette semaine, assure Farès Souhaid. 

Acil TABBARA | OLJ

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

Retour à la page d’accueil
Commenter

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.
Merci.

Voir toutes les réactions
L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

HARIRI EST A PLAINDRE DANS LES PROCHAINES ELECTIONS ! IL N,A PAS SU A SON RETOUR JOUER ET PROFITER DE SA DEMISSION A PARTIR DE RYAD EN S,IMPOSANT CAR IL AVAIT TOUS LES ATOUTS DE S,IMPOSER... DOMMAGE !

Yves Prevost

Alors, qui?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES PRATIQUES DE L,OBSCURANTISME... PAR PARAVENT COMPLICE... S,INSTALLENT DERNIEREMENT A UN RYTHME ACCELERE DANS LE PAYS !

LA TABLE RONDE

Le Liban nouveau et porté vers l'avenir n'a vraiment pas de temps à perdre avec cette bande de loosers .

Il est occupé par des échéances plus sérieuses.

On laissera braire les ânes.

Remy Martin

Anne, ma soeur Anne, la Republique Islamique du Liban pointe-t-elle à l'horizon ... ?

Le Faucon Pèlerin

La Tchéka, le NKVD, le KGB, la Gestapo, la CIA, le MOSSAD... sont-ils arrivés chez nous par le biais du CPL et le Hezbollah ?
Farès Soueid et Radwan Sayyed seraient-ils les successeurs de Hitler, Mussolini, Staline et Amine Dada ?
Le Mandat français de 1920 à 1943 avait fait du Liban, le joyau du Moyen-Orient. Qu'est-il devenu ce joyau?

Irene Said

Libanais, réjouissez-vous,
le Liban-nouveau du changement et de la réforme est en marche !
Irène Saïd

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué