Spécial législatives libanaises 2018

X

Liban

Amal et le Hezbollah veulent privilégier les structures partisanes

Décryptage
24/02/2018

À deux mois et dix jours des élections législatives (prévues le 6 mai), la plupart des formations politiques et des groupes de la société civile hésitent encore à annoncer leurs candidats et encore plus leurs listes. En principe, à partir de la semaine prochaine, les choses devraient se clarifier, avec l’annonce des candidats du courant du Futur. Celle d’après, ce sera le tour des candidats des Forces libanaises d’être dévoilés (le 14 mars). Il faudra ensuite attendre le 24 mars pour connaître ceux du CPL. Selon des sources proches de cette dernière formation, le retard n’est pas dû à des difficultés particulières, mais au fait que le ministre des Affaires étrangères et chef du parti doit effectuer un voyage en Australie dans la première quinzaine du mois et suivre ensuite les préparatifs du sommet arabe qui doit se tenir à Riyad à la fin du mois.

Toujours est-il que la principale cause du retard dans les annonces réside dans le fait que la nouvelle loi électorale pose un véritable casse-tête aux différentes formations. En raison du mode de scrutin proportionnel avec une voix préférentielle, la loi les oblige à choisir des candidats dotés d’une assise populaire personnelle pour apporter leurs voix préférentielles à la liste dont ils seront membres, celles du parti n’étant pas suffisantes pour faire élire plusieurs candidats de la même liste. Pourtant, ce problème qui se pose à la plupart des partis a été surmonté par le tandem chiite Amal et le Hezbollah, ces deux formations ayant été les premières à annoncer successivement dans la même journée (lundi dernier) leurs candidats respectifs.


(Lire aussi : Baalbeck-Hermel : la liste truquée du Hezbollah)


D’ailleurs, les deux formations ont privilégié cette année, dans le choix de leurs candidats, les membres de leurs partis respectifs. Selon une source proche du Hezbollah, il s’agit d’une démarche voulue, visant à donner la priorité aux membres des deux partis au détriment des alliés et sympathisants, qui figureront sur les listes dans une proportion plus réduite. D’une certaine façon, les deux partis ont décidé de donner un plus grand rôle à la structure partisane, d’abord pour encourager la base à s’engager plus concrètement dans l’action militante et ensuite pour favoriser de plus en plus un système de partis dans la vie politique libanaise. Selon la source précitée, le Hezbollah est ainsi convaincu que plus l’action politique au Liban s’oriente vers l’encadrement des partis, plus elle peut se moderniser et être basée sur des programmes, au lieu de rester limitée au clientélisme et au leadership familial ou traditionnel. Le fait donc de privilégier le choix de candidats membres des deux partis est une façon de libérer l’action politique du poids du clientélisme individuel. La structure partisane permet aussi de choisir des candidats qui n’ont pas d’assise personnelle, mais qui, grâce à leurs responsabilités au sein du parti, peuvent être élus au Parlement. C’est d’ailleurs ce qui se passe en général dans les élections démocratiques, dans les pays qui adoptent le système de partis, où il y a certes des « candidats-phares » connus et populaires alors que beaucoup d’autres sont inconnus. Le parti les sélectionne ainsi en fonction de ses besoins et de leurs compétences. À travers cette démarche, Amal et le Hezbollah souhaitent donc donner une nouvelle impulsion à l’action politique au Liban. D’ailleurs, la plupart des noms des nouveaux candidats sont inconnus de la scène politique et peut-être même du grand public. Mais le Hezbollah et Amal, qui ont délibérément choisi d’éviter toute bataille électorale entre eux, estiment qu’avec leur assise populaire ils peuvent les faire élire dans la plupart des cas.


(Lire aussi : Une opposition plurielle au Hezbollah « interdite » de réunion à Beyrouth)

En étant les premiers à annoncer leurs candidats partisans, Amal et le Hezbollah ont donc adressé un message de confiance à leur base populaire, et en même temps ils ont voulu montrer que la structure partisane reste le moyen le plus sûr de moderniser et de rationaliser l’action politique. Selon des sources proches des deux formations chiites, Amal et le Hezbollah ont aussi voulu trancher rapidement le nom de leurs candidats partisans pour couper court à la multiplicité des candidats potentiels et au malaise qui commençait à se faire sentir au niveau de leurs cadres respectifs. Selon les mêmes sources, c’est cette confusion au niveau des familles et des cadres qui commençait à se transformer en luttes internes qui a d’ailleurs poussé le Hezbollah à choisir le cheikh Hussein Zeaïter pour le siège chiite de Jbeil. Contrairement à son titre, ce dernier n’est pas un dignitaire religieux, il est originaire de la Békaa, mais, au sein du Hezbollah, il est en charge de la région de Jbeil. C’est à ce titre qu’il a été choisi, alors que les familles et les clans chiites de Jbeil étaient en lutte pour privilégier leurs candidats respectifs. Le Hezbollah s’est d’ailleurs empressé d’expliquer ses motivations à son allié le CPL qui a été surpris par ce choix. Selon des sources qui suivent le dossier, le CPL ne pensait pas que le Hezbollah choisirait pour le siège chiite de Jbeil un candidat partisan, mais il a compris le souci du parti de privilégier la structure partisane, surtout en cette période où la campagne internationale contre lui s’amplifie. Il reste à convaincre les familles chiites de Jbeil de ce choix. Ce sera d’ailleurs un test de l’influence du Hezbollah sur son assise populaire...


Lire aussi

Kesrouan-Jbeil : Souhaid candidat face à l’« hégémonie » du Hezbollah

Pour Farès Souhaid, « le Hezbollah met la main sur la décision politique de Jbeil »

Législatives : Comment le Hezbollah tente de disperser CPL, FL et courant du Futur...

Hezbollah-Amal : Quand les électeurs chiites ne se suffisent plus de beaux discours

Les candidatures d’Amal et du Hezbollah aux législatives : beaucoup de partisans, peu de changements

Retour à la page d’accueil

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

IMB a SPO

La prise en main du Liban par les voyous est en marche.

Saliba Nouhad

Je n’ai rien contre des élections démocratiques, basées sur des partis politiques aux programmes bien définis au lieu du clientélisme corrompu, du zaimisme féodal et tribal qui perdure dans notre système électoral et qui empêche toute arrivée de sang nouveau, frais et éduqué dans l'arène...
Sauf que, et c’est là où le bat blesse, venant de deux partis, dont l’un avec un leader collé sur son siège depuis des décennies, un traditionnel qui joue la carte confessionnelle à fond, et l’autre, d’une théocratie autoritaire et belliqueuse aux visées supra-nationales anti-démocratiques bien connues: il faut, tout simplement ne pas prendre les gens pour des imbéciles!
J’aurais bien apprécié que vous soulignez un peu ces incongruités et le fait que le Liban n’est pas encore le Danemark!

Le Faucon Pèlerin

Hussein Zéaïter vient de la Békaa pour se présenter au siège chiite de Jbeil.
J'invite May Chidiac à aller se présenter au siège maronite de Baalbek-Hermel.

LA TABLE RONDE

Un grand merci pour ces explications Scarlett , à ce que je constate, vous lire fait tellemnt peur que déjà on se trouve des prétextes fallacieux dans le but d'adoucir la baffe du raz de marée pressenti .

Ceux qui critiquent le mode de scrutin avec la pétoche dans la poche sont les mêmes qui critiquaient les reconductions des députés , comme si pour eux le meilleur des scrutins ne pouvant être que celui qui ferait que les partis de la resistance soient battus .

Longue nuit de rêves étoilés, le lendemain du scrutin on se demande ce que leur gueule de bois va faire d'eux , si deja ils pleurent avant la vraie baffe .

Bon week-end Scarlett et avec votre permission ....toujours ......

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ET JE REPETE : IL NE PEUT Y AVOIR DES ELECTIONS LIBRES ET DEMOCRATIQUES A L,OMBRE DES ARMES DES DEUX MILICES D,UNE SEULE ET MEME COMMUNAUTE !
LES RESULTATS SERONT FAUX !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Yves Prevost

"Amal et le Hezbollah veulent privilégier les structures partisanes". Voilà bien l’effet pervers de ce mode de scrutin antidémocratique.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

UN REPORTAGE BIEN OBJECTIF DE LA TRES CHERE MADAME SCARLETT HADDAD QUI DECRIT LES FAITS TELS QUELS RENOUANT AVEC SES DERNIERS DECRYPTAGES DE NON PARTI-PRIS !

Amal et le Hezbollah veulent privilégier les structures partisanes

24/02/2018

Décryptage

Scarlett HADDAD | OLJ

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

Retour à la page d’accueil
Commenter

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.
Merci.

Voir toutes les réactions
IMB a SPO

La prise en main du Liban par les voyous est en marche.

Saliba Nouhad

Je n’ai rien contre des élections démocratiques, basées sur des partis politiques aux programmes bien définis au lieu du clientélisme corrompu, du zaimisme féodal et tribal qui perdure dans notre système électoral et qui empêche toute arrivée de sang nouveau, frais et éduqué dans l'arène...
Sauf que, et c’est là où le bat blesse, venant de deux partis, dont l’un avec un leader collé sur son siège depuis des décennies, un traditionnel qui joue la carte confessionnelle à fond, et l’autre, d’une théocratie autoritaire et belliqueuse aux visées supra-nationales anti-démocratiques bien connues: il faut, tout simplement ne pas prendre les gens pour des imbéciles!
J’aurais bien apprécié que vous soulignez un peu ces incongruités et le fait que le Liban n’est pas encore le Danemark!

Le Faucon Pèlerin

Hussein Zéaïter vient de la Békaa pour se présenter au siège chiite de Jbeil.
J'invite May Chidiac à aller se présenter au siège maronite de Baalbek-Hermel.

LA TABLE RONDE

Un grand merci pour ces explications Scarlett , à ce que je constate, vous lire fait tellemnt peur que déjà on se trouve des prétextes fallacieux dans le but d'adoucir la baffe du raz de marée pressenti .

Ceux qui critiquent le mode de scrutin avec la pétoche dans la poche sont les mêmes qui critiquaient les reconductions des députés , comme si pour eux le meilleur des scrutins ne pouvant être que celui qui ferait que les partis de la resistance soient battus .

Longue nuit de rêves étoilés, le lendemain du scrutin on se demande ce que leur gueule de bois va faire d'eux , si deja ils pleurent avant la vraie baffe .

Bon week-end Scarlett et avec votre permission ....toujours ......

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ET JE REPETE : IL NE PEUT Y AVOIR DES ELECTIONS LIBRES ET DEMOCRATIQUES A L,OMBRE DES ARMES DES DEUX MILICES D,UNE SEULE ET MEME COMMUNAUTE !
LES RESULTATS SERONT FAUX !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Yves Prevost

"Amal et le Hezbollah veulent privilégier les structures partisanes". Voilà bien l’effet pervers de ce mode de scrutin antidémocratique.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

UN REPORTAGE BIEN OBJECTIF DE LA TRES CHERE MADAME SCARLETT HADDAD QUI DECRIT LES FAITS TELS QUELS RENOUANT AVEC SES DERNIERS DECRYPTAGES DE NON PARTI-PRIS !

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué