Spécial législatives libanaises 2018

X

Liban

Kesrouan-Jbeil : Souhaid candidat face à l’« hégémonie » du Hezbollah

Législatives 2018

Allié des Kataëb, l’ancien député élargit ses horizons en lançant, demain samedi, une formation pluriconfessionnelle.

23/02/2018

L’ancien député et secrétaire général du 14 Mars, Farès Souhaid, a annoncé hier sa candidature à l’un des sièges maronites de Jbeil, dans la circonscription de Jbeil-Kesrouan. Si M. Souhaid refuse pour le moment de dévoiler ses alliances électorales, il est certain qu’il travaillera à contrer l’influence du Hezbollah dans la région, notamment grâce à la formation d’une nouvelle plateforme d’opposition baptisée Mouvement de l’initiative nationale.

Le Hezbollah avait annoncé en début de semaine la candidature de Hussein Zeaïter, originaire de Baalbeck, au siège chiite de Jbeil, ce qui avait provoqué l’ire d’un nombre de responsables politiques de la région, dont Farès Souhaid. « Après avoir mis la main sur le jurd de Jbeil, le Hezbollah essaie maintenant de se positionner comme force dominante à Jbeil. C’est une région qui a ses spécificités et qui doit résister à cette hégémonie », a déclaré M. Souhaid à L’Orient-Le Jour.

« La région de Jbeil-Kesrouan s’est transformée après la guerre civile en un dortoir qui a accueilli les chrétiens réfugiés des autres régions. Il est temps que nous redevenions acteurs comme les autres régions, tant sur le plan chrétien que sur le plan national, et que nous fassions face à l’hégémonie. La région doit redevenir souverainiste et participer aux décisions », a-t-il dit.

L’ancien député, qui refuse toute « mainmise iranienne » au Liban, se dit prêt à faire face au candidat « pur et dur du Hezbollah ». « Aujourd’hui, le problème national essentiel est celui de la duplicité à laquelle nous assistons à travers la présence d’un État et d’une armée légaux face à un autre État et une armée illégaux », a-t-il déclaré.

Questionné sur ses alliances électorales, M. Souhaid s’est contenté de déclarer : « Je suis un partenaire déclaré des Kataëb et je construirai mes alliances électorales à partir de là. » De sources proches de l’ancien ministre des Affaires étrangères Farès Boueiz, on apprenait par ailleurs hier que ce dernier pourrait se présenter aux élections aux côtés du secrétaire général du 14 Mars.


(Lire aussi : Pour Farès Souhaid, « le Hezbollah met la main sur la décision politique de Jbeil »)


Une opposition au « compromis »
« Depuis le compromis qui a été mis en place avec le Courant patriotique libre et le Hezbollah pour combler le vide présidentiel, il y a un cercle d’opposition qui a commencé à voir le jour, avec une prise de conscience qui a donné lieu à une opposition au président de la République, au gouvernement et au compromis en question », a souligné M. Souhaid. Ce « cercle d’opposition », qui a commencé à tenir des réunions durant l’été 2017, a été baptisé Mouvement de l’initiative nationale et a pour chefs de file Farès Souhaid et Radwan Sayed, expert en affaires saoudiennes et ancien conseiller de Saad Hariri.

Le Mouvement de l’initiative nationale sera officiellement lancé demain samedi, lors d’une réunion de son comité exécutif à l’hôtel Monroe, à Beyrouth.

« L’opposition au compromis pour la présidentielle est moins présente chez les chrétiens que chez les sunnites, faible chez les chiites et quasiment inexistante chez les druzes. Nous essayons aujourd’hui de canaliser l’opposition sunnite pour la transformer en opposition nationale et plurielle qui puisse faire tache d’huile et se propager dans les autres communautés », a indiqué Farès Souhaid.

« Je ressens plus l’opposition à la mainmise iranienne en milieu sunnite qu’en milieu chrétien », a lancé M. Souhaid qui refuse de voir dans son mouvement, « même s’il y a des points communs », un pendant au Rassemblement de Kornet Chehwane qui avait réuni, au début des années 2000, plusieurs personnalités politiques chrétiennes mobilisées contre la tutelle syrienne. « Toute alliance basée sur un équilibre des forces fragilise les chrétiens », a conclu M. Souhaid, farouche opposant à l’alliance entre le CPL et le Hezbollah.



Lire aussi
Une première : plusieurs écologistes candidats

Au Liban, les partis politiques continuent malgré tout de séduire

Zahlé : Hariri et les FL... face au CPL ?

Législatives : Comment le Hezbollah tente de disperser CPL, FL et courant du Futur...

Hezbollah-Amal : Quand les électeurs chiites ne se suffisent plus de beaux discours

Zghorta-Bécharré-Koura-Batroun : Un avant-goût de présidentielle ?

Les candidatures d’Amal et du Hezbollah aux législatives : beaucoup de partisans, peu de changements

Retour à la page d’accueil

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Irene Said

Allez, on re-prend les mêmes ou ceux qui leur ressemblent et qui obéiront au doigt et à l'oeil du grand Manitou de la Résistance.
On perpétue aussi l'obscurantisme qui jusqu'à présent n'a rien apporté de nouveau, et on fait tout pour maintenir le Liban bien loin du progrès, pour mieux le dominer !

Ce sont les méthodes qu'utilisent tous les dictateurs du monde entier, parmi eux aussi Israël.

Mais parfois l'Histoire en décide autrement, et peut nous submerger par des raz de marées venus de là où on les attendait le moins...
Irène Saïd


L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

A QUAND LE REVEIL ET L,UNION CHEZ LES CHRETIENS ?

LA TABLE RONDE

Faut pas s'imaginer que le fait de dire que de toute façon la résistance va l'emporter par un raz de marée historique , que les électeurs de ces partis de résistance vont passer le jour des élections à la plage .

La mobilisation sera encore plus forte pour confirmer leur attachement à un Liban nouveau .

Kesrouan-Jbeil : Souhaid candidat face à l’« hégémonie » du Hezbollah

23/02/2018

Farès Souhaid se présente à l’un des sièges maronites de Jbeil, dans la circonscription de Jbeil-Kesrouan. Photo ANI

Législatives 2018

Allié des Kataëb, l’ancien député élargit ses horizons en lançant, demain samedi, une formation pluriconfessionnelle.

Zeina ANTONIOS | OLJ

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

Retour à la page d’accueil
Commenter

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.
Merci.

Voir toutes les réactions
Irene Said

Allez, on re-prend les mêmes ou ceux qui leur ressemblent et qui obéiront au doigt et à l'oeil du grand Manitou de la Résistance.
On perpétue aussi l'obscurantisme qui jusqu'à présent n'a rien apporté de nouveau, et on fait tout pour maintenir le Liban bien loin du progrès, pour mieux le dominer !

Ce sont les méthodes qu'utilisent tous les dictateurs du monde entier, parmi eux aussi Israël.

Mais parfois l'Histoire en décide autrement, et peut nous submerger par des raz de marées venus de là où on les attendait le moins...
Irène Saïd


L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

A QUAND LE REVEIL ET L,UNION CHEZ LES CHRETIENS ?

LA TABLE RONDE

Faut pas s'imaginer que le fait de dire que de toute façon la résistance va l'emporter par un raz de marée historique , que les électeurs de ces partis de résistance vont passer le jour des élections à la plage .

La mobilisation sera encore plus forte pour confirmer leur attachement à un Liban nouveau .

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué