X

Économie

Après le putsch raté, la Banque centrale turque abaisse un de ses taux directeurs

Politique monétaire
OLJ
20/07/2016

La Banque centrale de Turquie a annoncé hier avoir abaissé un de ses principaux taux directeurs de 25 points de base, quelques jours après la tentative de putsch avortée. Il s'agit de la quatrième baisse des taux depuis l'arrivée en avril du nouveau gouverneur, Murat Cetinkaya, à la tête de la banque centrale.
Celle-ci a précisé dans un communiqué avoir abaissé le taux de financement à un jour à 8,75 % contre 9 %, alors que son taux de refinancement à une semaine a été maintenu à 7,5 %. Le taux à une journée auquel les banques se prêtent entre elles est également resté stable à 7,25 %, a précisé la banque centrale sur son site Internet.
Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a souvent fait pression sur la banque centrale, officiellement indépendante, pour qu'elle abaisse les taux d'intérêt afin de stimuler la croissance et les investissements, s'attirant les critiques de certains économistes qui redoutent une poussée de l'inflation. Mais la banque centrale a retrouvé plus de latitude avec une décélération de l'inflation, qui a été de 6,58 % en mai sur un an. La croissance turque s'est établie à 4,8 % au premier trimestre.
Les marchés attendaient un geste hier, face au risque d'un coup de froid sur l'économie turque dans le contexte tendu de l'après-coup d'État manqué. « Toutes les mesures nécessaires seront prises pour assurer la stabilité financière », avait assuré après le putsch la banque centrale.
Le ministre des Finances, Mehmet Simsek, a pour sa part affiché sa sérénité : « Il n'y a pas de raison de paniquer, la stabilité turque a été renforcée », a-t-il affirmé au quotidien Hurriyet. Mais selon l'analyste William Jackson, de Capital Economics, « l'économie turque risque de traverser une période de ralentissement de la croissance et la livre va rester sous pression ».
Dans ce contexte, deux grandes agences de notation ont annoncé lundi qu'elles suivraient de près l'évolution de la situation.
Moody's a indiqué que la note Baa3 dont bénéficie actuellement la Turquie allait être examinée pour être éventuellement abaissée au vu des conséquences du putsch manqué. « Même si la croissance économique a été assez résistante ces deux dernières années (...) nous estimons que la récente augmentation de l'incertitude politique, et plus spécifiquement la tentative de coup d'État, va avoir un impact négatif sur la croissance du pays », a souligné l'agence.
Le même jour, Fitch a jugé que l'impact de la tentative de putsch sur la note du pays dépendrait de la réponse du gouvernement et de la manière dont elle aggraverait les dissensions politiques et affaiblirait l'indépendance des institutions.
(Sources : agences)

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué