X

La Dernière

Le 22e Prix du Rail d’or décerné à « Tramontane »

L’émotion du jour
C.K. | OLJ
21/05/2016

Une centaine de cheminots cinéphiles, membres de l'association Ceux du rail, se sont donné rendez-vous à Cannes, hier jeudi 19 mai, pour remettre le Petit et le Grand Rail d'or aux deux films lauréats de la sélection de la Semaine de la critique.
Le Liban était à l'honneur. Le Grand Prix a en effet été décerné au long-métrage libanais Tramontane de Vatché Boulghourjian. Ce film a été perçu comme une longue quête d'identité, abordant les séquelles de la guerre civile et ses conflits.
Le réalisateur Boulghourjian, très ému, a remercié les personnes présentes et a remercié l'association. Il a avoué que ce prix était très important pour lui, car « il a été donné par un vrai public ». Le cinéaste a par ailleurs décrit son film comme une œuvre qui parle d'un peuple et d'un pays qu'il aime. À son tour, l'acteur Toufic Barakat a remercié l'association Ceux du rail pour son soutien et sa confiance.
Depuis plusieurs années, les cheminots ont l'opportunité d'approcher le mythe cinématographique de la Croisette. Ils y apportent leur propre contribution, en récompensant par des trophées appelés les « Rails d'or », des jeunes réalisateurs distingués pendant la Semaine internationale de la critique et quelques grands du 7e art pour l'ensemble de leur œuvre.

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlet HADDAD

Un sommet avec trois présidents seulement et beaucoup de non-dits

Citoyen grognon de Anne-Marie El-HAGE

Écoles fermées... et le numérique alors ?

Un peu plus de Médéa AZOURI

Le Liban sépare ceux qui s’aiment

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué