Dernières Infos

Un militant palestinien des droits de l'Homme arrêté par l'armée israélienne (famille)

AFP
14/05/2016

L'armée israélienne a transféré samedi un militant palestinien des droits de l'Homme à une prison de Cisjordanie occupée, l'accusant d'"entrave au travail de l'armée" alors qu'il manifestait dans son village dont une partie des terres sont désormais occupées par une colonie israélienne, a indiqué sa famille.

Abdallah Abou Rahma qui a gagné une notoriété internationale en organisant chaque semaine depuis 11 ans une manifestation contre la colonisation de la Cisjordanie par les Israéliens et le Mur de séparation qui grignote les terres de son village de Bilin, avait déjà été jugé par un tribunal militaire pour la même accusation fin octobre.

Vendredi, lors de la traditionnelle manifestation hebdomadaire de Bilin, désormais un rendez-vous incontournable de militants israéliens et internationaux venus montrer leur solidarité avec les Palestiniens, Abou Rahma a été arrêté par des soldats israéliens, a indiqué son frère Rateb à l'AFP.

Samedi, l'armée l'a transféré à la prison militaire d'Ofer, près de Ramallah en Cisjordanie, et a informé son avocat qu'il était accusé "d'entrave au travail de l'armée dans une zone militaire fermée", a encore expliqué Rateb Abou Rahma.

Lors de la manifestation de vendredi, qui prenait une signification particulière car elle est l'une des premières commémorations à la mi-mai de la "Nakba", la catastrophe en arabe qu'a constitué en 1948 la création de l'Etat d'Israël, "l'armée a frappé et arrêté Abdallah et des militants israéliens alors qu'ils s'approchaient de soldats", a-t-il ajouté.Contactée par l'AFP, l'armée israélienne n'a pas commenté ces informations.

M. Abou Rahma avait déjà été emprisonné 15 mois pour ces manifestations. Cet instituteur d'une quarantaine d'années et militant des droits de l'Homme avait été libéré en mars 2011. Son arrestation en 2009 puis sa condamnation avait déclenché un tollé parmi les défenseurs des droits de l'Homme à l'étranger.

Le Mur de séparation, érigé par Israël depuis 2002, traverse en grande partie la Cisjordanie occupée et devrait s'étendre à terme sur 712 km, selon l'Onu. Achevé à plus de 60% et composé de barbelés, de fossés, de clôtures électroniques et de murs de béton dont certains atteignent neuf mètres de haut, il est devenu le symbole décrié de l'occupation pour les Palestiniens qui le baptisent "mur de l'apartheid".

Retour à la page "Dernières Infos"
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon OLJ, vous devez au préalable vous identifier.