X

Liban

L’élimination de Moustapha Badreddine, un épisode de la guerre de l’ombre régionale

La situation
Fady NOUN | OLJ
14/05/2016

Qui a tué Moustapha Badreddine, le chef des opérations secrètes du Hezbollah en Syrie ? En l'absence hier d'accusations directes lancées par le Hezbollah, les hypothèses les plus diverses ont circulé à ce sujet. Le secret qui a entouré cet attentat, perpétré de nuit selon certaines sources, cadre bien avec ce que l'on imagine être la guerre de l'ombre dans une Syrie livrée à l'anarchie. Pour certains, l'assassinat est signé Israël. Un fait, à cet égard, est troublant. C'est un média israélien qui, mardi, avait annoncé qu'Israël avait lancé un raid aérien contre un convoi du Hezbollah, information démentie sur l'heure par ce parti... mais qui se produit deux nuits plus tard. Au chapitre des réactions, l'agence Reuters a signalé que, selon un ancien responsable israélien, le Premier ministre Netanyahu « s'est réjoui » de l'élimination de Badreddine. Certains ont vu là une « signature » indirecte de l'attentat.

« Justice est faite », a-t-on pu lire hier sur les réseaux sociaux, au sujet de cette mort violente. Héros pour le Hezbollah, Moustapha Badreddine est en effet considéré par d'autres comme le « cerveau » de l'attentat terroriste qui a coûté la vie à Rafic Hariri, en février 2005.
Le Tribunal spécial pour le Liban le soupçonne en particulier d'être l'un des utilisateurs des 8 téléphones mobiles, tous achetés à Tripoli le jour même, qui ont servi aux exécutants de l'attentat, et qui n'ont plus jamais été utilisés après l'explosion des 1 800 kilos de TNT qui ont pulvérisé le convoi de l'ancien Premier ministre.

À juste titre, le TSL a refusé hier de commenter cette mort, mais il est probable qu'il voudra obtenir la preuve biologique que l'homme éliminé était bien Moustapha Badreddine, avant de suspendre les poursuites engagées contre lui et/ou le paiement des honoraires de l'avocat chargé de le défendre d'office.

 

(Reportage : Obsèques à Ghobeyri : au milieu des tirs nourris, une colère contenue)

 

Pour Waddah Charara, auteur de L'État Hezbollah, « le parti chiite est très gêné. Accuser Israël d'avoir mené une opération aérienne, c'est mettre en doute l'efficacité de la Russie à protéger l'espace aérien syrien ». En outre, « il ne faut pas exclure que cet assassinat soit le résultat de tiraillements entre le régime, la Russie et l'Iran », a-t-il déclaré à l'AFP. « Cependant, l'assassinat s'est passé dans la banlieue de Damas, près de la zone de l'aéroport, tenue par le régime. Il y a donc eu un travail de renseignement opéré en amont, qui peut par ailleurs associer plusieurs parties syriennes et régionales », souligne-t-il.

Ce flottement a conduit certains commentateurs du 14 Mars à affirmer qu'avec la mort de Moustapha Badreddine, c'est peut-être un nouveau « témoin gênant » dans l'assassinat de Rafic Hariri qui est éliminé, après ceux qui l'ont été en Syrie.

Le « numéro deux » du Hezbollah, Naïm Kassem, a indiqué qu'au plus tard ce matin les résultats de l'enquête seraient annoncés. Les heures qui viennent diront s'il pourra tenir parole.

 

(Repère : L'implication du Hezbollah dans le conflit syrien)

 

Le système bancaire
L'assassinat de Moustapha Badreddine ne doit pas occulter l'attaque lancée par le Hezbollah contre la Banque du Liban, jeudi. Une attaque « milicienne » dans laquelle la BDL a été accusée d'avoir franchi les lignes rouges et atteint « les lignes noires », couleur épouvantail des chemises portées par les partisans de ce parti, et dont la seule évocation doit, dans l'esprit du Hezbollah, faire naître des sentiments de terreur chez l'adversaire. Attaque politique aussi, dont le but serait de désavouer à l'avance l'un des outsiders de la course à la présidence.

Il ne faut pas oublier, aussi, que ces attaques interviennent à la veille de l'arrivée au Liban de Daniel Glaser, secrétaire adjoint au Trésor américain chargé de vérifier que les lois visant à renforcer la lutte contre le blanchiment d'argent et les procédures de financement du terrorisme sont appliquées.

Ces attaques ont été très mal prises par quelques personnalités politiques, notamment par Samir Geagea, qui y ont vu une tentative de provoquer une faillite bancaire dans le prolongement de la faillite institutionnelle déjà accomplie.

C'est dans ce climat politique plutôt sombre, et surtout ambigu, que le président français François Hollande a fait parvenir, à une dizaine de jours de la visite que doit effectuer au Liban son ministre des Affaires étrangères (25 mai), un message au patriarche maronite, dans lequel il se dit « gagné » au modèle libanais et croit pouvoir s'engager à mettre à profit les relations internationales de la France pour une sortie de la crise présidentielle. Rêvons !

Et demain, votons.

 

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE NIENTE... EST NIENTE...

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Des filles toutes très jeunes en plus !
Tss, tss !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

On dirait des "sœurs noûrïyéehs", alors "qu'en principe" elles seraient des civiles !

CBG

Il était devenu incontrôlable comme Imad Moghnié il fallait l'éliminer...
Pourquoi ils meurent à Damas dans des circonstances un peu atypiques!!!??? Voilà une belle enquête pour un journaliste qui aurait envie de mourir en martyr aussi...

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

REUTERS, SANA, AFP ou plutôt.... IRNA !

ACE-AN-NAS

Liste des opérations terroristes du 1er janvier au 1er avril 2016

31 décembre 2015 et 1er janvier 2016

- Plusieurs projectiles (obus et roquettes) lancés sur un certain nombre de quartiers de la ville de Damas ont fait 10 blessés et causé des dégâts matériels aux bâtiments et aux véhicules.
- Huit obus de mortier sont tombés sur le quartier de Harasta dans le gouvernorat du Rif Dimashq, faisant deux morts et deux blessés parmi les civils et causant des dégâts matériels.
- Plusieurs obus de mortier sont tombés sur un certain nombre de quartiers dans le gouvernorat d’Alep, faisant cinq blessés et causant des dégâts matériels.
- Un obus de mortier est tombé sur le village d’Oum Batinah dans le gouvernorat de Quneïtrah faisant quatre blessés parmi les civils.
- À Homs, un civil a été tué et plusieurs autres ont été blessés lorsque des groupes terroristes ont fait détonner deux engins explosifs.
- Quatre civils ont été blessés lorsque 13 obus de mortier sont tombés sur le secteur de Muhradah et le village de Jinan, dans le gouvernorat de Hama.
- Des terroristes ont fait détonner deux engins explosifs dans deux restaurants dans le centre du gouvernorat de Qamishl, faisant 16 morts et 35 blessés.
- Une roquette est tombée sur le quartier de Hammam dans le gouvernorat de Lattaquieh, blessant un civil et causant des dégâts matériels.

- Plusieurs roquettes sont tombées sur la ville de Damas et les campagnes environnantes, faisant un mort .

Irene Said

Au fait, le TSL...à quoi sert-il encore, mis à part dépenser des milliers de dollars pour payer les salaires de ceux qui y travaillent à La Haye ?

Nous savons tous que la "vraie vérité" ne sera jamais connue, car trop de parties locales, régionales et même internationales sont impliquées dans l'assassinat de Rafic Hariri !
Pour preuve...on élimine petit à petit "ceux qui savaient" !
Irène Saïd

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"Le « numéro deux » du héZébbb, Naïîîîm, a indiqué qu'au plus tard ; yâââï ; ce matin mêêême, les résultats de l'enquête seraient annoncés. Les heures qui viennent diront s'il pourra tenir parole." !
Comme c'est drolatique !
Suite à la mort du M'ghânïyéh à Damas, l'Instituteur Gras avait annoncé la même chose avec le même baratin....
On attend toujours, yîîîh, les "résultats de l'enquêêête" ; depuis ce temps-là ; mahééék n'est-ce pas ?
Yâ hassratâââh !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"« Justice est faite », a-t-on pu lire hier sur les réseaux sociaux." !
En effet.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"L'agence Reuters a signalé que Netanyahu « s'est réjoui » de l'élimination de Badreddine." !
Mais quelle a été, et c'est le plus important, la réaction de Sâäd.... HARIRI ?

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"Qui a tué Moustapha Badreddine, le chef des opérations secrètes du Hezbollah en Syrie ?" !
Lâh, lâh !
Non point "le chef d'opérations etc.", mais plutôt le présumé coupable de l'assassinat du Président du Conseil du Grand-Liban, äâïynéééh !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Le chœur des corneilles, oui !
Tss, tss....

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué