Rechercher
Rechercher

rapport

Vengeance et désespoir poussent les jeunes vers les jihadistes

Une étude d'International Alert basée sur des entretiens avec 311 Syriens et leurs proches en Syrie, au Liban et en Turquie.

 

Selon une étude, les jeunes entre 12 et 24 ans sont les plus à même de rejoindre les groupes jihadistes comme le groupe État islamique ou le Front al-Nosra, la branche syrienne d'el-Qaëda. Photo Reuters.

Une étude d'International Alert basée sur des entretiens avec 311 Syriens et leurs proches en Syrie, au Liban et en Turquie.

 

Les problèmes économiques, la quête de sens et le désir de vengeance sont les principaux facteurs qui poussent de jeunes Syriens à rejoindre des groupes jihadistes, selon une étude diffusée mercredi.

Le rapport, réalisé par International Alert, une ONG qui aide les populations à trouver des solutions pacifiques aux conflits, est basé sur des entretiens avec 311 Syriens et leurs proches en Syrie, au Liban et en Turquie, deux pays qui accueillent un grand nombre de réfugiés.

Selon cette étude, les jeunes entre 12 et 24 ans sont les plus à même de rejoindre les groupes jihadistes comme le groupe État islamique (EI) ou le Front al-Nosra, la branche syrienne d'el-Qaëda. Mais plutôt que d'être attirés par l'idéologie ultra-conservatrice de ces groupes, ces jeunes sont motivés par "le besoin de gagner leur vie, lui donner un sens, retrouver leur dignité et la croyance dans un devoir moral à protéger, venger ou défendre".

Les jeunes hommes disent que le fait de rejoindre des groupes armés leur a procuré "un vrai but dans la vie, un honneur et une estime de soi", indique le rapport. En étant recrutés par des groupes jihadistes, des mineurs ont intégré un groupe social avec des jeunes du même âge, remplaçant ainsi l'école.

Avec plus de deux millions d'enfants déscolarisés en Syrie, l'EI et le Front al-Nosra "en profitent pour dispenser leur propre système éducatif", selon l'étude. Le programme de recrutement de l'EI intitulé "Les jeunes du califat" comprend des cours de religion et de tactique militaire. "Ces +écoles+ sont très ségrégationnistes (et) jouent sur les divisions confessionnelles", indique l'ONG.

Pour empêcher ces recrutements, l'ONG appelle les pays accueillant de jeunes réfugiés à les intégrer dans des programmes scolaires comportant un soutien psychologique et un traitement des traumatismes. Elle suggère également "d'apporter des sources alternatives de subsistance (...) et des occasions pour qu'ils pratiquent un militantisme non-violent".

"Si je n'avais pas ce métier, je serais sur le front avec une kalachnikov", confie un Syrien qui travaille comme éducateur au Liban.

 

Pour mémoire
Des frères de sang, aussi frères en jihad

Le Canada ébranlé par le départ de jeunes pour le jihad

Pourquoi de plus en plus de jeunes Tunisiens basculent dans le jihad...

Une étude d'International Alert basée sur des entretiens avec 311 Syriens et leurs proches en Syrie, au Liban et en Turquie.


 


Les problèmes économiques, la quête de sens et le désir de vengeance sont les principaux facteurs qui poussent de jeunes Syriens à rejoindre des groupes jihadistes, selon une étude diffusée mercredi.


Le...

commentaires (5)

Je ne vais quand même pas laisser passer cela comme une lettre à la poste! On est volontairement dupe mais y a des limites à tout (sauf à la bêtise humaine). Dans le titre il manque le principal, qui a été omis par mégarde, n'est ce pas: les telesat et le pognon des arabies hyper démocratiques et accessoirement wahhabo-takfiriste des aimables et beaux des arabies du golfe.

Ali Farhat

04 h 15, le 05 mai 2016

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Je ne vais quand même pas laisser passer cela comme une lettre à la poste! On est volontairement dupe mais y a des limites à tout (sauf à la bêtise humaine). Dans le titre il manque le principal, qui a été omis par mégarde, n'est ce pas: les telesat et le pognon des arabies hyper démocratiques et accessoirement wahhabo-takfiriste des aimables et beaux des arabies du golfe.

    Ali Farhat

    04 h 15, le 05 mai 2016

  • C'est de l'intox épaisse pour gogos de service ...! et quand dans notre pays les djidadistes ,subventionnés par les pays arabes ...venaient se joindre aux bandes d'Arafat ...c'était sans doute par vengeance et désespoir ...?

    M.V.

    14 h 59, le 04 mai 2016

  • “Personne par la guerre, ne devient grand.” de Extrait de De Maître Yoda/L'Empire contre attaque

    FAKHOURI

    13 h 44, le 04 mai 2016

  • C,EST L,OEUVRE DU PETIT HITLER MAIS PIRE QUE LE GRAND HITLER ET BERIA REUNIS... ET DES INTERVENTIONS DE L,EXPANSIONNISME IRANIEN CHIITE ET DE SES ACCESSOIRES QUI ONT RENIE LEUR ARABITE !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    13 h 40, le 04 mai 2016

  • C'est du pipeau cette étude a 2 balles le quintal. Vous cherchez à rendre la bactérie sympathique , c'est par ce qu'on s'en prend aux européens qui ont foiré dans leur politique complotistes qu'on essaye d'arrondir les angles pour eux . Les vrais jihadistes sont ceux qui se battent pour libérer leur pays envahis , occupé, viole et usurpé. Ces jihadistes décrits dans cet article ne sont que de pauvres types manipulés on sait tous par qui pour qui et pourquoi. ..

    FRIK-A-FRAK

    13 h 20, le 04 mai 2016