Dernières Infos

Israël disculpe un colonel accusé d'avoir abattu un Palestinien dans le dos

AFP
11/04/2016

L'armée israélienne a disculpé un colonel qui avait tué un adolescent palestinien alors qu'il avait pris la fuite après avoir lancé des pierres contre son véhicule en Cisjordanie occupée, a-t-elle indiqué.
Le procureur militaire a estimé que le colonel Israel Shomer n'avait pas tué délibérément Mohammed Kasbeh, 17 ans, le 3 juillet 2015 à Al-Ram, a dit l'armée dans un communiqué reçu lundi.

Des organisations de défense des droits de l'Homme ont dénoncé un nouvel exemple d'impunité israélienne. Selon elles, Mohammed Kasbeh ne représentait plus aucun danger et avait été abattu alors qu'il s'enfuyait et tournait le dos aux soldats.

Immédiatement après les faits, l'armée avait invoqué le "danger imminent" que posait Mohammed Kasbeh.
Le colonel Shomer et un autre soldat, descendus de leur véhicule blindé visé par des jets de pierres, lui avaient intimé de s'arrêter, avaient procédé à des tirs de sommation en l'air, puis avaient tiré sur lui parce qu'il continuait à lancer des pierres, avait dit l'armée à l'époque.

Cette version avait été contredite par des images de vidéosurveillance de la station service devant laquelle Mohammed Kasbeh avait été tué.
Les images ne capturent pas le moment fatal à proprement parler mais les instants qui le précèdent. Pour B'Tselem, une ONG israélienne qui documente les violations des droits de l'Homme dans les Territoires occupés et qui avait rendu publiques ces images, celles-ci montrent que l'adolescent fuyait et ne représentait plus une menace.
Mohammed Kasbeh avait été tué de deux balles dans le dos et une dans la tête, selon B'Tselem.

L'armée avait finalement ouvert une enquête. Le procureur militaire vient de décider de la refermer, estimant que le colonel n'avait pas tué intentionnellement l'adolescent, a indiqué l'armée.
Selon elle, le colonel a tiré en l'air puis visé les jambes de l'adolescent, mais l'a atteint mortellement. Le procureur militaire "a conclu que la mort de l'auteur des faits ne présentait pas de caractère criminel et ne justifiait pas une action légale contre l'officier", a dit l'armée.

"Cette décision fait partie intégrante du mécanisme visant à étouffer les affaires traitées par le système d'enquête de l'armée israélienne", s'est indigné B'Tselem dans un communiqué. Selon l'ONG, l'enquête militaire était vouée dès le départ à de telles conclusions par le soutien immédiatement apporté au colonel par des ministres, des responsables militaires et l'opinion israélienne.

Cette décision est "un exemple de plus de l'impunité persistante affichée par l'armée israélienne et de son mépris pour la vie des Palestiniens", a renchéri dans un communiqué Sarah Leah Whitson, directrice régionale de Human Rights Watch (HRW).

La mise hors de cause du colonel Shomer intervient alors qu'Israël est en proie à une querelle passionnée sur l'emploi de la force. La controverse a été sucitée par l'affaire d'un sergent franco-israélien de 19 ans accusé d'avoir achevé d'une balle dans la tête un assaillant palestinien blessé et à terre le 24 mars à Hébron, en Cisjordanie occupée.

Le cas du soldat divise profondément les Israéliens, entre ceux qui plaident pour le respect par l'armée de valeurs éthiques comme l'usage proportionnel de la force et ceux qui au contraire défendent le militaire en invoquant la multiplication des attaques palestiniennes. Certains soutiennent que tout Palestinien attaquant un Israélien mérite de mourir.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Rencontres

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.