Rechercher
Rechercher

Liban - L’éclairage

Le Hezbollah écoutera-t-il le conseil de Berry ?

Washington et Moscou œuvreraient de concert en faveur d'une solution à la crise syrienne, et ce à travers leurs chefs de la diplomatie respectifs, John Kerry et Sergueï Lavrov, dont les rapports sont solides. MM. Kerry et Lavrov entendent parvenir à un accord avant la fin de leur mission, selon l'analyse d'un homme politique arabe installé à Paris. Or, le secrétaire d'État des États-Unis quitte son poste avant le début de l'an prochain, avec l'arrivée au pouvoir du nouveau président et de son administration. Le ministre russe des Affaires étrangères, lui, partirait au même moment, dans le cadre d'un réaménagement ministériel opéré par Vladimir Poutine autour de novembre prochain.

Pour cet homme politique arabe, il serait faux de penser que Washington a été surpris par le retrait militaire partiel russe de Syrie. Selon lui, c'est dans le cadre de ce projet de solution entre les deux grandes puissances que les forces russes sont entrées en territoire syrien, et elles s'en retirent à présent parce que leur mission est accomplie. L'objectif de Moscou était de stopper l'avancée des rebelles et d'empêcher la chute du régime Assad, afin qu'il soit là au moment du règlement. Le président syrien a toutefois tenté d'exploiter l'intervention russe, annonçant qu'il refusait de négocier avec l'opposition. Bachar el-Assad a pensé que Moscou l'aiderait à regagner l'ensemble du territoire perdu et écraser les rebelles. Or, aussi bien les États-Unis que la Russie ont répondu au dictateur syrien et à la position exprimée par son ministre des Affaires étrangères, Walid Moallem, selon laquelle « le président Assad est une ligne rouge », soulignant qu'il existe un accord international et régional en faveur d'un règlement sur base des résolutions de Genève I. Moscou a même précisé que son intervention militaire visait à empêcher la chute du régime, et non maintenir Assad au pouvoir ou triompher des rebelles. Le retrait militaire partiel russe s'inscrirait donc dans une volonté de renforcer le processus des négociations et de pousser les belligérants, pouvoir comme opposition, à s'asseoir autour de la table de dialogue.

Mais pourquoi les forces russes n'ont-elles pas anéanti Daech et le Front al-Nosra? « Qui donc aurait pris le contrôle des zones qu'ils contrôlent actuellement ? répond cet homme politique basé à Paris. Les forces fidèles au régime, sans doute, et leurs alliés : Hezbollah, pasdaran, milices irakiennes, etc. Or cela aurait compliqué la situation et provoqué une nouvelle escalade, notamment sectaire, en Syrie, empêchant toute perspective de solution. »

L'Arabie saoudite et la Turquie, ainsi que d'autres pays sunnites de la région, n'auraient alors plus de rôle à jouer. Le régime, fort de cette reconquête, aurait totalement rejeté tout dialogue avec l'opposition basée à l'étranger, se contentant d'amorcer des négociations avec l'opposition de l'intérieur. Il aurait rejeté en bloc les décisions de Genève I, cherchant à imposer ses solutions à l'opposition de l'intérieur, exploitant la nouvelle donne contre Riyad. Une solution équilibrée serait devenue impossible et la guerre d'Assad contre les rebelles se serait poursuivie sans fin – sans oublier les conséquences sur la population civile et l'aggravation de la crise des réfugiés. Moscou a donc joué un rôle de rééquilibrage dans la crise, pavant la voie à une entente politique, selon cet analyste.

Selon un diplomate occidental, le rôle de la coalition des pays sunnites autour de l'axe Arabie saoudite-Turquie dans la solution sera de combattre Daech et l'extrémisme, afin d'optimiser les chances du règlement. Cette coalition formée de 20 pays sunnites et de 350 000 soldats aura ainsi une fonction fondamentale pour exterminer les formations terroristes.


(Lire aussi : Syrie : pourquoi la Russie se désengage ?)

 

Concernant la forme du futur régime syrien, plusieurs propositions ont été émises, comme le fédéralisme et la formation de cantons, affirme cet homme politique arabe qui se trouve dans la capitale française. Cependant, il y aurait un consensus sur le maintien d'une Syrie unitaire dans les limites imparties par Sykes-Picot, avec une formule similaire à celle de Taëf, assurant la participation de toutes les composantes au pouvoir. Les Kurdes, par exemple, selon un diplomate occidental, savent bien que la formule fédérale ou de partition n'est pas de mise en Syrie. Partant, la démarche kurde ne trouvera pas d'appui, mais obstrue au contraire le projet de solution équilibrée prévue.
Quant à l'Iran, toujours d'après ce diplomate occidental, il s'est retrouvé marginalisé après la confiscation par Moscou de la carte syrienne qu'il détenait. Téhéran ne peut pas se mettre en travers d'un accord russo-américain, mais souhaite maintenir Assad au pouvoir et essayer de consolider ses chances d'établir un canton alaouite de Lattaquié au Golan, à la frontière nord-est libanaise. Or cette formule est rejetée par nombre de parties internationales et régionales, en raison notamment de ses répercussions sur l'entité libanaise.

De sources proches du 8 Mars, le Hezbollah serait incapable de discuter des développements régionaux après la dernière décision russe et avec le début des négociations syriennes. Le parti chiite réalise qu'il n'a aucun rôle à jouer dans le règlement, en dépit des sacrifices consentis au combat. Le Hezb se précipitera-t-il, sur base de la nouvelle donne, vers un compromis interlibanais pour jouer un rôle dans l'élection présidentielle – un moyen pour lui de s'assurer une nouvelle couverture légale à une étape cruciale où il est dans le collimateur arabe et occidental? Ou bien se bornera-t-il à exécuter l'agenda des pasdaran et aller vers l'escalade, occultant ainsi l'appel du président de la Chambre, Nabih Berry, à un règlement maintenant, garantissant l'accession d'un candidat du 8 Mars à la présidence, avant que le compromis ne soit imposé au tandem chiite, au terme d'un accord irano-saoudien ?

 

Lire aussi
Nasrallah : En cas d'agression, nous attaquerons les installations nucléaires et pétrochimiques israéliennes

Aoun en faveur d'une « solution consensuelle » à la crise

Pour les Kataëb, le prochain président doit assurer au Liban un statut de neutralité


Washington et Moscou œuvreraient de concert en faveur d'une solution à la crise syrienne, et ce à travers leurs chefs de la diplomatie respectifs, John Kerry et Sergueï Lavrov, dont les rapports sont solides. MM. Kerry et Lavrov entendent parvenir à un accord avant la fin de leur mission, selon l'analyse d'un homme politique arabe installé à Paris. Or, le secrétaire d'État des...

commentaires (7)

Le mandat de Berry ..fini quand ...?

M.V.

18 h 57, le 22 mars 2016

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • Le mandat de Berry ..fini quand ...?

    M.V.

    18 h 57, le 22 mars 2016

  • l'appel du président de la Chambre, Nabih Berry, à un règlement maintenant, garantissant l'accession d'un candidat du 8 Mars à la présidence, avant que le compromis ne soit imposé au tandem chiite, au terme d'un accord irano-saoudien ET QUOI APRES L'ELECTION D'UN CANDIDAT 8 MARS ? LE RETOUR A LA CASE DEPART DE L'IGNOBLE ERE LAHOUSS ? DES VOITURES PIEGEES ET DES ASSASSINATS POLITIQUES EN SERIE? QUAND EST CE QUE LES LIBANAIS COMPRENDRONT ILS ET LE DUC DE BERRY EN TETE QUE LA NON ELECTION D'UN PRESEIDENT N'EST PAS LA CAUSE DE LA CRISE ACTUELLE DANS LAQUELLE SE DEBAT LE PAYS MAIS BEL ET BIEN LE RESULAT DE L'ARROGANTE ET CRIMINELLE HEGEMONIE DE L'ARME ILLEGALE/TERRORISTE DU PARTI FAKIHISTE .

    Henrik Yowakim

    14 h 39, le 22 mars 2016

  • Très intéressant . Il y a plusieurs choses dans cet article . L'intervention russe aurait permis la reconquête de toute la Syrie , mais on aurait eu une guerre sans fin , parce que les territoires libérés auraient été gérés par les résistants au détriments des comploteurs. Les russes veulent sécuriser le régime plus que le héros Bashar , mais qui donc focalisaient sur le héros plus que sur le régime, depuis 5 ans et plus ? pas les résistants en tout cas . Vous dites les russes et les us étaient d'accord sur un deal etc... oui d'accord mais on fait des deals avec des gens de son niveau et avec qui on a un intérêt, pas avec des larbins de 2nde zone . Le hezb reviendra au Liban avec le souci de retrouver sa part de gâteau dans l'élection d'un président ??? on l'enterre toujours un peu trop vite , l'Iran n'a plus de rôle à jouer ?? la grosse blague , surtout que les russes qui les arment et leur fournissent les centrales nucléaires ont pris les choses en main , qui bosse pour qui en fin de compte ? En fin de compte Mr Abi Akl vous nous dites qu'il s'agit d'une "source" d'un homme politique arabe installé à Paris, moi je veux bien , mais cette méthode est décriée quand une de vos collègues fait la même chose . Et tout le monde est content .

    FRIK-A-FRAK

    11 h 13, le 22 mars 2016

  • DE BERRY... OU DE LA MAJORITE SILENCIEUSE CHIITE ?

    LA LIBRE EXPRESSION

    10 h 23, le 22 mars 2016

  • C'est ce que nous disions depuis bien longtemps, l'intervention en Syrie a sonner le glas du Fakihisme au Liban. Au Hezbollah de rechercher un compromis, non pas sur ses armes ou une nouvelle constitution, mais comment preserver ce qui lui reste de représentativité en négociant la remise de ses armes et des criminels impliqués dans les meurtres et assassinats pour une fin heureuse et un avenir prospère et pacifique du pays.

    Pierre Hadjigeorgiou

    09 h 19, le 22 mars 2016

  • LA -CONNIVENCE- MASTODONTO/OURSIENNE A L,HONNEUR DU DEBUT JUSQU,A LA FIN DE L,ARTICLE... NAIFS TOUS CEUX QUI ONT PU CROIRE ET CROIENT AU CONTRAIRE...

    LA LIBRE EXPRESSION

    08 h 16, le 22 mars 2016

  • Voila !!

    Bery tus

    02 h 35, le 22 mars 2016

Retour en haut