Rechercher
Rechercher

Tripoli

Le tollé contre le parking de la place Tell se poursuit

« Non au parking destructeur », peut-on lire sur les calicots sur la place Tell à Tripoli.

Le début des travaux d'aménagement d'un parking sur la place Tell à Tripoli suscite depuis dimanche un tollé, tant dans les milieux populaires que parmi les personnalités de la ville. Hier, des associations civiles ont encore organisé un sit-in dès 5h du matin devant le site du projet municipal en cours, avant que les voix de l'ancien député Misbah Ahdab et de l'ancien ministre Faycal Karamé ne viennent se joindre à leur contestation.
La « Commission de coordination du mouvement contre le parking », formée suite à l'annonce du projet, a ainsi lancé le slogan « non au parking destructeur » réalisé par le Conseil du développement et de la reconstruction, rejetant la conception d'« un garage de voitures parachuté par une décision politique qui pue les marchés et les courtages ».
Dans un communiqué lu par l'un de ses membres, la commission estime que le parking « ne représente pas une priorité dans le développement d'une ville qui souffre de pauvreté, de chômage et d'émigration des jeunes », et se dit attachée à « la mise en place d'un plan de sauvetage et de développement global ». Elle refuse que « le projet détruise la seule place qui reste à Tripoli », souhaitant que celle-ci « se transforme en place piétonne à l'instar de la place de l'Étoile à Beyrouth et des places aménagées dans les pays civilisés ».
Un autre manifestant s'est insurgé pour sa part contre « ceux qui ont oublié que la ville de Tripoli a besoin d'écoles, de maisons de retraite, d'usines, d'orphelinats, d'habitations à loyer modéré, ainsi que d'eau et d'électricité ».
Le coordinateur du Comité d'urgence pour le sauvetage de Tripoli, Jamal Badaoui, a quant à lui estimé qu'« il est inadmissible d'exécuter un projet contre la volonté de la majorité des Tripolitains ».
Enfin, le Parti vert libanais a dénoncé dans un communiqué « une négligence de la valeur historique et patrimoniale du site », affirmant son appui à « ceux qui veulent protéger les intérêts de leur ville et qui œuvrent à leur préservation au profit des générations futures ».
De son côté, l'ex-député Misbah Ahdab a réclamé hier l'arrêt des travaux, estimant dans une déclaration que le projet d'aménagement d'un parking de voitures au cœur de la place Tell n'est « ni urgent ni vital », d'autant qu'« il ne bénéficie pas de l'unanimité ».
L'ancien ministre Faycal Karamé a pour sa part averti que ce parking « ne sera construit que dans le cadre d'un programme de développement complet qui engloberait la réhabilitation du centre-ville ». Il a ajouté que la ville « a besoin que chaque sou soit dépensé à bon escient, et partant, le gaspillage de 20 millions de dollars pour un parking n'est pas approprié ».


Le début des travaux d'aménagement d'un parking sur la place Tell à Tripoli suscite depuis dimanche un tollé, tant dans les milieux populaires que parmi les personnalités de la ville. Hier, des associations civiles ont encore organisé un sit-in dès 5h du matin devant le site du projet municipal en cours, avant que les voix de l'ancien député Misbah Ahdab et de l'ancien ministre...

commentaires (0)

Commentaires (0)