Rechercher
Rechercher

Liban - Hezbollah

Nasrallah aux États arabes : Fichez-nous la paix !

Pour le secrétaire général du Hezbollah, s'il avait fallu attendre « une stratégie arabe unifiée, Israël serait encore à Beyrouth ».

« Nous ne voulons ni argent, ni armement, ni soutien, ni quoi que ce soit. Fichez la paix à ce pays et à ce peuple », a lancé Hassan Nasrallah à l’Arabie saoudite, dans un discours prononcé à l’occasion de la commémoration de la disparition d’un cadre du parti, Ali Fayad, tué il y a une semaine dans les combats en Syrie. Al-Manar/HO/AFP

Le secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah a expliqué hier la colère de l'Arabie saoudite par son échec cuisant dans la région, dans un discours retransmis par écran interposé à l'occasion de la commémoration de la disparition d'un cadre du parti, Ali Fayad, tué il y a une semaine dans les combats en Syrie.
« Celui qui échoue s'énerve », a affirmé le secrétaire général du Hezbollah, avant d'égrener les différents échecs régionaux du royaume wahhabite « en Syrie, au Yémen, au Liban et à Bahreïn ». Il a également dit à l'adresse de Riyad : « Nous ne voulons ni argent, ni armement, ni soutien, ni quoi que ce soit. » « Fichez la paix à ce pays et à ce peuple », s'est insurgé Hassan Nasrallah.
Reprenant le parcours du combattant Ali Fayad, il a rappelé que ce dernier avait pris les armes pour combattre l'État hébreu en 2000, soulignant que lui et ses compagnons ont agi sans attendre « ni les pays arabes ni la Ligue arabe, ou l'unanimité arabe ». « Autrement dit, si nous avions attendu une stratégie arabe unifiée et une armée arabe, Israël serait encore présent à Beyrouth et sur l'ensemble du territoire libanais », a noté le secrétaire général du Hezbollah.
Sur le plan régional, il a également mis l'accent sur la mission remplie par son parti en Irak. Il a rappelé que sans la contribution « secrète » du Hezbollah dans la lutte contre l'organisation État islamique (EI), celle-ci aurait envahi bien des régions irakiennes. « Les exactions commises par l'EI à l'encontre des sunnites sont bien plus importantes que celles qu'il a fait subir aux chiites », a-t-il martelé, ajoutant que la « dignité arabe serait que chacun d'entre nous se rende en Irak pour défendre les sunnites, les Arabes et les chiites (...) et non pas que celui qui combat en Irak soit qualifié de terroriste ».
Hassan Nasrallah a aussi consacré une grande partie de son intervention pour rappeler le rôle joué par Ali Fayad dans les combats aux côtés des musulmans de Bosnie, un combat « dans le but de défendre l'honneur des sunnites de cette région ».

« Un combat perdu d'avance »
« Existe-t-il un seul régime arabe qui ose donner des armes et de l'argent à la Résistance ? Celui qui s'attend à ce que les États arabes protègent le Liban de l'ennemi parie sur des illusions. Ceux qui protègent le Liban sont l'armée, le peuple et la Résistance. »
« En 2006 nous leur avons dit : Nous ne voulons rien de vous à part que vous nous fichiez la paix ; aujourd'hui nous répétons la même chose : Nous ne voulons rien de vous, ni argent, ni armement, ni soutien, ni quoi que ce soit. Fichez la paix à ce pays et à ce peuple », s'est insurgé Hassan Nasrallah. « Depuis 67 ans, qui donc insulte les Arabes autant qu'Israël ? Israël insulte les Arabes au quotidien et vous, qu'avez-vous fait par le passé ? Que faites-vous aujourd'hui ? » s'est-il interrogé.
Réagissant à la « colère » de Riyad, il a d'autre part souligné qu'elle s'explique par la série de défaites rencontrées par le royaume sur le plan régional. « Il faut savoir être réaliste. Je comprends la colère de l'Arabie », a-t-il dit avant d'égrener « la série d'échecs » enregistrés par Riyad tant en Syrie qu'au Yémen, au Liban et à Bahreïn.
« Ils sont en colère contre nous et ont étendu leur colère contre le Liban parce qu'ils veulent que les Libanais se retournent contre nous, mais les Libanais savent que le projet saoudien en Syrie est de faire tomber le régime, et peu importe à Riyad qui gouvernera Damas ; ils ont ce même projet au Yémen. Celui qui affronte l'Arabie en Syrie est celui qui prend la défense des intérêts nationaux libanais », a affirmé Hassan Nasrallah.
Revenant sur la classification de « terroriste » faite par le Conseil de coopération du Golfe puis dans le cadre du communiqué final de la réunion des ministres arabes de l'Intérieur, Hassan Nasrallah a assuré que cette classification n'a pas reçu l'unanimité arabe, relevant à cet égard l'opposition affichée par le Liban et l'Irak, et l'abstention de l'Algérie sur ce sujet. Il a dans ce contexte particulièrement remercié la Tunisie. « Nous remercions tous ceux qui ont été solidaires avec nous, ont pris notre défense et dénoncé la décision des pays du Golfe ainsi que la déclaration des ministres arabes de l'Intérieur », a-t-il dit.
Jeudi dernier, le principal syndicat tunisien (UGTT), membre du quartette lauréat du prix Nobel de la paix en 2015, a dénoncé la décision des monarchies du Golfe de classer le Hezbollah comme « terroriste ». Le ministre tunisien des Affaires étrangères Khemaies Jhinaoui a quant à lui affirmé dans une entrevue à la télévision que la décision des ministres arabes « ne représentait pas la position de la Tunisie », malgré la signature de son ministre de l'Intérieur Hédi Majdoub.
« Celui qui veut élever Israël tombera avec lui, et l'Arabie découvrira très vite qu'elle mène un combat perdu d'avance », a enfin souligné le chef du Hezbollah. « Nous assurons que nous protégerons notre pays des dangers, et nous resterons la Résistance, nous resterons sur le terrain quels que soient les accusations et les sacrifices », a-t-il conclu.


Le secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah a expliqué hier la colère de l'Arabie saoudite par son échec cuisant dans la région, dans un discours retransmis par écran interposé à l'occasion de la commémoration de la disparition d'un cadre du parti, Ali Fayad, tué il y a une semaine dans les combats en Syrie.« Celui qui échoue s'énerve », a affirmé le secrétaire...

commentaires (10)

L'air bonasse et l'index en berne, serait-ce un signe?

Je partage mon avis

18 h 50, le 09 mars 2016

Tous les commentaires

Commentaires (10)

  • L'air bonasse et l'index en berne, serait-ce un signe?

    Je partage mon avis

    18 h 50, le 09 mars 2016

  • LA OU IL Y A DES DECLARATIONS SUR LA BOSNIE JE NE VOIS PAS DES CHANTS D,ANGES...

    PRET A SOUTENIR L,OLJ SANS L,HUMILIANTE CENSURE.

    14 h 41, le 07 mars 2016

  • Rien n'a changé! Il use et abuse des memes méthodes populistes pour chercher a convaincre les Libanais du bien fonde de ces decisions bidons pour retourner la situation qui est actuellement en sa défaveur. Il commence avec des imprécisions: A Bahrain, le RAS a mis les Chiites au pas et depuis son intervention "case closed". Au Yemen, les Houthis l'avait presque conquis, avec l'intervention du RAS, Aden a été libéré et les troupes arabes sont aux portes de Sanaa. En Syrie, Assad prétendait qu'il mettrait au pas les rebelles en quelques jours et depuis 5 ans il a subit défaites sur défaites qu'il a fallu l'intervention du Hezbollah. Rien n'y a fait et les défaites se sont en-suivies les unes après les autres jusqu'à l'intervention Russe. En Irak, a part Ramadi lui et ses amis n'ont rien libéré des mains de l'EI. Seul les Kurdes l'ont fait a ce jour. Si quelqu'un a peur aujourd'hui, ce n'est pas l'Arabie qui est un état puissant de la région mais le Hezbollah qui découvre qu'il n'est plus qu'une monnaie d’échange au main de ces maîtres Persans. De plus, au Liban, il n'a plus d'appuis sérieux ni de sa base, ni de ses alliés a 100% et les FL l'ayant exposé aux yeux de Aoun, il risque de perdre la plus importante de sa couverture politique. Partant de ces données, c'est celui qui insulte et crie le plus fort, comme Hassouna le fait, qui est aux abois et pas le contraire! Du reste ne dit on pas: "Le chien qui aboie ne mord pas!" La fin est proche!

    Pierre Hadjigeorgiou

    14 h 14, le 07 mars 2016

  • IL NE FAUT PAS OUBLIER LA PLUS IMPORTANTE... LA CONFRONTATION DE BOSNIE... C,ETAIT LA PREMIERE BIFURCATION VERS JERUSALEM !!!

    PRET A SOUTENIR L,OLJ SANS L,HUMILIANTE CENSURE.

    10 h 05, le 07 mars 2016

  • il utilise toujours les memes ficelles: "si ce n'etait pas pour nous, israel/daech/les cafards/etc... seraient dans votre appartement" et puis pourquoi il veut un consensus avant d'aller aux elections alors que pour d'autre decisions, il ne s'embarasse pas de pareil consensus??

    George Khoury

    09 h 52, le 07 mars 2016

  • MERCI A BERY POUR SES CLARIFICATIONS...

    PRET A SOUTENIR L,OLJ SANS L,HUMILIANTE CENSURE.

    09 h 50, le 07 mars 2016

  • LES CHRETIENS LIBANAIS NE DEVRAIENT PAS OUBLIER SES DEUX DECLARATIONS JUSQU,AUJOURD,HUI... LA DERNIERE IL VIENT DE LA CONFESSER HIER... QU,IL AVAIT ENVOYE SES ABADAYES TUER LES CHRETIENS EN BOSNIE... QUE PEUT-ON ATTENDRE... QU,IL SOIT LE PROTECTEUR DES CHRETIENS LIBANAIS ? REVEZ ENCORRE MOUSQUE-TAIRES ET DARTA-GNAN PRETENDUS CHRETIENS ! REVEZ !

    PRET A SOUTENIR L,OLJ SANS L,HUMILIANTE CENSURE.

    09 h 42, le 07 mars 2016

  • Quel échec que d'être obligé de se contenter de ces ravaudages dont on voit trop les coutures et la trame. De ces psychodrames à 2 balles qui font la part belle aux + médiocres comme aux + cyniques. De ces billevesées en enjeux travesties. De ces atermoiements funestes. De ces exigences ridicules, émaillées de vaniteux bulletins de victoire à propos d’1 piètre mercenariat ! La belle affaire, ces fadaises ! Car, dénoncer c'est aussi débile qu’exalter. Ce qui est sûr, c’est que nous en serons 1 jour, n’châllâh, dispensés ! Heureusement qu’il y aura surely d’autres amusantes apparitions du stratège l’haSSine, pourtant + discret depuis sa last débandade en matière de suggestions susceptibles de faire fructifier 1 "victoire divine" en sa sœur-syrie aSSadique ! Évanescent, sans doute avait-il déniché autre chose à ne Rien fichtre sous 40ème sous-sol. E.g. chercher d'autres motifs d'imprécations. De celles, comme on dit plaisamment, qui ne mangent pas de pain et qui d'ailleurs finissent par s'évaporer au grand dam de ceux qui avaient mis en eux leurs espoirs de "fils fakkîhistes prodiges" ! Sur 1 point seulement, notre désopilant "stratège", Nâbääâ, qui ; à tout hasard, dénoncera brièvement 1 grave violation des principes fakkihîstes, sic ; obtiendra satisfaction : la disparition du béret à la figue ! Cette conCurrence "déshéritée", faussée et libre. L'ironie de l'histoire est que cette modeste apparence de succès sera raflée…. par Hariri ! Jusqu'à la lie…. le calice !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    05 h 53, le 07 mars 2016

  • Et si sa Clémence fichait la paix aux pays arabes, en particulier ceux du Golfe, où, par ses discours insensés, il nuit terriblement aux intérêts vitaux de 500.000 émigrés libanais de toutes les confessions ?! C'est devenu une urgente nécessité.

    Halim Abou Chacra

    04 h 36, le 07 mars 2016

  • NOUS AVEZ VOUS DEMANDER AU PEUPLE LIBANAIS SI VOUS POUVEZ METTRE DANS LA MERDE TOUT LE LIBAN ET LES LIBANAIS AVEC???? CAR C'EST EXACTEMENT CE QUE VOUS FAITE ET CONSCIEMENT VOUS NOUS ELOIGNER DU GIRON ARABE POUR LE REMPLACER PAR LE GIRON IRANIEN !!! MAINTENANT C'EST CLAIR NET ET PRECIS VOTRE IMPLICATION EN IRAK, EN SYRIE, BAHREIN, YEMEN LE PROUVE ET POURTANT VOUS MENTIONNER QUE CE N'EST PAS UNE CONFRONTATION COMMUNAUTAIRE DOMMAGE QUE LE LIBANAIS SOIT HABITUER A ETRE GERER ET TELEGUIDER DE L'EXTERIEUR !!

    Bery tus

    03 h 10, le 07 mars 2016

Retour en haut