Rechercher
Rechercher

Liban - L’éclairage

Quelle voie de sortie pour le Hezbollah après l’initiative Geagea ?

Le soutien apporté en grande pompe par le président des Forces libanaises (FL) Samir Geagea à son ennemi ancestral, le chef du bloc du Changement, Michel Aoun, dans la course présidentielle, continue de faire boule de neige au plan local, même si stricto sensu il n'apporte rien de nouveau concernant l'échéance. Le chef du courant du Futur, Saad Hariri, avait déjà tenté, bien avant Samir Geagea, de faire la promotion de M. Aoun pour mettre fin à la vacance présidentielle, mais s'était heurté à nombre d'obstacles locaux et régionaux. Quels changements se sont-ils produits dans les rapports de force pour que l'option de Samir Geagea devienne possible là où Saad Hariri a échoué ? Le leader FL peut-il pousser le Hezbollah et le général Aoun à se rendre aux séances électorales sans la condition rédhibitoire posée, à savoir le retrait des autres candidats, Sleiman Frangié et Henri Hélou ? M. Aoun peut-il accepter une élection et pas un plébiscite ? M. Geagea est-il capable d'assurer une couverture extérieure, régionale ou internationale au général Aoun ?


(Lire aussi : Berry : Je serai le dernier à donner mon avis sur la validation de la candidature de Aoun par Geagea)


Dans les faits, il s'avère que rien n'a changé sur le plan local. Le Hezbollah n'a pas annoncé sa participation à la séance électorale en dépit du soutien FL à son candidat. Sleiman Frangié maintient sa candidature et se rend au Vatican, au moment où le patriarche maronite Béchara Raï s'y trouve, pour y rencontrer le pape François, ainsi que d'autres hauts responsables du Saint-Siège, avant de se concerter avec d'autres leaders libanais sous l'égide du patriarche, notamment, dit-on, Saad Hariri.
Les chefs musulmans, eux, ont préféré garder le silence sur la rencontre de Meerab. Le Hezbollah a soigneusement évité de commenter. Le président de la Chambre, Nabih Berry, aurait indiqué qu'il continue de soutenir M. Frangié tant qu'il est candidat. Il en serait de même pour le chef du Rassemblement démocratique, Walid Joumblatt. Les leaders musulmans n'ont donc pas changé d'opinion par rapport à la candidature de Michel Aoun. L'adoption par M. Geagea de cette candidature les a, au contraire, quelque peu tétanisés. Des craintes sont apparues d'un marché entre les deux hommes et d'un partenariat au pouvoir qui ferait du leader FL le dauphin exclusif du fondateur du CPL.

 

(Lire aussi : Le CPL s'efforce de rassurer les composantes du 8 et du 14 Mars)



Des sources FL bien informées estiment pour leur part que l'initiative Geagea a rencontré beaucoup d'échos positifs, en dépit de l'embarras qu'elle a suscité auprès du Hezbollah, puisque Sleiman Frangié a refusé de se retirer de la course au profit du général Aoun. Selon elles, la démarche de M. Geagea comporte deux volets : le premier concerne la rue chrétienne et vise à mettre sur pied un état de fait chrétien unitaire qui empêcherait n'importe quelle partie désormais d'en faire fi, même si ce positionnement n'est pas communautaire, comme le prétendent certains. L'objectif serait au contraire de garantir la participation, de recouvrer les droits et de préserver la présence chrétienne dans l'État, la vie politique et l'administration, de sorte qu'aucun accord ne puisse plus avoir lieu sans l'aval des chrétiens. Cette unité panchrétienne serait de nature à consolider la présence chrétienne dans la vie politique à tous les niveaux, puisqu'il est désormais impossible, avec le verrouillage chrétien autour de la candidature du général Aoun, d'avoir un président de la République ne bénéficiant pas d'une certaine popularité.

Concernant le timing de la démarche de M. Geagea, ces sources précisent que les circonstances ne s'y prêtaient pas avant, et que M. Aoun ne souhaitait pas faire le pas pour son compte personnel. La candidature de Sleiman Frangié lancée par Saad Hariri a accéléré la démarche. Samir Geagea a attrapé la balle au bond, profitant du contexte régional et de l'entrée en vigueur de l'accord sur le nucléaire iranien. Le branle-bas provoqué par la candidature de M. Frangié, puis l'essoufflement de cette dynamique, exprimé par MM. Berry et Joumblatt, doublé du maintien par le Hezbollah de son soutien à la candidature de Michel Aoun, ont poussé le leader FL à passer à l'acte. M. Geagea pense ainsi que les circonstances sont désormais opportunes pour reprendre, au plan chrétien, l'initiative dans la présidentielle. C'est sur cette base qu'il a choisi de soutenir Michel Aoun, et c'est à ce dernier, désormais, d'assurer son succès. M. Geagea a accompli sa mission à ce niveau. La coordination entre les deux formations, elle, s'étendra sur différents dossiers, notamment la loi électorale sur base de la proportionnelle. Le patriarche Raï a positivement accueilli la nouvelle, en souhaitant toutefois qu'elle inclue toutes les parties chrétiennes.


(Lire aussi : Geagea : Si le Hezbollah est sérieux, Aoun sera élu demain)



Et maintenant, où ira-t-on ? Un ancien ministre écarte l'idée que le Hezbollah soutienne le candidat de Saad Hariri à la présidence, fût-il un poulain du 8 Mars. Après la démarche de M. Geagea, le Hezbollah devrait avoir du mal à accepter l'arrivée de Michel Aoun à Baabda, de peur que ce dernier n'ait conclu un marché avec le leader FL. Or le parti chiite ne veut pas perdre le général Aoun, et il est impossible que M. Frangié renonce à sa candidature. Une confrontation Aoun-Frangié à la Chambre assurerait le succès du second, grâce au soutien des leaders musulmans, et le Hezbollah préfère éviter ce cas de figure. La voie de sortie honorable serait, pour lui, de réclamer un package deal, sur base du fait que la présidence seule ne suffirait pas. Ce n'est en fait qu'à la lumière du résultat des élections en Iran, où s'affrontent réformateurs et conservateurs, avec une tendance favorable au premier camp, que le parti chiite tranchera. Et l'événement de Meerab pourrait bien, dans ce cadre, avoir mis fin à la candidature des quatre pôles maronites, ouvrant la voie à l'élection d'une personnalité consensuelle.

 

Lire aussi
Paix de confiseurs, l'impression de Fifi Abou Dib

Le tandem Hezbollah-Amal résilient aux effets du pacte de Meerab

Le long cheminement qui a abouti à l'initiative de Geagea

Un pari gagnant pour le CPL et pour les FL, le décryptage de Scarlett HADDAD

Geagea-Aoun : sur la toile, les Libanais débordent d'imagination

L'alliance Geagea-Aoun, vue par la presse libanaise


Le soutien apporté en grande pompe par le président des Forces libanaises (FL) Samir Geagea à son ennemi ancestral, le chef du bloc du Changement, Michel Aoun, dans la course présidentielle, continue de faire boule de neige au plan local, même si stricto sensu il n'apporte rien de nouveau concernant l'échéance. Le chef du courant du Futur, Saad Hariri, avait déjà tenté, bien avant...

commentaires (5)

Si Aoun n'est pas elu cela signifie que la decision de la majorite des chretiens ne compte pas et ca c'est grave !on va a la confrontation directe ne nous cherchez pas messieurs vous nous trouverez! Mr Frangieh ferait mieux de retirer sa candidature car il be represente pas grand monde

Elric Maldefer

00 h 32, le 22 janvier 2016

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Si Aoun n'est pas elu cela signifie que la decision de la majorite des chretiens ne compte pas et ca c'est grave !on va a la confrontation directe ne nous cherchez pas messieurs vous nous trouverez! Mr Frangieh ferait mieux de retirer sa candidature car il be represente pas grand monde

    Elric Maldefer

    00 h 32, le 22 janvier 2016

  • LA VOILÀ LA SITUATION AUJOURD'HUI EN RÉSUMÉ: EN VOULANT NOUS IMPLANTER SUR LA CHAISE PRÉSIDENTIELLE SLEIMAN FRANGIEH 2, QUE PERSONNE VOULAIT DE LUI À PART SA BANDE DES MARADAS, HARIRI A ÉLIMINÉ GEAGEA ET S'EST FAIT ÉLIMINÉ PAR GEAGEA DE LA SCÈNE POLITIQUE. DU CÔTÉ AOUN, ON LE SAIT AUSSI QU'IL N'EST QU'UNE COQUILLE VIDE ENTRE LES MAINS DE HEZBOLLAH QUI LE MANIPULE À SA GUISE. CHEZ LES KATAEBS, C'EST LA FAMILLE QUI RÈGNE SUR SA TROUPE COMME EN ARABIE SAOUDITE. LE PÈRE PIERRE DISAIT " ALLAH, ALWATAN, AL A ILAH" AMINE A CHANGER PAR " AL A ILAH" ET C'EST TOUT. LES AUTRES MEMBRES N"ONT QU'À NOUS SUIVRE COMME DES MOUTONS. JOUMBLATT A TOUJOURS LA HAINE POUR LES CHRÉTIENS ET SPÉCIALEMENT POUR LES MARONITES. IL N'ACCEPTERA JAMAIS VOIR ASSI SUR LA CHAISE P UN MARONITE QUI A DES COUILLES. LES AUTRES DIRIGENTS CHIITES ET SUNNITES, C'EST MALHEUREUX DE LE DIRE, ILS NE SONT QUE DES MERCENAIRES ENTRE LES MAINES DES IRANIENS ET DES SAOUDIENS.

    Gebran Eid

    15 h 27, le 21 janvier 2016

  • Il est de toute façon illusoire de demander à un maronite d'agir comme un musulman et vis et versa. On lit cet article qui n'est qu'une spéculation comme tout autre ( à cet effet on attend ce que Scarlett pourrait bien nous servir avec impatience ) , mais le vrai constat est que le game se joue sur le pitch des résistants, et comme au rugby il ne leur restera qu'à transformer l'essai pour accéder aux 5 points supplémentaires. Ils ont l'initiative du kick off et prions qu'ils n'en feront pas un cagui. .... C'est malgré tout une embellie dans le ciel tourmenté du Liban qu'on souhaiterait avoir, cad débarrassé des alliances anciennes .

    FRIK-A-FRAK

    11 h 19, le 21 janvier 2016

  • On peut appeler les experts-analystes à user de leur neurone, on peut décortiquer longuement cet événement du niveau de la mascarade, ce sera toujours du remous dans un panier à crabe

    FAKHOURI

    11 h 07, le 21 janvier 2016

  • "Et l'événement de Meerab pourrait bien, dans ce cadre, avoir mis fin à la candidature des quatre pôles maronites, ouvrant la voie à l'élection d'une personnalité consensuelle." ! Pas le Hélôôô du minimäâllîm-Che, pas ce Hélôôô-là ! Please Philippe !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    06 h 17, le 21 janvier 2016

Retour en haut