Dernières Infos

Les Palestiniens collectent 60.000 USD pour reconstruire la maison d'un auteur d'attentat

AFP
12/01/2016

Une collecte a réuni plus de 60.000 dollars à Ramallah, en Cisjordanie occupée, pour reconstruire la maison des Halabi, détruite par Israël parce que l'un des fils de la famille avait tué deux Israéliens, ont indiqué les organisateurs mardi à l'AFP.

Mohannad Halabi, étudiant de 19 ans, avait mortellement poignardé deux juifs dans la Vieille ville de Jérusalem avant d'être abattu le 3 octobre. Il s'agissait du premier d'une série ininterrompue d'attentats anti-israéliens à l'arme blanche qui ont contribué à réveiller le spectre d'une intifada. Présenté par le Jihad islamique comme l'un des siens, Halabi est glorifié par certains Palestiniens comme l'une des figures de la confrontation actuelle, qui a fait 149 morts côté palestinien et 23 côté israélien, ainsi qu'un Américain et un Erythréen, selon un décompte de l'AFP.
La majorité des Palestiniens tués sont des auteurs ou auteurs présumés d'attentats contre des civils ou des membres des forces israéliennes.

L'armée israélienne a détruit samedi la maison des Halabi dans le village de Sourda, près de Ramallah. Une collecte s'est vite organisée pour la reconstruire, spontanée et indépendante de l'Autorité palestinienne ou des partis palestiniens, disent ses initiateurs. "En deux jours, nous avons rassemblé 60.000 dollars", a affirmé Morsi Abou Ghoueila, coordinateur de la campagne devant l'urne transparente installée sur une place du centre de Ramallah.
Des gens font aussi don de matériel de construction, a ajouté Abdel Karim Abou Arqoub, porte-parole de la campagne, alors que des passants venaient déposer des billets en shekels israéliens, en dinars jordaniens, en dollars et en euros, dans l'urne sur laquelle une affiche proclamait "Mohannad Halabi, détonateur de l'Intifada de Jérusalem".

Dans les ruines de sa maison, Chafiq Halabi, le père de Mohannad Halabi, a salué "le peuple palestinien qui aide".
Les autorités israéliennes ont non seulement démoli sa maison, mais elles lui ont aussi interdit de reconstruire sur place, rapporte-t-il. "Même si l'occupant ne le veut pas, je vais planter une tente ici et revenir habiter sur ma terre avec mes enfants", affirme-t-il. Face aux violences, le gouvernement israélien a décidé d'accélérer de telles démolitions.

Cette mesure est réprouvée par les défenseurs des droits de l'Homme comme un châtiment collectif affectant des familles entières. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu en défend l'effet dissuasif sur d'autres Palestiniens.
Les autorités israéliennes dénoncent aussi le climat d'incitation à la haine anti-israélienne qui règne selon elles dans les Territoires et dans lequel sont glorifiés les auteurs d'attentat.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Rencontres

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.