Liban

Nasrallah rejette l’attitude de certaines banques libanaises

Sanctions US contre le Hezbollah
OLJ
22/12/2015

Dans une allocution télévisée, hier, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a stigmatisé « l'assassinat de l'un des leaders de la résistance islamique, Samir Kantar ». Il a imputé à Israël « la responsabilité claire et indiscutable de cet assassinat prémédité ».
« Il est du droit de la résistance de rétorquer en tout temps et en tout lieu », a-t-il ajouté, en lisant un extrait du discours qu'il avait tenu le jour de l'attaque de Quneitra le 30 janvier dernier, qui avait coûté la vie à un autre dirigeant du Hezbollah, Jihad Imad Moghniyé. Le chef du parti chiite a souligné sur ce plan que les propos qu'il avait tenus à la suite de l'attaque à Quneitra sont également valables pour l'assassinat de Samir Kantar, « et nous, au sein du Hezbollah, comptons exercer notre droit de riposte », a insisté M. Nasrallah.
Le second volet de son discours a été consacré au durcissement des sanctions américaines contre le Hezbollah. Il a dénoncé l'objectif des États-Unis « de nous circonscrire et de nous encercler ». « Même avant 1992, ils nous avaient inscrits sur leur liste du terrorisme, mais ils n'ont pas réussi à obtenir, ni de l'Union européenne, ni de la Chine, ni de la Russie qu'elles adoptent cette même mesure, et en définitive, l'Union européenne a inscrit notre branche militaire sur la liste du terrorisme », a-t-il souligné.
Nasrallah a dénoncé dans ce cadre « la dernière démarche américaine d'inscrire le Hezbollah sur la liste des organisations criminelles, c'est-à-dire que nous sommes accusés de trafics de drogue, de blanchiment d'argent, et peut-être même de traite des blanches ». « Il s'agit là d'accusations mensongères, et nous ne sommes pas tenus d'apporter les preuves de notre innocence à ce sujet », a déclaré Nasrallah qui s'est élevé sur ce plan contre les « accusations à caractère politique, s'inscrivant dans le cadre des machinations politiques et sécuritaires fomentées dans la région, dans le seul but de nuire à l'image du Hezbollah ». « Ils ont dépensé des sommes à ce propos, comme l'a déclaré leur ancien ambassadeur à Beyrouth », a-t-il affirmé.
Estimant que « ces mensonges seront vite révélés », il a, d'autre part, démenti l'existence de dépôts bancaires au nom du Hezbollah, « dans aucune banque dans le monde, même pas au Liban ». « Il n'y a donc pas lieu de s'inquiéter ni pour la Banque centrale, ni pour les autres banques du pays », a souligné le secrétaire général du Hezbollah. Et d'insister : « Nous assurons que nous ne sommes ni des investisseurs commerciaux ni des partenaires d'entreprises, qu'elles soient libanaises ou autres. Tout l'argent que nous avons, nous le dépensons aux bénéfices de nos blessés et de nos associations. Nous réaffirmons que nous n'avons pas un sou. »
Ce qui n'a pas empêché Hassan Nasrallah d'appeler le gouvernement et les banques libanaises à « protéger les commerçants du Liban : il suffit d'un signal des Américains jetant le soupçon sur un commerçant ayant des rapports présumés avec le Hezbollah pour que les mesures soient déclenchées contre lui ». Il a stigmatisé sur ce plan « les mesures inacceptables prises par certaines banques contre des commerçants ». « Cela est inacceptable », a-t-il affirmé, mettant en garde contre « la soumission continuelle à la volonté américaine sur ce plan ».

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ABDEL HAMID

pas de commentaire

carlos achkar

"Nous assurons que nous ne sommes ni des investisseurs commerciaux ni des partenaires d'entreprises, qu'elles soient libanaises ou autres".
Ah bon? ce n'est pas ce que je remarque en Afrique...........

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

L’haSSine a dénoncé la démarche américaine qui l’accuse de trafics de drogue, de blanchiment d'argent, et peut-être même de traite des blanches ! Sans oublier le Tribunal qui accuse lui, CINQ de ses membres, d’avoir assassiné le président libanais Rafîk HARIRI !
Il s'agit là, selon lui, d'accusations mensongères, et qu’il n’est pas tenu d'apporter les preuves de son innocence ! Alors que bien au contraire, s’il ne le fait pas, « les gens » vont se dire alors qu’il n’y a pas de fumée sans feu !
Il s’est élevé contre ce plan qui s'inscrit selon lui dans le but de nuire à l'image de son héZébbb ! Comme si, yâ harâm, cette « imaaage » était si éblouissante !
Il a démenti l'existence de dépôts bancaires au nom de ce héZébbb dans aucune banque, même pas au Liban. En effet, il est habitué au système du transport du flouze dans des sacs, des valises « diplomatiques » ou sous « enveloppes » !
Il a insisté pour dire qu’il n'y a donc pas lieu de s'inquiéter ni pour la Banque centrale, ni pour les autres banques du pays ! Là, ça sent le roussi pour lui, car cela veut dire que celles-ci commencent à avoir peur des représailles si jamais elles le « fréquenteraient » !
Il a même voulu assurer que tout l'argent que son héZébbb avait, il le dépensait aux bénéfices de ses associations tout en affirmant qu’il n’avait aucun sou bien sûr ! Malin, va ! Il en a ou il n’en a pas ? Wâlâoû ! Un peu de sang-froid, please ! Cool, äâïynéééh !
Ah ! L’Argent !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

RIPOSTER DE LA FAçON CHOISIE, AU MOMENT CHOISI ET AU LIEU CHOISI C'EST UNE CHANSON VIEILLIE...
QUAND AUX ACCUSATIONS DES U.S. CONTRE LE HEZB... IL Y A CERTAINES QUI SONT PLUS QUE RISIBLES...

Halim Abou Chacra

Le Hezbollah et son protégé petit Hitler doivent riposter à l'assassinat du résistant Samir Kantar à partir de la frontière syrienne et non libanaise. C'est en Syrie et en pleine zone de Damas en effet qu'Israel a commis son crime abject. Assez d'preuves pour ce malheureux Liban, ya sayyed Hassan !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Des messages indirects entre la Syrie et des pays arabes résonnent à Beyrouth

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué