Rechercher
Rechercher

Liban

Geagea : Le 14 Mars reflète une vision du Liban à laquelle une majorité est attachée

Le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, a assuré hier qu'un retour à des « ères tombées en désuétude » est hors de question.

S'exprimant dimanche soir au cours du dîner annuel du département du secteur public des Forces libanaises, à Maarab, le président de ce parti, Samir Geagea, a rappelé les constantes de la politique des FL. « Notre action politique a pour objectif de faire aboutir notre projet. Dans cet esprit, nous approuvons toute mesure qui peut le servir », a-t-il dit, avant d'affirmer : « Par voie de conséquence, et en dépit de ce qui est avancé aujourd'hui, nous n'approuverons que les propositions qui nous paraissent convaincantes et qui servent notre cause ainsi que le projet auquel nous croyons », dans une allusion à peine voilée au compromis concocté pour débloquer le dossier de la présidentielle.
Soulignant que « le Liban n'est pas une ferme à l'abandon », M. Geagea a mis en relief les constantes nationales que « tous se doivent de respecter pour que le pays demeure ». « Personne parmi nous n'acceptera un retour à l'époque du mandat ou à toute autre époque tombée en désuétude. Ces ères sont révolues », a-t-il dit.
Le chef des FL a mis l'accent sur la pérennité du 14 Mars, « même si certains tiennent cette alliance pour morte ». « Le 14 Mars fait partie des constantes de notre histoire moderne parce qu'il reflète pratiquement une vision du Liban à laquelle est attachée une majorité. Le projet du 14 Mars n'a pas 10 ans d'âge. Dans son essence, il est aussi vieux que le Liban », a-t-il poursuivi.
M. Geagea a ensuite désigné les fonctionnaires du public comme étant des héros, « à cause du comportement des hommes politiques vis-à-vis des administrations publiques », avant de rappeler que les Forces libanaises sont sérieuses à propos du gouvernement électronique. Une proposition de loi a été préparée dans ce but et une commission des FL doit bientôt effectuer une tournée auprès des blocs parlementaires pour la leur exposer et recueillir leurs observations sur le texte, afin de le soumettre le plus tôt au Parlement, a expliqué Samir Geagea.
Un grand nombre de personnalités étaient présentes au dîner, notamment les députés Simon Abiramia et Jamal Jarrah, représentant respectivement les chefs du bloc parlementaire du Changement et de la Réforme, Michel Aoun, et du courant du Futur, Saad Hariri, les ministres Nabil de Freige et Alain Hakim, le député Shant Janjian, ainsi que des représentants des ministres de la Justice, Achraf Rifi, et des Affaires étrangères, Gebran Bassil, de l'ancien président des Kataëb, Amine Gemayel, et du PNL, Dory Chamoun, aux côtés de plusieurs autres officiels.

Zahra : Une révision de l'alliance avec le 14 Mars
Hier, M. Antoine Zahra, député FL, a adopté une position plus tranchée que celle de M. Geagea, en affirmant que les Forces libanaises reconsidéreraient « les objectifs de leur alliance avec le 14 Mars, si (le chef des Marada Sleiman) Frangié était élu à la présidence de la République ». Nous tenons à l'alliance du 14 Mars, la modération sunnite et Hariri en tant que symbole de cette modération, mais si (Sleiman) Frangié est élu président, nous allons reconsidérer les objectifs de notre alliance « avec M. Hariri, a-t-il dit à la LBI. Il a de nouveau indiqué que son parti ne s'oppose pas à la candidature de M. Frangié » qui est normale « mais a besoin d'assurances sur la politique qu'il compte suivre, avant de faire remarquer qu'un compromis » porte normalement sur une personne centriste et non pas partisane.


S'exprimant dimanche soir au cours du dîner annuel du département du secteur public des Forces libanaises, à Maarab, le président de ce parti, Samir Geagea, a rappelé les constantes de la politique des FL. « Notre action politique a pour objectif de faire aboutir notre projet. Dans cet esprit, nous approuvons toute mesure qui peut le servir », a-t-il dit, avant d'affirmer : « Par...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut