Rechercher
Rechercher

Dernières Infos

Syrie: Moscou a mené plus de 1.000 frappes la semaine dernière

L'aviation russe a annoncé vendredi avoir mené plus de 1.000 frappes en Syrie au cours de la semaine écoulée, dont plusieurs visaient les installations pétrolières des "terroristes" et "un bastion majeur de combattants".

Du 26 novembre au 4 décembre, l'aviation russe a frappé 1.458 "cibles terroristes" au cours de 431 vols dans les provinces d'Idleb (nord-ouest), d'Alep (nord-ouest), de Lattaquié (nord-ouest), de Hama (centre), d'Homs (centre), de Raqqa (est) et de Deir ez-Zor (est), selon un communiqué de l'armée qui ne cite à aucun instant le groupe Etat islamique.

Les bombardiers russes ont tous effectué leurs frappes "sous la protection des chasseurs SU-30", a précisé le porte-parole du ministère russe de la Défense Igor Konachenkov, alors qu'un avion russe a été abattu le 24 novembre par l'armée turque au-dessus de la frontière syrienne, provoquant une grave crise entre Moscou et Ankara.
Au total, 12 puits de pétrole, 8 champs pétrolier et 170 camions-citernes ont été détruits par l'aviation russe, selon l'armée qui n'a pas précisé ni le lieu ni la date de ces frappes.

Dans la localité de Kessab, dans la province de Lattaquié, trois raids aériens ont été menés pour "détruire un bastion majeur de combattants situé sur l'une des collines les plus importantes du point de vue tactique", a annoncé l'armée.
"En conséquence, la colline est occupée par les forces gouvernementales syriennes", soutenues par Moscou, s'est félicité M. Konachenkov.
Un "camp d'entraînement terroriste" a également été détruit par l'aviation russe dans la province de Lattaquié, selon l'armée. Au cours de ces frappes, ont péri "le chef d'un groupe criminel Abu-Abdu et plusieurs autres seigneurs de guerre", a-t-elle affirmé, sans que ces informations puissent être vérifiées.
D'autres "dirigeants" ont été tués à Latamina, dans la province de Hama a affirmé l'armée, sans donner plus de détails, alors que la localité est tenue par des groupes qui ne sont pas jihadistes.

Moscou, qui a commencé ses frappes aériennes en Syrie le 30 septembre sur demande du régime de Damas, est régulièrement accusée de viser les rebelles hostiles au président syrien Bachar el-Assad alors qu'elle affirme de son côté ne viser que les groupes terroristes, comme l'organisation Etat islamique.
Le président russe Vladimir Poutine, fidèle allié de Damas, a promis jeudi 26 novembre lors de la venue de son homologue français François Hollande à Moscou de "s'abstenir" de bombarder ce qu'il a appelé "l'opposition saine" en Syrie.


L'aviation russe a annoncé vendredi avoir mené plus de 1.000 frappes en Syrie au cours de la semaine écoulée, dont plusieurs visaient les installations pétrolières des "terroristes" et "un bastion majeur de combattants".Du 26 novembre au 4 décembre, l'aviation russe a frappé 1.458 "cibles terroristes" au cours de 431 vols dans les provinces d'Idleb (nord-ouest), d'Alep (nord-ouest), de...