X

Culture

Kamel Daoud : 27 traductions, et l’arabe en plus

Salon du livre
OLJ
26/10/2015

Lauréat du Choix de l'Orient 2014, Kamel Daoud reçoit en bonus la version en langue arabe de son roman Mersault contre-enquête, au cours d'une cérémonie organisée hier dans le cadre du Salon du livre francophone de Beyrouth. En présence du directeur du bureau régional de l'AUF, Hervé Sabourin, et de l'attaché culturel Éric Lebas, la présidente du jury estudiantin sélectionné auprès de 19 universités de 9 pays du Moyen-Orient, Najwa Barakat, a souligné « l'esprit profond, critique et sélectif » qui a animé les discussions préliminaires au choix de cet ouvrage. « Je vous envie ces lecteurs », a-t-elle dit à Kamel Daoud. Et la coéditrice de la version arabe, Racha el-Amir, de louer « le courage de la vérité crue » concentré entre les pages de ce « livre-événement ». Pour sa part, l'auteur a estimé que son livre est « une aventure de sens et de langue, qui raconte l'humain ». Rédigé en français, qui est, selon lui, non une langue maternelle, mais fraternelle, il gagne en envergure à être lu en arabe, bien qu'il soit déjà traduit en 27 langues. Comparé à Albert Camus, Kamel Daoud use du commentaire d'un auteur américain pour répondre : « Je suis un nain, mais quand je monte sur les épaules d'un géant, je vois plus loin que lui ! »

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué