Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde

Riyad/Ankara/Doha, parrains de l’opposition

Photos archives AFP

Position initiale
Malgré d'importants contentieux historiques, Damas et Ankara ont entretenu de bonnes relations au cours des années 2000. Le président turc, alors Premier ministre, Recep Tayyip Erdogan, ne tarissait d'ailleurs pas d'éloges sur le président syrien, Bachar el-Assad qu'il qualifiait « d'ami ». Au moment des premières manifestations, Ankara cherche à être un médiateur entre la Syrie et l'Occident et appelle Damas à faire de sérieuses réformes. Au fil des mois, le discours d'Ankara va se durcir à mesure que le régime va poursuivre sa politique de répression contre les manifestants. Le 2 octobre 2011, des opposants syriens annoncent depuis Istanbul la création du Conseil national syrien (CNS), coalition de courants politiques opposés au régime. De partenaire, la Turquie va progressivement devenir l'un des chefs de file de l'opposition au régime Assad, opérant un réel retournement de position diplomatique qui l'éloigne de Téhéran, mais lui permet de se rapprocher des puissances sunnites du Golfe.
Alors que Riyad a accueilli les révolutions arabes avec beaucoup d'inquiétude, Doha a essayé de tirer profit de ce changement de situation pour favoriser la montée en puissance des Frères musulmans. Cette divergence stratégique a très largement compliqué les relations entre les deux voisins du Golfe, mais ces derniers se sont tout de même retrouvés sur un point : le soutien à l'opposition syrienne. Les pays du Golfe ont misé sur le fait que la chute du régime Assad serait un coup dur pour Téhéran, qui perdrait alors son seul allié dans la région. Les puissances du Golfe vont donc apporter, dès le début de la crise, leur soutien à l'opposition syrienne, non par souci démocratique mais pour des questions d'ordres géopolitique et stratégique. Selon des informations publiées par WikiLeaks, l'Arabie saoudite, le Qatar et la Turquie auraient conclu un accord secret en 2012 visant à renverser le gouvernement syrien.

Engagement sur le terrain
L'axe Ankara-Riyad-Doha va progressivement mutualiser ses efforts en faveur de l'opposition syrienne, en fournissant argent et armes aux groupes rebelles. Leur entente a permis d'apporter un soutien logistique important à l'Armée de la conquête, coalition de rebelles menée par le Front al-Nosra (branche syrienne d'el-Qaëda) et le groupe salafiste Ahrar el-Cham, au moment de la grande offensive du printemps dernier dans la province d'Idleb. Tous les trois se sont engagés à fournir un soutien politique, financier et militaire à al-Nosra, selon certains spécialistes, bien que d'autres estiment que Riyad serait moins impliqué que ses alliés dans cet engagement implicite. Les trois pays ont également été accusés d'avoir favorisé l'expansion de l'organisation État islamique (EI), mais aucune preuve ne peut étayer ce fait jusqu'à présent.
L'Arabie saoudite aurait transféré les armes les plus lourdes dont disposent les insurgés, parmi lesquelles des lance-roquettes antichars, des lance-missiles sol-air ainsi que quantité de munitions et obus. Au printemps 2013, le Financial Times estimait l'aide qatarie aux rebelles à plus de 2,25 milliards d'euros. Ankara a été de son côté accusé par le quotidien turc Cumhuriyet d'avoir livré un millier d'obus de mortier, 80 000 munitions pour des armes de petits et gros calibres et des centaines de lance-grenades aux rebelles. Officiellement pourtant, le gouvernement turc s'est toujours défendu de ces accusations.
Le 2 octobre 2014, le Parlement turc a adopté une résolution permettant au gouvernement d'intervenir en Syrie et en Irak. Refusant au départ de prendre part à la coalition contre l'EI, les Turcs vont changer de position et accepter, en août 2015, de mettre à disposition des avions de la coalition leurs bases aériennes. Ils se lancent alors dans une guerre « contre le terrorisme » visant surtout le PKK et dans une moindre mesure l'EI. Bien que participant également à la coalition, le Qatar et l'Arabie saoudite n'effectuent officiellement pas de raids en Syrie.

Position actuelle
Ankara, Riyad et Doha continuent de réclamer le départ de Bachar el-Assad, même si Recep Tayyip Erdogan a récemment admis que le président syrien pourrait faire partie d'une période de transition. La Turquie réclame la mise en place d'une zone d'exclusion aérienne au nord de la Syrie, alors qu'elle doit gérer près de deux millions de réfugiés syriens sur son territoire. Riyad a de son côté récemment déclaré, par le biais de son ministre des Affaires étrangères, Adel al-Jubeir, que deux options mènent à la chute d'Assad, l'une étant politique, l'autre militaire.

Position initialeMalgré d'importants contentieux historiques, Damas et Ankara ont entretenu de bonnes relations au cours des années 2000. Le président turc, alors Premier ministre, Recep Tayyip Erdogan, ne tarissait d'ailleurs pas d'éloges sur le président syrien, Bachar el-Assad qu'il qualifiait « d'ami ». Au moment des premières manifestations, Ankara cherche à être un médiateur...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut