X

Moyen Orient et Monde

L’UE, ou la désunion à toute épreuve

OLJ
06/10/2015

Position initiale
Dès le début de la crise, les pays de l'Union européenne (UE) se montrent très fermes à l'égard de la Syrie. Quand le régime lance la répression des manifestants, l'UE condamne avec virulence l'attitude du régime, appelle au départ du président syrien Bachar el-Assad, et impose très vite un premier train de sanctions économiques, commerciales et diplomatiques, ainsi qu'un embargo sur les armes et le pétrole. De même, des personnalités proches ou faisant partie du régime sont interdites de visa pour l'UE. La France, surtout, se démarque par la violence de ses critiques contre le régime de Damas, d'où elle retire son ambassadeur dès novembre 2011. Quelques mois plus tard, c'est au tour de la Grande-Bretagne, de l'Italie et des Pays-Bas de fermer leurs chancelleries dans la capitale syrienne. Les membres de l'UE ont quasiment tous apporté leur soutien à l'opposition syrienne, multipliant les sommets et réunions internationales (comme Genève II, par exemple), malgré le peu de résultats obtenus.

Engagement sur le terrain
Si les États membres de l'UE affichent, dès le début, un front uni contre Damas et ses alliés, ils ne sont toutefois pas d'accord sur la manière de procéder. Ainsi, depuis mai 2013, certains États européens ont le droit de vendre des armes aux rebelles syriens. Toutefois, la mesure n'a pas eu grand impact sur le terrain.
Lorsque le régime syrien est accusé en 2013 par la communauté internationale de perpétrer des massacres au gaz sarin et autres armes chimiques, l'UE le condamne vivement. La fameuse « ligne rouge » américaine franchie, la France s'empresse d'annoncer des frappes punitives en Syrie; mais le Parlement britannique inflige un camouflet à ses partenaires internationaux et vote contre, tandis que les États-unis se rétractent à la dernière minute. Par la suite, les États membres de l'UE prendront part à la coalition internationale contre l'État islamique (EI) en Irak et en Syrie, qui regroupe plus d'une cinquantaine de pays. En termes de frappes concrètes, seules la Grande-Bretagne et la France en ont effectué en Syrie, et seulement récemment.

Position actuelle
Nombreux sont les observateurs et connaisseurs de la région qui estiment que, contrairement à la France, une bonne partie de pays européens (comme la Suède, l'Autriche, l'Espagne, la Roumanie ou la Pologne) ne sont plus opposés à l'idée que Bachar el-Assad fasse partie d'un processus de transition. Même la Grande-Bretagne et l'Allemagne se sont prononcées, récemment, pour l'inclusion du président syrien dans des négociations de sortie de crise. Un virage considérable par rapport à leurs positions depuis le début du conflit.
Autre pression sur l'Europe pour une résolution du conflit : l'arrivée massive depuis quelques semaines de réfugiés syriens.

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

Idleb n’est pas Alep, mais...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants