X

Moyen Orient et Monde

La Russie, soutien indéfectible au régime syrien

OLJ
06/10/2015

Position initiale
Allié de la Syrie depuis la période soviétique, la Russie a réaffirmé à plusieurs reprises son soutien indéfectible au régime du président Bachar el-Assad. Un soutien illustré notamment par ses livraisons d'armes à ce pays malgré le conflit qui dure depuis maintenant plus de quatre ans. La Syrie est l'un des alliés essentiels de la Russie dans le monde arabe. Damas est d'abord important pour Moscou sur le plan commercial. Si des opposants à Bachar el-Assad venaient à s'emparer du pouvoir, ils pourraient remettre en cause les nombreux investissements russes dans l'économie syrienne. Ensuite, la base de ravitaillement et de maintenance de sa marine dans le port de Tartous dans le nord-ouest syrien est la seule dont la Russie dispose hors de l'ex-URSS, alors que l'accès aux mers chaudes est une obsession pour elle. La chute du régime de Damas entraînerait le départ de Moscou du Moyen-Orient. Depuis le début de la crise, les Occidentaux ont tenté de faire fléchir la position russe à maintes reprises. Mais la Russie a, comme la Chine, opposé son veto à quatre résolutions du Conseil de sécurité sur la situation en Syrie : les 4 octobre et 4 février 2011, le 19 juillet 2012 (condamnations de la répression en Syrie des protestations contre le régime) et enfin le 22 mai 2014 (saisie de la Cour pénale internationale par l'Onu concernant les crimes de guerre en Syrie). Par ces « niet » francs, la Russie s'est attirée les foudres de la communauté internationale qui l'accuse de légitimer les exactions du président syrien. Les Russes n'ont aucune confiance dans les Occidentaux et craignent que l'adoption d'une résolution à l'Onu ne rappelle le précédent libyen (guerre civile de 2011) et que Bachar el-Assad ne subisse le même sort que le colonel Kadhafi. Pour la Russie, il revient aux Syriens de décider de son sort et du leur. En outre, Moscou a toujours démenti le recours aux armes chimiques par le régime, d'où le dernier veto de 2014. Cependant, le soutien de Moscou à Damas n'a, en coulisses, pas toujours été tout lisse. En effet, celui-ci a maintes fois été exaspéré par l'obstination du régime à refuser tout dialogue.

Engagement sur le terrain
La Russie, deuxième exportateur d'armes au monde, a fourni des armes à la Syrie sur la base de contrats signés avant et après le début du conflit en 2011. Les Russes ont envoyé des centaines d'instructeurs et de techniciens entretenir le matériel de guerre qu'elle a vendu : hélicoptères d'attaque, missiles, radars, batteries antiaériennes. Son site militaire de Tartous est précieux. Il s'agit d'une base navale rétablie en 1971 et dans laquelle stationnait jusqu'à présent une garnison de 150 hommes. Le commandant en chef de la marine, l'amiral Vladimir Massorine, avait déclaré en 2012 que la Méditerranée est « une mer de la plus haute importance stratégique » et « une région où la puissance navale et le drapeau russe doivent être vus ». Malgré son soutien au régime d'Assad depuis le début, Moscou n'a jamais émis le souhait d'intervenir militairement jusqu'au déploiement de troupes en été 2015. Les avions russes ont mené plusieurs raids contre des positions « terroristes », selon Moscou, à Hama et à Homs, dans le nord-ouest et le centre du pays. Un engagement de troupes au sol est pour le moment exclu par le Kremlin. L'objectif de cette intervention est, selon Moscou, de soutenir les « forces armées syriennes dans leur lutte contre l'État islamique » et les groupes « terroristes » en général.

Position actuelle
Au cours de cet été, la Russie a intensifié son aide au régime syrien, notamment par la livraison de blindés et d'avions, et renforcé les garnisons russes à Lattaquié (aéroport) et Tartous. Le 28 septembre dernier, Vladimir Poutine défend le régime syrien devant l'Assemblée générale de l'Onu. Le chef du Kremlin a demandé une « large coalition antiterroriste » pour lutter contre les jihadistes en Syrie et en Irak. Cette coalition serait « semblable à celle contre Hitler » au cours de la Seconde Guerre mondiale et les pays arabes « y joueraient un rôle-clé », a-t-il dit. Enfin, Moscou a appelé le gouvernement syrien à dialoguer avec les différents acteurs du conflit. Ce dernier a accepté de participer à des discussions préliminaires proposées par l'Onu afin de préparer une conférence de paix. Lors de son discours à l'Onu fin septembre, le président russe a estimé que refuser de collaborer avec le gouvernement syrien serait une « énorme erreur » car il fait, selon lui, preuve de « courage » dans sa lutte contre les jihadistes.

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants