X

À La Une

L'UE et les Etats-Unis pressent Ankara de faire preuve de retenue

Turquie

Trois soldats turcs ont été tués et trois autres blessés mardi matin dans une nouvelle attaque attribuée au PKK.

OLJ/AFP
04/08/2015

L'Union européenne et les Etats-Unis ont appelé mardi la Turquie à s'en tenir à une "réponse appropriée" dans ses attaques aériennes contre les rebelles kurdes du PKK, exprimant leur inquiétude à l'égard de l'ampleur des raids aériens turcs qui entretiennent le cycle de représailles et pourraient tuer des civils.

Trois soldats turcs ont été tués et trois autres blessés mardi matin dans une nouvelle attaque contre un convoi militaire attribuée au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), alors qu'Ankara poursuit ses bombardements massifs contre les bases de la guérilla dans le nord de l'Irak.

La Turquie a lancé le 24 juillet une "guerre contre le terrorisme" visant simultanément le PKK et les combattants du groupe Etat islamique (EI) dans le nord de la Syrie. Mais jusqu'à présent les raids ont visé en très grande majorité la rébellion kurde, ces violences mettant un terme à près de trois années d'accalmie et à un fragile processus de paix.

L'armée d'Ankara affirme avoir tué plus de 260 combattants dans ses bombardements. Selon des sources kurdes, dix civils irakiens ont aussi été tués dans des raids ce weekend, mais l'armée affirme n'avoir visé aucune zone habitée. Selon un décompte de l'AFP, au moins 20 membres des forces de l'ordre ont été tués par des attaques du PKK depuis la fin de la trêve.

 

(Lire aussi : Et les nouveaux alliés des Américains en Syrie sont...)


Dans un communiqué publié à Bruxelles, le commissaire européen à l'Elargissement, Johannes Hahn, s'est dit "très préoccupé" par l'escalade de la violence. "L'UE reconnaît que la Turquie a le droit de prévenir et de réagir à toute forme de terrorisme, qui doit être condamné sans ambiguïté", a affirmé M. Hahn dans un communiqué publié après un entretien avec le ministre turc aux Affaires européennes, Volkan Bozkir.
Avant d'ajouter : "la réponse doit toutefois être proportionnée, ciblée et elle ne doit en aucun cas mettre en danger le dialogue politique démocratique dans le pays".
De Washington, le porte-parole du département d'Etat, Mark Toner, a envoyé le même message. "Nous voulons que le PKK renonce à la violence et reprenne les discussions avec le gouvernement turc (...) et nous voulons voir le gouvernement turc répondre de manière proportionnée" aux attaques, a-t-il dit à des journalistes.

 

(Lire aussi : La Turquie bombarde l'EI... mais à ses conditions)

 

Drones armés

Un attentat survenu le 20 juillet à Suruç (sud de la Turquie), et qui a fait 32 morts parmi de jeunes militants kurdes, a déclenché un cycle de représailles entre la guérilla et l'armée turque, celle-ci étant accusée de ne pas avoir protégé la population locale.

La guérilla a rompu un cessez-le-feu unilatéral datant de 2013 et le président turc Recep Tayyip Erdogan a mis un terme de facto au processus de paix. Les opérations de sabotage contre des objectifs économiques se multiplient en Turquie parallèlement aux attaques de la guérilla contre les forces de l'ordre. Mardi, une explosion a endommagé un gazoduc entre l'Azerbaïdjan et l'est de la Turquie et l'acheminement de gaz a dû être suspendu.

De leur côté, les Américains comptent profiter du feu vert que vient de leur donner Ankara sur l'utilisation de leur base aérienne d'Incirlik (sud) afin de mener des frappes contre le groupe EI en Syrie. Le ministère américain de la Défense a affirmé lundi soir que des drones armés de l'US Air Force avaient décollé d'Incirlik pour conduire des missions en Syrie. "Ce n'est qu'un début...", a twitté Brett McGurk, bras droit du général américain John Allen, l'envoyé spécial des Etats-Unis dans la région en charge de la lutte contre l'EI.

Selon les médias turcs, des dizaines de pilotes américains sont attendus dans les prochains jours à Incirlik pour conduire des missions en Syrie. Sur le plan politique, la situation semble toujours bloquée en Turquie, qui attend la formation d'un gouvernement de coalition depuis les élections du 7 juin ayant privé le parti islamo-conservateur AKP de la majorité absolue au Parlement. Des discussions entre l'AKP et le parti social-démocrate CHP se poursuivent sans avancée majeure, et les médias parient sur la convocation de législatives anticipées par le président turc.

 

Lire aussi
Si Washington faisait faux bond aux Turcs...

La Turquie prisonnière de sa politique étrangère en Syrie

Et si des zones tampons en Syrie ne s'avéraient pas vraiment utiles ?

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE TURC... VEUT MANGER DU KURDE !!!

ACE-AN-NAS

C'est parce qu'ils sentent que leur enfant chéri erdocon s'enfonce dans la merde , comme la bensaoudie au Yémen et le pays de l'usurpation chez nous !

Ils ne peuvent plus déclencher une guerre sans avoir des répercutions négatives sur leur tronche .
Leur choix est simple , soit ils se cassent soit ils coopèrent avec des accords dont ils se feront les VRP avec service après vente .
Un à un leurs acolytes périclitent .

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Affaire des tunnels : en attendant le rapport de la Finul...

Un peu plus de Médéa AZOURI

Maman a (rarement) tort

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué