Dernières Infos

Turquie : le gazoduc irano-turc saboté, le PKK suspecté

AFP
28/07/2015

Une explosion d'origine criminelle a endommagé dans la nuit de lundi à mardi le gazoduc qui relie l'Iran à la Turquie dans la province frontalière d'Agri, dans l'est de la Turquie, a annoncé le ministre turc de l'Energie Taner Yildiz.
"L'explosion a causé un incendie. Mais nous avons réussi à l'éteindre rapidement. L'acheminement du gaz reprendra dès que le gazoduc sera réparé", a déclaré M. Yildiz dans un communiqué cité par l'agence de presse progouvernementale Anatolie.

Les médias turcs ont attribué le sabotage, qui n'a pas été immédiatement revendiqué, aux rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), auxquels des sabotages similaires ont déjà été attribués. Le PKK a multiplié les opérations contre les forces de l'ordre depuis plusieurs jours dans tout le sud-est de la Turquie.

Lundi soir, l'état-major turc lui a attribué l'assassinat d'un officier de gendarmerie dans la province de Mus, dans le sud-est à majorité kurde du pays. La Turquie a lancé vendredi soir une série de raids aériens contre les bases arrière du mouvement rebelle PKK dans le nord de l'Irak. Le PKK a en retour rompu la trêve qu'il respectait depuis 2013 en assassinant deux soldats samedi soir.

Le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu a promis lundi la poursuite de l'offensive militaire contre le mouvement kurde jusqu'à ce qu'il dépose les armes. "C'est soit les armes, soit la démocratie", a-t-il lancé.
L'Iran est, derrière la Russie, le deuxième fournisseur de gaz naturel de la Turquie, très dépendante de l'étranger pour ses approvisionnements en énergie.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Au-delà du ton violent, Nasrallah et Hariri maintiennent entrouverte la porte des négociations...

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué