Dernières Infos

Armes françaises payées par Riyad au Liban : le contrat se poursuit, assure le chef de la diplomatie saoudienne

AFP
24/06/2015

Le contrat franco-saoudien d'armement de l'armée libanaise, d'un montant de trois milliards de dollars, n'est pas interrompu et se poursuit selon le calendrier prévu, a assuré mercredi à Paris le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel Joubeir. "Il y a eu un accord, il est là, il n'y a pas de blocage. Il y a un calendrier prévu pour les versements, tout se poursuit normalement, il n'y a aucun changement", a-t-il ajouté au cours d'un point de presse à l'issue d'une rencontre avec son homologue français Laurent Fabius. Des informations de presse ont récemment fait état d'un blocage dans le versement des sommes prévues par ce contrat.

Selon une source diplomatique française, "la première phase est en cours de mise en oeuvre. La question qui se pose est sur les tranches suivantes : le contrat n'est ni annulé ni rompu. Il est à la demande des Saoudiens évalué pour des raisons politiques, car l'Arabie Saoudite est extrêmement exigeante sur le fait que les matériels fournis aillent à l'armée libanaise seule et profitent à la sécurité de tous les Libanais". "Les Saoudiens veulent avoir la garantie que ce matériel n'est pas diverti vers d'autres forces", a poursuivi cette source, dans une allusion à la puissante milice libanaise chiite du Hezbollah, soutenue par l'Iran. "C'est un travail que nous faisons d'apporter cette garantie. Le travail se poursuit mais on est confiant que le programme sera mis en oeuvre dans toute ses dimensions".

L'armée libanaise a reçu en avril la première livraison d'armes françaises financées par ce don saoudien, afin de se moderniser et de faire face à la menace jihadiste venant de Syrie. Au terme de négociations ayant débuté fin 2013, la France et l'Arabie saoudite espèrent ainsi contribuer à la stabilité du Liban, fragilisé par les divisions internes et par les incursions de jihadistes comme ceux du groupe extrémiste Etat islamique (EI) et du Front al-Nosra, branche syrienne d'el-Qaëda. Le Liban, qui subit depuis quatre ans les répercussions du conflit syrien, a une armée de 70.000 hommes qui ne dispose pas de matériel sophistiqué en raison d'un manque de budget et de la présence militaire pendant des décennies des armées syrienne et israélienne.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants