X

Liban

Ouverture des synodes des Églises maronite et grecque-melkite

Communautés

Deux Églises, une hantise commune : la guerre en Syrie qui pèse de tout son poids sur le Liban et le M-O et pousse les chrétiens à l'émigration.

Fady NOUN | OLJ
16/06/2015

Les deux Églises maronite et grecque-melkite catholique tiennent, depuis hier, leurs synodes annuels respectifs, l'une à Bkerké, l'autre à Aïn Trez, résidence d'été patriarcale. Les deux assemblées partagent des appréhensions communes, notamment sur l'impact de la guerre et des clivages politiques régionaux sur la présence et la mission des chrétiens en Orient.
À l'ouverture des travaux du synode maronite, le patriarche maronite, le cardinal Béchara Raï, en a présenté ainsi l'ordre du jour : la formation des prêtres, le renouveau liturgique, les tribunaux religieux, le service de la justice et de la réconciliation conjugale (NDLR : augmentation du nombre des procès), l'enseignement théologique officiel de l'Église catholique, dans ses volets dogmatique et moral (NDLR : rappel à l'ordre, semble-t-il), les occupations et missions des évêques ayant atteint l'âge de la retraite, les questions administratives et financières, les missions et les évêchés au Liban et dans la diaspora, les préparatifs à l'entrée de l'Église maronite dans l'Année de la vie consacrée, décrétée par le pape François.
Le patriarche a exhorté les évêques à s'exprimer librement, tout en leur rappelant l'obligation de conscience qu'ils ont à respecter la confidentialité des travaux.
Il a poursuivi par ces mots : « Au cours de la retraite spirituelle qui a précédé nos travaux, à l'occasion de la fête du Sacré-Cœur, en accueillant la statue de Notre-Dame de Fatima, en renouvelant la consécration du Liban et des pays du Moyen-Orient à son Cœur Immaculé, nous avons prié. Poursuivons nos prières pour qu'un nouveau président de la République soit élu, pour la stabilité et une réconciliation générale au Liban. Aucun Libanais sincère n'accepte cette vacance au niveau de la fonction présidentielle qui est entrée dans sa deuxième année et qui provoque des dysfonctionnements au niveau des institutions constitutionnelles, ainsi que de la pauvreté et de l'anarchie. Est-ce ainsi que l'on se prépare à célébrer le centenaire de la proclamation du Grand Liban (2020) ? »
Et le patriarche Raï de conclure sur cette exhortation : « Nous avons prié pour que la guerre prenne fin par les voies diplomatiques en Syrie, en Irak, au Yémen, et pour que la paix soit instaurée en Palestine-Terre sainte et dans tous les pays du Moyen-Orient. La prière demeure le moyen le plus puissant pour mériter l'intervention de Dieu dans notre histoire maculée de sang, de guerre, de violence et de terrorisme. À Lui éternelle gloire. »

 

Le synode de l'Église grecque-melkite
Par ailleurs, le synode annuel de l'Église grecque-melkite catholique se tient depuis hier à Aïn Trez, sous la présidence du patriarche Grégorios III. À l'ordre du jour, comme pour le synode maronite, la situation de la famille – en crise – en prévision du synode sur la famille qui se tient à Rome (5-25 octobre 2015) ; les paroisses et diocèses affectés par la guerre en Syrie, en particulier les diocèses de Homs et d'Alep.
À Alep, a précisé Grégorios III, deuxième capitale chrétienne de Syrie, presque toutes les églises ont été endommagées. Dans la vieille ville, le bâtiment du diocèse et sa cathédrale ont été sérieusement endommagés. Cet examen nous engage à penser aux paroisses de Damas, vers lesquelles ont reflué la majorité des chrétiens affectés par l'exode intérieur et qui déploient de grands efforts d'assistance (entre 40 et 50 000 dollars d'aide par mois). Des rapports circonstanciés seront lus par les évêques concernés, sur ces différentes situations.

 

L'émigration des chrétiens
« Il est triste et terrible de voir combien les crises – notons le pluriel – qui affectent le Moyen-Orient poussent les chrétiens de cette région à l'émigration, a souligné dans son discours inaugural le patriarche, reflétant une inquiétude commune à tous les patriarches orientaux. Cette émigration n'est pas sans graves conséquences sur ce qui fait l'essence même de la mission des chrétiens dans un Moyen-Orient à majorité musulmane, celle d'édifier ce que beaucoup, après le père Corbon s.j., ont appelé l'Église des Arabes. »
« Mais notre tristesse est encore plus profonde quand nous observons que cette émigration touche l'équilibre même du Liban et la présence des chrétiens. Selon un récent sondage, 60 % des Libanais songent à l'émigration et 35 % d'entre eux sont effectivement dans l'attente d'un visa. »
« Les candidats à l'émigration sont, en majorité, des chrétiens. Si tel est le cas pour le Liban, qu'en sera-t-il dans les pays de moindre stabilité ? À nous de travailler pour tenter de freiner cette hémorragie », a conclu le patriarche.
Grégorios III a annoncé au passage que le dossier de canonisation du prêtre salvatorien Béchara Abou Mrad, déjà proclamé vénérable, progresse et qu'un miracle de guérison qui lui est attribué a été versé à son dossier. Il a annoncé que la cause de béatification d'un laïc, Boutros Kassab, fondateur d'écoles catholiques à Saïd, sera introduite à Rome au cours de cette année.

 

Pour mémoire

Double appel du synode des évêques maronites aux députés libanais et aux chrétiens du M-O

Les évêques maronites appellent les députés à « se décider »

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

SYNODE... APRÈS SYNODE... ET ILS NE FONT QUE CHANTER DES ODES !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

L’arriération refait à chaque fois son apparition dans les périodes de transition, où les très vieux systèmes déclinent et où le new système tourne au modernisme, sans qu'une des parties prenantes ait encore pu de l’autre à bout venir. Les vrais éléments sur lesquels s'édifie l’archaïsme ne sont point son produit, ils en sont la prémisse. Qu'en ce pays l’archaïsme, dure tant depuis, cela s'explique par le fait que le modernisme s'est rabougri ici. L'énigme, on en trouve la clef dans l'anéantissement des soulèvements progressistes Cédraies, leur défaite dont est issue la souveraineté renouvelée du système archaïque, la ruine d’1 société intrinsèquement communautarisée au moment où la new mondialisation prend son essor, l'état barbare laissé par l’ex-système sécuritaire tant néo-bääSSyrien que même néo-Ottoman, le caractère rural de l’économie qui ne fait qu'accroître les ressources des campagnards et partant leur puissance face à la modernité : toutes ces conditions, qui ont produit la forme de cette société et l'organisation correspondante, se changent pour les clergés en some sentencieuses vérités dont le fond se réduit à : l’archaïsme confessionnalisé a fait et refait always la société. Il est donc ultra facile d'expliquer l'illusion qui permet à de banals curés de reconnaître dans l’archaïsme la source jaillissante de cette société de l’arriération, au lieu de voir dans cette funeste arriération la source jaillissante de tout archaïsme.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le travail des Palestiniens, un dossier délicat et un timing sensible

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants