X

Moyen Orient et Monde

Erakat : Il n’y a pas de partenaire pour la paix en Israël

OLJ
19/03/2015

Les Palestiniens n'avaient aucune illusion quant aux élections israéliennes, mais le triomphe de Benjamin Netanyahu ne fait que les conforter dans leur détermination à la confrontation diplomatique et légale.
M. Netanyahu, le Premier ministre sortant, semble en position d'entamer un nouveau mandat. C'est le même homme qui, aux dernières heures de sa campagne, promettait d'empêcher la création d'un État de Palestine et se rendait symboliquement chez les colons de Jérusalem-Est pour promettre qu'il ne laisserait pas les Palestiniens y établir leur capitale comme ils l'entendent et qu'il y poursuivrait la colonisation. En choisissant M. Netanyahu, Israël « a choisi la voie du racisme, de l'occupation et de la colonisation, et pas la voie des négociations et du partenariat », a asséné Yasser Abed Rabbo, secrétaire général de l'OLP. Pour le négociateur en chef palestinien Saëb Erakat, M. Netanyahu a « enterré la solution à deux États ». Un « crime de guerre » supplémentaire que les Palestiniens porteront devant la Cour pénale internationale (CPI) dès le 1er avril, a-t-il assuré. « Il n'y a pas de partenaire pour la paix en Israël », a-t-il dit.
Côté israélien, on jouait hier l'apaisement. Un proche de M. Netanyahu, Tzahi Hanegbi, a assuré que si l'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas « change d'attitude », elle « trouvera la main tendue du Likoud (le parti de M. Netanyahu) pour reprendre le dialogue ». Ce à quoi la présidence palestinienne a rétorqué qu'elle coopérerait avec « tout gouvernement » prônant « la solution à deux États, avec Jérusalem-Est comme capitale de l'État de Palestine ». Sans cela, « le processus de paix n'aura aucune chance ».

« Les masques sont tombés »
Malgré tout, les Palestiniens vont « accélérer, poursuivre et intensifier » leur offensive diplomatique, maintient M. Erakat. C'est sous M. Netanyahu qu'ils se sont tournés en 2012 vers l'Onu pour obtenir le statut d'État observateur. Sous son mandat encore qu'ils ont proposé en 2014 une résolution – qui a échoué – au Conseil de sécurité de l'Onu pour fixer un terme à l'occupation israélienne. Et c'est M. Netanyahu notamment qu'ils veulent faire citer à la CPI, une initiative qui leur vaut depuis trois mois de ne plus recevoir plus de deux tiers de leurs recettes propres, aujourd'hui près d'un demi-milliard de dollars, gelées par le gouvernement Netanyahu. Pour Mustapha Barghouthi, un dirigeant palestinien, « les masques sont tombés » avec ces élections. « Netanyahu tue la solution à deux États et Israël est officiellement un État d'apartheid », écrit-il sur Twitter. Mardi, en plein scrutin, M. Netanyahu diffusait une vidéo alarmiste : les Arabes israéliens « votent en masse, la droite est en danger ». Pour le porte-parole de l'OLP, Xavier Abou Eid, c'est la preuve que « Netanyahu connaît Israël mieux que personne : plus de colonies + discours de haine + refuser aux Palestiniens leurs droits = élection gagnée », tweete-t-il.
Dans la rue palestinienne domine plutôt la résignation, en particulier à Gaza, ravagée par trois offensives israéliennes en six ans et où le Hamas islamiste s'est redit « prêt et fort » en cas de nouvelle guerre. Les travaillistes auraient permis à Israël de montrer son meilleur visage à la communauté internationale, disent les Palestiniens. En revanche, note l'écrivain palestinien Raja Shehadeh dans une tribune, « quand on leur demande qui ils préféreraient voir gagner, la réponse la plus fréquente est Netanyahu car mieux vaut le mal qu'on connaît ».
Nasser ABU BAKR/AFP

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

NETANYAHU... ON LUI PRÉPARE LE PRIX NOBEL DE LA PAIX ! BÉGUIN L'A BIEN OBTENU CE PRIX NOBEL DE L'ÉPÉE !!!

Pierre Hadjigeorgiou

Il a raison l'Erakat, mais ni chez les Palestiniens il n'y a jamais eu d'interlocuteur sérieux. Oublie-t-il les accords qu'eux même ont fait capoter lorsque Arafat a refusé de signer l'accord octroyant aux Palestiniens plus de 90% des territoires d'avant 1967? Sachant ce que sont les Israéliens ce fut une erreur et le résultat est qu'ils n'auront plus jamais rien de plus, mais plutôt de beaucoup moins. Une chose est garantie, jamais les armes ne leurs ont rien apportés et jamais elles ne leurs apporterons un résultat. La preuve ils ont 100 fois moins aujourd'hui, après les énièmes intifadas qu'ils n'ont eu avec les accords d'Oslo. Les Israéliens Arabes ont réussi la ou tous les autres ont magistralement échoué. A eux d'en déduire les actions a prendre.

Ma Fi Metlo

Pour pas rajouter a ce peuple palestinien meurtri , je dirai que l'erreur originelle a ete de croire a des pourparlers de paix depuis le debut de la creation immonde de 48 . D'un autre cote aussi ils n'ont pas ete aides par leurs frères binsaouds pour les uns et Occidentaux pour les autres . Dieu merci le Liban en a echappe d'une colonisation rampante qui a pris fin en 2000 , par une debandade honteuse des occupants , suivi de lecons donnees a ces usurpateurs dont la derniere a ete decisive a Chebaa !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.