X

Culture

Voyages en musique dans les villes sans murs

Scène

« Collecting home : stories of cities with missing walls » est une performance scénique et musicale interprétée par Yara Bou Nassar et Paed Conca au théâtre Monnot, du 25 février au 8 mars*.

25/02/2015

Après une résidence artistique à Berne,Yara Bou Nassar, accompagnée de Paed Conca, retourne au Liban pour présenter Collecting home: stories of cities with missing walls. Créée initialement en anglais par la comédienne et interprétée pour la première fois au théâtre Tojo en octobre 2014, la pièce a été retravaillée et traduite à Beyrouth en libanais. «Il s'agit même d'un tout autre texte, dit Yara Bou Nassar en riant, car lorsque j'ai plongé dans le texte, j'ai eu une envie de tout remanier. Je ne me suis jamais sentie esclave du texte. Au contraire, je suis brutale, j'opère des modifications, je rature, efface et recompose le récit en toute liberté.»
Un monologue ? «Dans cette performance en musique, le personnage principal (moi-même) est une voyageuse qui quitte Beyrouth. Je vais de ville en ville, mais les lieux que je visite sont fictifs, inventés. Au fil de mes pérégrinations, je récolte des sons, des saveurs, des sons qui sont à la fois familiers et troublants, et je collecte des objets, comme des références à la ville en elle-même ainsi qu'aux habitudes de ses habitants. Et à travers tous ces lieux, le spectateur comprend la relation du personnage avec Beyrouth et les raisons de son départ.»
Performance interactive, elle est aussi «organique» puisqu'elle est olfactive et sonore. Yara Bou Nassar y prend à témoin les habitants de la ville, donc les spectateurs.
Sur un fil tendu? «Oui, je prends beaucoup de risques dans cette pièce et c'est ce que j'appréhende.» C'est la première fois que l'actrice – qui avait auparavant joué en duo I have a goldfish en 2012 ainsi que dans une pièce de Raymond Gebara – est seule sur scène. «C'est comme plonger dans le labyrinthe de l'esprit. Je me sens plus vulnérable.»
Complice avec la musique? «Certainement. Lorsque j'ai pensé à ce projet, j'ai tout de suite fait appel à Paed et nous avons travaillé à quatre mains.» Pour Paed Conca, musicien suisse-allemand qui effectue depuis quatre ans des allers-retours au Liban et ayant souvent joué avec Sharif Sehnaoui, Mazen Kerbage ou Raed Yassine, l'expérience est intéressante car il se doit non seulement de faire des harmonies mais des sons qui représentent les images dans la tête de son vis-à vis. D'ailleurs Yara Bou Nassar précise: «La musique de Paed est un élément en soi de la scénographie.»
Ville sans murs? Certains verraient dans ce titre une sorte de liberté et d'autres craindraient de ne pas y être protégés. C'est dans ces multiples paradoxes et contradictions, dans ce chaos qu'on aime et rejette et qu'offre la ville de Beyrouth que Yara Bou Nassar et Paed Conca voyagent et nous invitent à les rejoindre.

*Dans la petite salle du Monnot dès ce soir mercredi jusqu'au 1er mars et du mercredi 4 au dimanche 8 mars, à 19 heures.

Fiche technique
Textes, interprétation et mise en scène : Yara Bou Nassar
Musique : Paed Conca
Dramaturgie : Élie Youssef
Scénographie : Renate Wunsch
Éclairage : Tarek Mourad
Costumes : Rayya Kazzoun.

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

L’arnaque à la libanaise

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Soutenez notre indépendance!