Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Des chefs d'al-Nosra et de l'EI parmi les jihadistes tués par l'armée à Ras Baalbeck

Des soldats libanais faisant le signe de la victoire à bord d'un véhicule militaire près de Ras Baalbeck. Hassan Abdallah/Reuters

Tout au long de la journée de vendredi, l'armée a affronté près de 200 éléments armés dans le jurd de Ras Baalbeck, près de la frontière syrienne. Selon un communiqué militaire publié vendredi soir, ces accrochages ont fait huit morts dans les rangs de l'armée. "L'armée libanaise (...) a perdu un certain nombre de soldats, tombés en martyrs dans des échanges de tirs entre les militaires et des groupes terroristes près de Ras Baalbeck", pouvait-on lire dans le communiqué de l'armée publié vendredi soir où étaient listés les noms des victimes.

 

(Lire aussi : Le plan de sécurité dans la Békaa se précise : interception d’une voiture piégée)

 

Des miliciens de l'État islamique (EI) et du Front al-Nosra, affluant du Qalamoun, s'étaient infiltrés très tôt, vendredi, en territoire libanais, attaquant un poste militaire à Tallit el-Hamra, l'une des collines du jurd, située à 5 km le village de Ras Baalbeck, à majorité chrétienne.  "L'un des avant-postes de l'armée dans le jurd de Ras Baalbeck a été attaqué par un groupe terroriste. Les militaires ont rapidement riposté. Les accrochages se poursuivent", avait déclaré l'armée dans un premier communiqué, priant par ailleurs les médias de "ne diffuser aucune information sur les détails des affrontements dans le jurd de Ersal". En milieu d'après-midi, vers 17 heures, et grâce aux renforts des forces héliportées et de l'artillerie lourde, l'armée réussissais à repousser les jihadistes, dont de nombreux tireurs embusqués.

La réponse de l'armée a été très précise, a-t-on indiqué de sources concordantes. Les tirs de canons et de roquettes, ainsi que les raids aériens ont atteint directement les positions des terroristes.

Alors que la troupe reprenait le contrôle de la colline de Tallet el-Hamra, les combats se poursuivaient dans le jurd où les éléments armés se sont retirés, laissant derrière eux un grand nombre de dépouilles mortelles, de blessés et de véhicules détruits. Près de trente jihadistes auraient été tués.

Les dépouilles mortelles de six "terroristes" ont été transportées dans un hôpital de la Békaa-ouest, affirme l'Agence nationale d'information (Ani, officielle). Des responsables militaires du Front al-Nosra, la branche d'el-Qaëda en Syrie, et du groupe État islamique, figurent parmi les corps récupérés par l'armée.

D'autres collines avoisinantes, comme la colline Oum Khaled, ont également constitué un terrain d'affrontement, avant d'être reprises entièrement par l'armée. L'intensité des combats, qui avait atteint son apogée entre 14 heures et 16 heures vendredi, devait progressivement baisser, jusqu'à se limiter à des tirs de canons intermittents de l'armée en direction du jurd. En soirée, des renforts importants de la 4e brigade d'intervention affluaient à Ras Baalbeck.

 

(Pour mémoire : Frontières est : extrême vigilance de l'armée face au risque de nouvelles attaques)

 

De nombreux militaires ont été transportés vers les hôpitaux de Ras Baalbeck et du Hermel. Il y aurait au moins quatorze blessés. Dès le déclenchement des combats dans la matinée de vendredi, le commandement de l'armée avait perdu le contact avec cinq soldats, dont le sort demeurait incertain. Samedi, l'agence nationale d'information rapportait que le corps de trois soldats ont été retrouvés et qu'il n'y a plus de soldats disparus.

Il s'agit des accrochages les plus violents depuis août lorsque l'armée et des jihadistes venus de Syrie s'étaient affrontés dans la région de Ersal. Depuis, les jihadistes du Front al-Nosra et ceux du groupe État islamique détiennent en otage 25 militaires libanais.

 

Lire aussi

Une fabuleuse histoire de dialogues, l'article de Michel Hajji Georgiou

Dis-moi ce qui te rend heureux et je te dirai..., l'article de Ziyad Makhoul

Sleiman aux parents des militaires otages : Une alternative à l'échange est possible


Tout au long de la journée de vendredi, l'armée a affronté près de 200 éléments armés dans le jurd de Ras Baalbeck, près de la frontière syrienne. Selon un communiqué militaire publié vendredi soir, ces accrochages ont fait huit morts dans les rangs de l'armée. "L'armée libanaise (...) a perdu un certain nombre de soldats, tombés en martyrs dans des échanges de tirs entre les...

commentaires (4)

Cet expert libanais des affaires militaires rappelle que le 24 décembre 2014, le quotidien israélien Haaretz avait mis en garde contre la création progressive d’un front de la Résistance dans la région du Golan.Farhat a ajouté que le raid israélien contre le convoi du Hezbollah libanais à Quneitra était un effort de la part du régime sioniste pour empêcher la concentration des forces de la Résistance au Golan. En effet, la visite du Quneitra le 22 janvier 2015 du ministre syrien de la Défense a prouvé que Damas et l’axe de la Résistance sont maintenant déterminés à ouvrir un nouveau front contre les militaires du régime sioniste et des groupes salafowahab dans le Golan syrien. Selon Farhat, l’ouverture d’un nouveau front au Golan changera certainement la donne dans la région, et le régime sioniste craint d’être le perdant d’une guerre d’usure contre la Résistance dans cette région.Cet expert militaire libanais a déclaré que le régime sioniste a une armée très puissante qui est équipés d’armements et d’équipements très sophistiqués, mais il rappelle que la Résistance dispose aussi des armements et des méthodes qui pourraient être très efficaces dans une guerre d’usure. Il a ajouté que le régime sioniste serait automatiquement perdant dans chaque conflit militaire qui durerait plus de trois mois, étant donné les faiblesses du gouvernement et de l’armée d’Israël à l’intérieur de la Palestine occupée. Or, la Résistance profite d’une profondeur stratégique à l’échelle de la région

FRIK-A-FRAK

15 h 25, le 25 janvier 2015

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • Cet expert libanais des affaires militaires rappelle que le 24 décembre 2014, le quotidien israélien Haaretz avait mis en garde contre la création progressive d’un front de la Résistance dans la région du Golan.Farhat a ajouté que le raid israélien contre le convoi du Hezbollah libanais à Quneitra était un effort de la part du régime sioniste pour empêcher la concentration des forces de la Résistance au Golan. En effet, la visite du Quneitra le 22 janvier 2015 du ministre syrien de la Défense a prouvé que Damas et l’axe de la Résistance sont maintenant déterminés à ouvrir un nouveau front contre les militaires du régime sioniste et des groupes salafowahab dans le Golan syrien. Selon Farhat, l’ouverture d’un nouveau front au Golan changera certainement la donne dans la région, et le régime sioniste craint d’être le perdant d’une guerre d’usure contre la Résistance dans cette région.Cet expert militaire libanais a déclaré que le régime sioniste a une armée très puissante qui est équipés d’armements et d’équipements très sophistiqués, mais il rappelle que la Résistance dispose aussi des armements et des méthodes qui pourraient être très efficaces dans une guerre d’usure. Il a ajouté que le régime sioniste serait automatiquement perdant dans chaque conflit militaire qui durerait plus de trois mois, étant donné les faiblesses du gouvernement et de l’armée d’Israël à l’intérieur de la Palestine occupée. Or, la Résistance profite d’une profondeur stratégique à l’échelle de la région

    FRIK-A-FRAK

    15 h 25, le 25 janvier 2015

  • La résistance , triomphera de toute façon , alors de quoi devrait on gémir de plainte nauséeuse ! on apprécie le courage de tous ceux qui s'opposeront à la barbarie salafowahabite alliée aux sionistes malfaisants !

    FRIK-A-FRAK

    13 h 12, le 25 janvier 2015

  • ON S'EN FOUT DE CEUX-LÀ... MAIS NOS SOLDATS SONT TUÉS ET EN PLUS GRAND NOMBRE... VOILÀ LE RÉSULTAT DES IRRESPONSABILITÉS DE CERTAINS QUI LAISSENT D'AUTRES PAYER POUR LEURS CONNERIES !

    LA LIBRE EXPRESSION

    09 h 47, le 25 janvier 2015

  • Mon Dieu, sans cette armée, sans les martyrs de cette armée, où serions-nous ?!

    Halim Abou Chacra

    06 h 13, le 25 janvier 2015

Retour en haut