X

Liban

Six combattants du Hezbollah tués dans un raid israélien sur le Golan

Sécurité

Des informations contradictoires ont été fournies sur une mobilisation du parti chiite aux frontières sud, hier.

OLJ/Agences
19/01/2015

Six combattants du Hezbollah ont été tués hier par un raid d'hélicoptère israélien sur le plateau syrien du Golan, dans la province syrienne de Kuneitra, terrain d'affrontements entre les forces régulières syriennes et les forces de l'opposition. « Au cours d'une visite d'inspection sur le terrain dans le village de Mazraat al-Amal à Kuneitra, un groupe de moujahidine du Hezbollah a été la cible d'un raid d'hélicoptères de l'ennemi sioniste, qui a tué plusieurs frères moujahidine », a affirmé le Hezbollah dans un communiqué, déclarant qu'il révélerait plus tard les noms des victimes, devant préalablement en informer leurs familles respectives.

En soirée, le Hezbollah a fait part du décès de six de ses combattants : le commandant militaire Mohammad Issa (un des responsables du dossier Irak-Syrie, selon l'AFP, NDLR), né en 1972, marié et père de quatre enfants ; Jihad Imad Moghniyé (l'un des fils de l'ancien commandant militaire du Hezbollah, assassiné en 2008 à Damas, NDLR), né en 1989, célibataire ; Abbas Ibrahim Hijazi, né en 1979, marié et père de quatre enfants ; Mohammad Ali Hassan Abou al-Hassan, né en 1985, célibataire ; Ghazi Ali Dawi, né en 1988, marié et père d'un enfant ; Ali Hassan Ibrahim, né en 1993, célibataire.

« C'est avec foi, dignité et fierté que la Résistance islamique au Liban annonce à son peuple fidèle et à sa nation fière les noms de ses six martyrs », a ajouté le communiqué du Hezbollah.



(Revue de presse : La presse libanaise entre menaces et mises en garde)



Alors que l'armée israélienne et le ministre de la Défense se sont abstenus de tout commentaire sur l'agression, une source israélienne de sécurité a fait état à l'AFP d'un raid aérien sur le Golan contre des « éléments terroristes » accusés de préparer des attaques contre l'État hébreu, sans plus de précision sur les personnes ciblées, ni les attentats qu'ils auraient préparés.
La source a confirmé que le raid a eu lieu près de Kuneitra, non loin de la ligne de séparation entre la partie syrienne du Golan et la partie occupée par Israël.

Israël a déjà frappé à plusieurs reprises en Syrie, avec pour objectif déclaré d'empêcher des transferts d'armes vers le parti chiite. La source israélienne a précisé que des drones israéliens étaient présents dans la zone.
Rebelles et armée syrienne s'affrontent non loin de la ligne de démarcation, et des obus tombent régulièrement sur le territoire occupé par Israël sans qu'il apparaisse toujours clairement si ces tirs sont intentionnels ou s'il s'agit de retombées des combats entre Syriens.

(Lire aussi : Damas affirme avoir abattu un drone, Israël « pas au courant »)


Des survols intensifs de l'aviation militaire israélienne au-dessus des secteurs occupés des fermes de Chebaa et du plateau du Golan ont fait suite au raid. « Des mouvements inhabituels sur les avant-postes » israéliens ont également été rapportés par des correspondants sur place. L'agence Anatolie a fait état d'une « grande mobilisation du Hezbollah aux frontières sud du Liban avec Israël, quelques minutes après l'annonce par le parti chiite du raid israélien à Kuneitra. » Ces informations ont toutefois été démenties par certains médias proches du 8 Mars.

(Dans la presse : Pour le Yediot, le Hezbollah répondra, mais évitera d'ouvrir un nouveau front avec Israël)

 

Début d'escalade ?

Jeudi, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, avait estimé dans un entretien à la chaîne panarabe al-Mayadeen basée à Beyrouth que « les raids répétés sur différents objectifs en Syrie constituaient une grave violation ». « Toute frappe contre des positions en Syrie vise tout l'axe de la Résistance (Damas, Téhéran, Hezbollah, NDLR) et pas seulement la Syrie », a-t-il souligné, ajoutant que « cet axe pourrait décider de riposter ». C'est à cet entretien que renvoie le ministre Mohammad Fneich, s'abstenant de répondre aux questions de L'OLJ sur les effets de cette agression et sur l'éventualité d'une offensive du Hezbollah contre Israël.

(Pour mémoire : Accusé des raids en Syrie, Israël veut stopper le transfert d'armes au Hezbollah)

L'ancien ministre Wi'am Wahhab a estimé dans un tweet qu'Israël « a commis une grosse bêtise à Kuneitra et en paiera chèrement le prix ». Pour le chef du Parti social national syrien, le député Assaad Hardane, « le raid sioniste contre la Résistance est une agression terroriste qualifiée, qui marque une dangereuse escalade ». Le chef des Marada, le député Sleiman Frangié, a estimé sur Twitter que « les martyrs renforcent la Résistance ». Le Hamas palestinien a pour sa part stigmatisé le raid et appelé à « y riposter avec force ».

Pour le 14 Mars, « le Hezbollah est dans un état de confusion depuis son intervention en Syrie. Son seul salut est dans son retour à l'État libanais », pour reprendre le tweet de l'ancien député Farès Souhaid.


Lire aussi

Le rire de Bachar, la chronique de Nagib Aoun

(Pas) le choix, l'article de Ziyad Makhoul

Au moins 18 morts dans des combats inédits entre Kurdes et armée

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

CORRECTION ! MERCI : ".... capables mahééék, de fakîhàRieniser toutes choses dans ce bled réduit rendu par lui si noirci.".

Hallak Andre

Après ce raid le Mutisme du Hezb est assourdissant. On est partagé par un sentiment de stupéfaction par son attitude inédite et une vision plus pragmatique de la situation.

Le Hezb, le clan alaouite, et l’Iran sont empêtrés dans le bourbier syrien ou le nombre d’antagonisme préfigure une guerre civile de très longue durée.
L ouverture d’un nouveau front avec Israël pourrait compromettre l’avenir de Bachar et ses séides, fragilisés par une lutte sans merci avec un ennemi multiforme.

Toutefois ce raid succède de moins de 24 heures un discours exalté de Nasrallah sur la supposée puissance de son armée et l’invasion de la Galilée.

Afin d’éviter de perdre la face et se couvrir de ridicule, il est probable que la réaction du Hezb se limitera a une confrontation en dehors des théâtres d’opération Syrien et Libanais, ou il ne peut encore plus compromettre sa position …

Celle-ci est déjà très précaire de par sa vulnérabilité sur le plan militaire, un passif lourd sur le plan politique, et la faiblesse de ses alliés.

Ali Farhat

Le puissant hezb résistant et une bonne partie du Liban, de la Syrie et de l'iran liban, vient d'encaisser un coup douloureux. Les combattants, surtout ceux de la résisatnce savent bien quels sont les dangers ils encourents sachant l'ennemi auquel ils font face . La liberté et l'indépendance ont un prix très élevé en sang et en larmes... Tous les peuples libres ne le savent que très bien. Paix à l'ame de nos morts, tombés héroiquement au combat contre l'occupations et les terrorimes judéo-sioniste et islamo-wahhabite.

IMB a SPO

Mais la question ouverte est : QUI A PU INFORMER ISRAEL DE LA PRESENCE DE CES GENS. Il y a qq semaines, nous avons pu lire que S.Kuntar (l'ex-prisonnier) etait sur le Golan.... Comment a-t-il pu lui echapper?? Simple question....

Georges MELKI

Je voudrais bien savoir qui a donné une procuration à Wi'am Wahhab pour parler au nom du Hezbollah et de "l'axe de la Résitance"...Par ailleurs, il n'y a pas lieu de se faire trop de mauvais sang: n'est-ce pas le Sayyed qui a dit (à peu près) que le martyr passe du désert terrestre à l'atmosphère climatisée du Paradis? Sans oublier les houriat....Alors?

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Il apparait clairement, selon moult expertttises de fins spécialistes, que le fakîdiotisme a imprégné lourdement la vie sociale et politique de cette wilâïyâh levantine et Per(s)cée, étant donné que son histoire récente était liée à son nom et que la majorité de ses us et coutumes étaient typés fakihàRienisés : en premier son Sec(ré)tariat suprême dont la durée est l’éternité et que cette idée fut adoptée par cette même wilâïyâh pour la durée de son mandat par ce même sec(ré)taire noirci. Un anthracite qui considère, lui, que ce sont des hommes comme lui qui symbolisent toute Sec(ré)tariat et non le contraire ! Le petit fakkîhr raconte aussi son éloignement de la basse politique, après avoir joué un rôle essentiel n’est-ce pas, dans la haute politique pendant sa mémorable « victoire divine » la mal nommée, yîîîh, de 06 ! Il dit par contre qu’il s’exprime encore au nom de tous les fakîhàRiens Per(s)cés, et que s’il a choisi momentanément de ne + trop gueuler, c’est que le fait de tout le temps gueuler comme il l’a toujours fait a fait beaucoup de tort pour sa cause et que c’est devenu en cette difficile période pour ses jaunis + néfaste que bénéfique ! Il affirme de même que son armée de Per(s)cés est la + dangereuse et la + forte, et qu’ils demeureront à jamais sur la terre crevassée de cette wilâïyâh pentue et anthracite, qu’ils militeront sous sa « propre » bannière étant capables mahééék de fakîhàRieniser toutes choses dans ce bled réduit rendu si noirci.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlet HADDAD

Un sommet avec trois présidents seulement et beaucoup de non-dits

Citoyen grognon de Anne-Marie El-HAGE

Écoles fermées... et le numérique alors ?

Un peu plus de Médéa AZOURI

Le Liban sépare ceux qui s’aiment

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué