X

À La Une

El-Qaëda au Yémen revendique l'"attaque bénie" contre Charlie Hebdo

France

"Nous, el-Qaëda dans la péninsule arabique, revendiquons la responsabilité pour cette opération comme vengeance".

OLJ/AFP
14/01/2015

El-Qaëda au Yémen a revendiqué mercredi l'attaque qui a décimé le 7 janvier la rédaction de Charlie Hebdo, affirmant avoir agi sur ordre de son chef Ayman al-Zawahiri pour "venger" Mohammad caricaturé par le journal satirique français.


"Des héros ont été recrutés et ils ont agi, ils ont promis et sont passés à l'acte à la grande satisfaction des musulmans", a déclaré Nasser Ben Ali al-Anassi, un responsable d'el-Qaëda dans la péninsule arabique (Aqpa) dans une vidéo de plus de 11 minutes diffusée sur un site islamiste. "Nous, el-Qaëda dans la péninsule arabique, revendiquons la responsabilité pour cette opération comme vengeance", a-t-il ajouté. Il faisait référence aux frères Kouachi, dont l'un s'est réclamé d'Aqpa peu après la tuerie ayant fait 12 morts à Paris.

Le texte lu par ce dirigeant d'Aqpa était intitulé: "vengeance pour le prophète d'Allah: message à propos de l'attaque bénie de Paris".

 

Aqpa, née de la fusion des branches saoudienne et yéménite d'el-Qaëda, est considérée par Washington comme le bras le plus dangereux du réseau extrémiste. Très active au Yémen, Aqpa s'est également distinguée par des attentats ou projets d'attentats à l'étranger comme la tentative de faire sauter en vol un avion de ligne américain à Noël 2009.

 

"L'opération (à Paris) a été menée sur ordre de notre émir général Ayman al-Zawahiri et conformément à la volonté posthume d'Oussama ben Laden", l'ancien chef d'el-Qaëda tué par les Américains en 2011, a précisé al-Anassi. Ce dernier a également rendu hommage à Amédy Coulibali, l'auteur de l'attaque menée vendredi contre un supermarché casher de Paris ayant provoqué la mort de quatre juifs. "Ca a été par la grâce de Dieu que l'opération (contre Charlie Hebdo) a coïncidé avec" la sienne, a-t-il indiqué.
Amédy Coulibali s'est revendiqué du groupe de l'Etat islamique (EI), organisation rivale d'el-Qaëda, et a affirmé avoir coordonné son action avec les frères Kouachi.


Intervenue une semaine après l'attaque contre Charlie Hebdo, la revendication d'Aqpa a coïncidé avec la publication à plusieurs millions d'exemplaires du premier numéro post-attaque du journal satirique. La Une de ce numéro représente une nouvelle caricature de Mahomet avec le titre "Tout est pardonné".

 

La blogosphère jihadiste jubile
Dans une vidéo diffusée vendredi dernier, un responsable religieux d'Aqpa avait déjà menacé la France de nouvelles attaques. "Vous ne serez pas en sécurité tant que vous combattrez Allah, Son messager et les croyants", déclarait dans ce message Harith al-Nadhari.


L'attaque contre Charlie Hebdo, très largement condamnée par les dirigeants du monde arabe, a trouvé un écho favorable auprès d'autres branches d'el-Qaëda et dans la blogosphère jihadiste.
Ainsi, el-Qaëda au Maghreb islamique (Aqmi) a averti lundi la France qu'elle s'exposerait à de nouvelles attaques si elle persistait dans sa politique "hostile à l'islam". "Tant que ses soldats occupent des pays comme le Mali et le Centrafrique et bombardent nos peuples en Syrie et en Irak, et tant que sa presse stupide continue à porter atteinte à notre prophète, la France s'exposera au pire", a poursuivi Aqmi, en saluant "les trois cavaliers de l'islam héros de la bataille de Paris", en référence aux auteurs des attentats.


L'EI a, pour sa part, posté mercredi une vidéo montrant des jihadistes s'exprimant en français et saluant l'attaque contre Charlie Hebdo en réitérant les appels à d'autres attentats contre la France. La radio de l'EI a jugé mercredi "extrêmement stupide" la publication de nouvelles caricatures de Mohammad par le journal satirique Charlie Hebdo.


Le chef du groupe islamiste Boko Haram, qui sème la terreur au Nigeria et au Cameroun, Abubakar Shekau, a, quant à lui, été montré sur une vidéo se félicitant d'un ton jubilatoire de l'attaque contre Charlie Hebdo.

Et le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar a qualifié la tuerie à l'hebdomadaire d'"action héroïque rare".

 

Le Yémen 'victime' aussi
Au Yémen, pays où les frères Kouachi auraient séjourné et où l'aîné Saïd aurait appris le maniement des armes avec el-Qaëda, l'attaque contre Charlie Hebdo a produit une réaction officielle tout en nuances.
Le président Abd Rabbo Mansour Hadi a exprimé la "solidarité totale de son pays avec le peuple français". Mais, a-t-il ajouté, "nous tenons à souligner que le Yémen est très affecté par le terrorisme qui lui vient de l'extérieur et qu'il ne réexporte pas, comme le prétendent certains". "Le jour même (de l'attaque à Paris), le Yémen a souffert d'un crime terroriste réprouvé par l'islam et toutes les religions monothéistes", a indiqué M. Hadi, à propos d'un attentat ayant frappé l'académie de police à Sanaa et fait 40 morts.
Des responsables des services de sécurité yéménites, cités par la presse du Golfe, se sont plaints d'un manque de coopération des Français et des Américains, affirmant n'avoir pas été informés que les frères Kouachi étaient sous surveillance.


Le Yémen est un pays au bord du chaos, avec des violences provoqués non seulement par el-Qaëda mais aussi par des miliciens chiites qui contrôlent la capitale Sanaa depuis septembre.

 

Lire aussi

Déploiement sans précédent de l'armée française face à la menace islamiste

Les cinq grands défis auxquels la France doit désormais faire face

« La France est en guerre contre le terrorisme, le jihadisme et l'islamisme radical »

La question de la radicalisation dans les prisons françaises à nouveau posée

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sabbagha Antoine

El-Qaëda le Mal du siècle ou il faudra bien agir pour irradier le terrorisme et bien juger les hauts responsables.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué