Liban

Jacques Saadé élevé au grade de commandeur dans l’ordre national de la Légion d’honneur

OLJ
12/01/2015

Sur décision du président de la République française, M. François Hollande, M. Jacques Saadé, président-directeur général et fondateur du groupe CMA CGM, vient d'être élevé au grade de commandeur dans l'ordre national de la Légion d'honneur.
C'est l'une des distinctions les plus élevées de la République française qui lui est attribuée.
En inaugurant le 4 juin 2013 le CMA CGM Jules Verne, en présence de ministres et d'officiels libanais, M. François Hollande avait déjà personnellement salué la réussite du groupe et rendu hommage au rôle-clef de M. Jacques Saadé dans le renforcement des liens exceptionnels entre la France et le Liban, un rôle lié à sa fidélité à ses origines et à l'histoire même du groupe CMA CGM. Cette histoire débute en 1978 : suite à la guerre qui sévit au Liban, Jacques Saadé s'installe en France et crée la Compagnie maritime d'affrètement (CMA), à Marseille. Ce n'est pas un hasard si la première ligne maritime qu'il lance relie Marseille à Beyrouth, en passant par Livourne et Lattaquié.
À partir de son berceau de la Méditerranée, Jacques Saadé va permettre à son groupe de conquérir le monde. Visionnaire, il est convaincu du rôle déterminant que va jouer le conteneur dans ces enjeux internationaux, cette boîte métallique qu'il a découverte lors d'un stage effectué aux États-Unis. Il anticipe les évolutions du commerce mondial et inaugure dès 1992 le premier bureau de la CMA à Shanghai. La Chine devient alors rapidement le marché le plus important du groupe qui s'installe au premier rang des armateurs français.
Ainsi, dès 2005, Jacques Saadé hisse le groupe CMA CGM au troisième rang mondial du transport maritime par conteneurs. Son entreprise transporte aujourd'hui plus de 12 millions de conteneurs et réalise un chiffre d'affaires de plus de 16 milliards USD. CMA CGM compte 20 000 collaborateurs répartis dans 650 bureaux et 443 navires.
Jacques Saadé décide en 2014 de donner le nom d'un fleuve libanais, le Litani, à l'un de ses derniers navires, faisant rayonner le Liban à travers les océans et les plus grands ports du monde.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

22 octobre 1989-22 octobre 2018, Taëf entame sa 30e année

En toute liberté de Fady NOUN

La vérité et le dialogue des cultures

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué