X

Liban

La rencontre Hezbollah-Futur hier à Aïn el-Tiné : un dégel avant l’ébauche d’un dialogue

La situation
OLJ
24/12/2014

Il ne s'agit que d'une première prise de contact. Un dégel, en langage diplomatique. Mais cette prise de contact revêt en soi une importance certaine du fait du lourd (très lourd, même...) contentieux qui oppose les deux parties.
La réunion de près de quatre heures qui a groupé hier soir à Aïn el-Tiné les représentants du courant du Futur et du Hezbollah a planté le décor, en quelque sorte, pour paver la voie au véritable dialogue qui devrait être lancé dans les tout prochains jours.

C'est sous l'égide du chef du législatif (et néanmoins leader du mouvement Amal), Nabih Berry, que cette séance préliminaire s'est tenue. La délégation du courant du Futur était présidée par M. Nader Hariri, chef de cabinet de l'ancien Premier ministre Saad Hariri, et comprenait le ministre Nouhad Machnouk et le député Samir Jisr. Quant à la délégation du Hezbollah, elle était présidée par Hussein Khalil, conseiller politique du secrétaire général du parti, et comprenait le ministre Hussein Hajj Hassan et le député Hassan Fadlallah.
En présence du ministre Ali Hassan Khalil (du mouvement Amal), les six délégués ont posé les jalons des discussions bilatérales appelées, en toute priorité, à amorcer une baisse de la tension sectaire sunnito-chiite, perceptible au niveau de la rue dans plus d'une région mixte, notamment dans la Békaa où l'État s'est abstenu de mettre en application le plan de sécurité qu'il avait planifié et qui est resté lettre morte, en dépit du fait qu'un plan sécuritaire semblable a été scrupuleusement appliqué à Tripoli, et au Liban-Nord en général, ce qui a contribué à attiser encore plus la tension entre les deux communautés.

 

(Lire aussi : Le bloc du Futur souhaite que le dialogue débloque la présidentielle)


Le communiqué publié au terme des débats par le bureau de presse du président de la Chambre indique qu'au début de la réunion, M. Berry a évoqué « les dangers auxquels le Liban et la région sont confrontés dans le contexte présent », soulignant que de tels dangers imposent à « toutes les forces » de faire preuve d'un « sens élevé de responsabilité » et « d'assainir les relations internes afin de préserver le Liban, sa stabilité et sa paix civile, et de sauvegarder l'unité des rangs face aux dangers, notamment à l'ombre de l'escalade croissante dans la région ». Confirmant implicitement que l'objectif prioritaire de ce dialogue bilatéral est d'atténuer les tensions au niveau populaire, le communiqué indique que M. Berry a dénoncé explicitement « la crispation du discours confessionnel et sectaire » à l'échelle régionale.

Le communiqué précise en outre que les deux parties ont exprimé « leur souci et leur disposition à entamer un dialogue sérieux et responsable au sujet des différents problèmes, dans le cadre de la compréhension mutuelle à l'égard de la position de l'autre partie concernant les dossiers conflictuels ». « Les deux parties sont disposées à poursuivre ce dialogue de manière positive afin d'atténuer la crispation qui se répercute sur les rapports entre Libanais ». Le communiqué souligne aussi l'importance de « gérer les différends au sujet des problèmes conflictuels en ouvrant la voie à la concertation et à la coopération pour réactiver l'action des institutions et contribuer au règlement des problèmes qui entravent la normalisation de la vie politique ».

Dans le but évident d'éviter toute interprétation erronée qui pourrait être donnée à ce dialogue bilatéral, le communiqué précise que les participants à la réunion ont « mis l'accent sur le fait que ces rencontres ne visent pas à aboutir à un nouvel alignement politique sur la scène interne, de même qu'elles ne sont dirigées contre personne et ne visent pas à exercer une pression sur une quelconque force politique au sujet des échéances constitutionnelles » (allusion à peine voilée à la présidentielle et à la candidature du général Michel Aoun). « Ces rencontres, ajoute le communiqué dans ce cadre, constituent l'un des facteurs susceptibles de faciliter une entente entre les Libanais. »

 

(Lire aussi : Pharaon : Les discussions n'engloberont pas la présidentielle)

Ce texte confirme deux points essentiels : le souci prioritaire et explicite de faire baisser la tension sectaire sunnito-chiite ; et le refus d'inscrire ce dialogue dans le cadre d'un nouvel alignement politique. Concrètement, cela signifie que les « sujets qui fâchent » seront vraisemblablement évités au cours des prochaines séances de travail, à savoir, plus particulièrement, l'implication du Hezbollah dans les combats en Syrie et le sort de l'arsenal militaire du parti chiite pro-iranien. À cela s'ajoute la volonté affichée par les deux parties de ne pas se laisser entraîner dans le jeu des noms au niveau de la présidentielle afin de ne pas paraître imposer un choix musulman pour le règlement d'un dossier (la présidentielle) qui concerne principalement les chrétiens.

Ces « lignes rouges » posent toutes les limites du dialogue bilatéral qui s'amorce. Le leader des Forces libanaises Samir Geagea a conceptualisé ces limites dans une interview au quotidien saoudien al-Jazira en soulignant que le conflit entre le Hezbollah chiite et le courant du Futur sunnite ne revêt pas tant un aspect purement communautaire, mais il porte plutôt sur « la vision du Liban ». « L'enjeu, a précisé M. Geagea, n'est donc pas tant un rapprochement entre chiites et sunnites que la recherche d'un rapprochement entre deux projets politiques contradictoires. » Mais un dénominateur commun entre ces deux projets politiques aux antipodes l'un de l'autre est-il réellement concevable et possible à dégager à l'ombre de l'ancrage inconditionnel de l'une des parties à une puissance régionale aux visées hégémoniques évidentes ?

M. T.

 

Lire aussi
À l'école du bazar, l’éditorial de Issa Goraieb

Pietro Grasso à « L'Orient-Le Jour » : L'Italie tient toutes ses promesses au Liban

Hale : Les Libanais doivent élire un président, seuls et de toute urgence

Larijani s'entretient avec Nasrallah et Mokbel avant son départ

Sleiman appelle les deux parties à « faire preuve de transparence et de sincérité »

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Il ne manquait plus que ces "ménénés(h)", pour casser encore plus les pieds de ces sunnites éhhh libanais !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL SEMBLE QUE L'ENJEU EST SEULEMENT DE NORMALISER LES RELATIONS ENTRE SUNNITES ET CHIITES ! NI DISCUSSIONS SUR L'ARSENAL... NI SUR LE RETRAIT DE LA SYRIE ( DEUX CHOSES QUE J'APPOUVE BIEN SÛR ) MAIS NI DISCUSSION SUR LA PRÉSIDENCE ? ON JETTE LA BALLE AU CAMP CHRÉTIEN. ILS FERAIENT BIEN CERTES... S'IL N'Y AVAIT PAS "TANT-PIS" ET "S'EN-FOUT" ET SI CHACUN D'EUX NE COUVRAIT PAS L'UN DES DEUX ET N'UTILISAIT PAS L'ABRUTISSEMENT COMME PARAVENT !!!

NOUVEL ORIENT

"Le leader des Forces libanaises Samir Geagea a conceptualisé ces limites dans une interview au quotidien binsaoud al-Jazira en soulignant que le conflit entre le Hezbollah chiite et le courant du Futur sunnite ne revêt pas tant un aspect purement communautaire, mais il porte plutôt sur « la vision du Liban ». « L'enjeu, a précisé M. Geagea, n'est donc pas tant un rapprochement entre chiites et sunnites que la recherche d'un rapprochement entre deux projets politiques contradictoires." Wallah ! ce néo salafowahabite est capable de telles pensées ??? waouuu ! , c'est qu'il s'améliore le guss ! après avoir reconnu qu'un gouvernement ikhwan serait le bien venu , et avoir reconnu rouler pour la binsaoudie , voilà qu'il boucle la caboche à ceux qui nous hurlaient "guerre sunnite/chiite" depuis le déclenchement du complot contre la Syrie légitime ça fait 4 ans ! je vous jure que s'il nous sort une vérité de plus , en fait la 4eme , je vote pour lui ! par exemple s'il se réveillait et admettait que le hezb résistant est une nécessité pour le bien du Liban et que ses armes ont été d'une efficacité imparable ! yess geagix you can do it , go for it !

Beauchard Jacques

Puisse le dialogue faire peau neuve aussi bien que le fait Nabih Berry, ce grand maître du faire semblant...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ILS SONT CONDAMNÉS À S'ENTENDRE PAR LEURS MAÎTRES "EX PATRIE". ET PUISQUE NI L'ARSENAL ET NI LE RETRAIT DE SYRIE NE SONT SUR LE MENU... L'ENTENTE DEVRAIT ÊTRE RAPIDE. MAIS QU'EN EST-IL DE LA PRÉSIDENCE ? PATRIARCHE RAÏ FAITES VOS JEUX... RIEN NE VA PLUS ! NETTOYEZ LA BERGERIE ! LA SITUATION DANS LE PAYS DEVRAIT ÊTRE NORMALISÉE URGEMMENT !

Gebran Eid

TOUS CES RIGOLOS NE SONT QUE DES MERCENAIRES. ILS N'ONT AUCUN POUVOIR POUR PRENDRE DES DÉCISIONS SANS CONSULTER LEUR MAITRE L'IRAN D'UN CÔTÉ ET L'ARABIE DE L'AUTRE. ILS PASSENT LEUR TEMPS, CELLULAIRE COLLÉ AUX OREILLES. GEAGEA FAIT DES INTERVIEW AU QUOTIDIEN SAOUDIEN MAINTENANT. LE MALHEUREUX PEUPLE LIBANAIS EST PRI EN OTAGE PAR L'IRAN ET L'ARABIE SAOUDITE.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Le fils de Nabää puis Hârtéhrééék persiste à affirmer que son "armée noircie, soit ses miliciens anthracites est la + dangereuse des armées qui provoquera de ce fait la création de sa wilâïyâh levantine Per(s)cée. Qu’elle ne disparaitra pas, car ses miliciens ne déguerpiront + de ce terreau exceptionnel qui est un symbole pour eux et qui leur est très cher mahééék, pour aller se réfugier à Dâhïyéééh ! Il demande de croire en lui et en cette terre, car si ce terreau n’était pas vraiment important, cet allâhlàh aurait-il choisi cette wilâïyâh chïïtique avec son symbolisme historiciste pour lui envoyer comme sauveur, lui, ce petit fakkîh ? Qui reste si attaché à son pathétique fakkîhdiotisme, s’honorant de son appartenance à cette wilâïyâh-message ; lui qui arbore autour du cou un zoulfikkâr doré en toc au centre duquel trône sa si appétissante anthropométrie ! Pour l’hassine, les lieux chics tel Dâhïyéééh ne lui signifient Rien, et il est même prêt à retourner à Nabää-bidonvile juste, yâââï, pour le salut de cette petite fraction du Mont- Libanais, le Mont Äâmil-Ouvrier. Si on le questionnait sur l’éventualité de la disparition de sa fraction de la carte du croissant fertile suite au chamboulement de la "géographie" Sykes-Picot, il répond : Facharô(h) ! Cette bouchée du Liban est + grosse pour croire que n’importe qui puisse l’avaler, et qu’il n’y a que des agnelles sunnitiques pour gober qu’une telle wilâïyâh dont est issu un fakkîhàRien Per(s)cé pareil puisse disparaître !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Cette "réunion" bidon n'aurait pas dû être tenue sous l'égide de ce béret, qui est en même temps juge et partie.

Dernières infos

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué