Dernières Infos

"Sauvons Kobané": des milliers de manifestants en France en signe de solidarité

AFP
01/11/2014

"Sauvons Kobané", "soutenons la résistance" des Kurdes contre "les barbares" du groupe Etat islamique: plusieurs milliers de manifestants, en majorité des membres de la communauté kurde, ont répondu samedi en France à l'appel de la "Journée mondiale contre Daesh".

C'est à Marseille que les manifestants étaient les plus nombreux --2.220 selon la police, 4.000 à 5.000 selon les organisateurs. Le cortège, précédé d'un groupe d'une cinquantaine d'enfants a défilé sur la Canebière derrière une banderole "Marche mondiale contre Daech - Pour Kobané, pour l'humanité", scandant notamment "Kobané n'est pas seule ! " ou " Daesh assassin, Turquie complice !", a constaté un journaliste de l'AFP.

Comme dans d'autres cortèges en France, les manifestants brandissaient pour certains des drapeaux du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan) ou des portraits de son leader historique, Abdullah Öcalan, qui purge depuis 1999 une peine de prison à vie en Turquie. Quelques drapeaux du PCF ou du Front de gauche étaient également visibles. Une délégation de la CGT fermait le cortège.

Dans la capitale, plusieurs centaines de personnes ont défilé de la Bastille à la place de la République, en soutien aux combattants kurdes défendant la ville syrienne de Kobané assiégée par les jihadistes de l'organisation Etat islamique (EI), a constaté une journaliste de l'AFP.

"C'est pour l'avenir de l'humanité qu'il faut sauver Kobané", a dit à Paris Berivan Akyol, porte-parole de la coordination démocratique des Kurdes en France, juchée sur la plateforme d'un camion.

Les manifestants, de tous âges, parfois venus en famille, arboraient des drapeaux kurdes et de nombreuses pancartes appelant à "la résistance". Des femmes, en tenue traditionnelle, étaient parmi les plus ardentes à appeler à "défendre la liberté".

Des élus communistes, ceints de l'écharpe républicaine, étaient présents, ainsi que des membres du NPA, du Front de gauche, du Parti de gauche, et des organisations syndicales, de Palestiniens, de Berbères, d'Arméniens ou encore de Tamouls.

Quelque 400 à 500 personnes ont également manifesté dans les rues de Bordeaux. Il s'agissait du septième rassemblement dans la capitale girondine depuis l'offensive contre la ville de Kobané. Des banderoles portaient les inscriptions: "Face aux barbares, les Kurdes sont les seuls à résister. SOS. Où est la communauté internationale?", ou "La Turquie doit cesser immédiatement son soutien aux djihadistes".

A Strasbourg, environ 450 personnes se sont rassemblées pendant deux heures sur la principale place de la ville.

A Lyon également, environ 300 personnes se sont rassemblées samedi après-midi sur la place Bellecour avant de défiler sans aucun incident en direction de la place des Terreaux devant l'Hôtel de Ville.

En tête du cortège qui a commencé à défiler peu après 15H00, des manifestants portaient un long drapeau aux couleurs du Kurdistan Ouest (en Syrie). D'autres tenaient des pancartes "Saviez-vous qu'il y a un massacre à Kobané?", "Kobané vaincra, vivra" ou encore "#SaveYezidis".

De jeunes participantes étaient vêtues de robes traditionnelles kurdes également, scandant parmi la foule "Résistance Kurde, Solidarité; Kobané ne doit pas tomber !".

Des milliers de Kurdes ont manifesté samedi à travers la Turquie. Des manifestations étaient également prévues à Londres et Berlin.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué